Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Cockerill Sambre : 100 jours et premier bilan

mercredi 16 mars 2005

Le premier haut-fourneau de Cockerill Sambre s’éteindra dans moins de cent jours. Début d’une fin annoncée : la sidérurgie àchaud appartiendra sous peu àl’histoire. Afin de faire un premier point sur la situation d’aujourd’hui et d’aborder les perspectives pour demain, le secteur MOC de Seraing a organisé le mercredi 16 mars 2005 une soirée d’information en présence de Marc Paul (CNE, président DS Cockerill Sambre).

Marc Paul a commencé par situer le contexte de la fermeture du chaud : c’est le 24 janvier 2003 que le groupe Arcelor a annoncé sa décision de fermer définitivement la ligne àchaud de Cockerill Liège. La date butoir est le 1er janvier 2009. Cette décision entraînera la perte de plus de 10 000 emplois en région liégeoise. Elle signifie en effet la suppression de près de 2500 emplois directs, de 5000 emplois chez les sous-traitants et de millier d’emplois dans le commerce et dans l’horéca. Un bilan très lourd dans une région qui atteint déjàun taux de chômage de 22%.

Au-delàde la fermeture du chaud, c’est également les perspectives de la reconversion qui se dessinent. Marc Paul nous a dressé le panorama des engagements d’Arcelor dans le cadre du redéploiement économique de la région : créer 2700 emplois en valorisant le tissus économique local, promouvoir des projets de pointe basés sur des métiers de l’acier comme la production d’acier sous vide ou d’acier au manganèse…

Vingt-huit personnes ont assisté àcette soirée d’information, parmi lesquels plusieurs travailleurs ou pensionnés d’Arcelor. Beaucoup de réactions ont été exprimées. Certains travailleurs refusent la logique du profit déployée par Arcelor : "On ferme le chaud. Pour le froid, on a gagné le fait d’être mis en concurrence avec les autres sites. Peut-être devons-nous
refuser cette fermeture et engager une résistance sociale." D’autres préfèrent, puisque la fermeture sera effective en 2009, regarder vers l’avant et voir les projets qui se dessinent.

Un débat animé donc, sur lequel nous reviendrons puisque les deux dossiers Regards de mai et juin 2005 seront consacrés àla fermeture du chaud et àla reconversion économique en région liégeoise.