Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Échos de la trentaine d’animations sur l’Union Européenne réalisées en 2009

mercredi 10 juin 2009

Depuis quelques mois déjà nous proposons au niveau du CIEP Liège-Huy-Waremme, en plus d’animations déjà existantes sur la sécurité sociale, les institutions belges ou encore l’histoire du droit de vote en Belgique, une animation accessible et interactive sur l’Union Européenne dans la perspective des élections de juin 2009.

Cette animation sur l’Union Européenne essaie dans un premier temps, en terme simple et proche du quotidien, de fournir l’information nécessaire à une meilleure compréhension de l’histoire de la construction européenne, du système politique européen et du rôle de l’élection du Parlement Européen. Dans un deuxième temps, la rencontre permet de réfléchir à la place de l’Europe dans la vie de chacun et de s’exprimer à ce sujet : en tant que travailleur, citoyen, usager de services publiques, consommateur : qu’ai-je à voir avec l’Europe ? Qu’est ce qui me convient ou non dans l’influence et les décisions politiques de celle-ci à l’heure actuelle ? Qu’elles sont les influences derrière ces décisions ? Comment puis-je agir par rapport à celles-ci ?...

Autant de questions que nous avons pu aborder dans la trentaine de groupes que nous avons rencontrés depuis janvier. Des groupes d’environ 15 personnes pour la plupart, nous permettant d’approfondir et de laisser la place à la participation, issus de groupes locaux de militants (PPCA de la CSC, Vie Féminine...), d’élèves de classes de 5ème et 6ème de l’enseignement général, technique et professionnel et enfin de publics de stagiaires en insertion socioprofessionnels (Régies de quartiers, Visa pour l’Emploi de Vie Féminine, CPAS, alphabétisation ou encore aides soignant(e)s de l’entreprise de formation par le travail AlterForm…) ou encore un groupe Loisirs & Vacances dans le cadre d’une visite du Parlement Européen à Bruxelles et préalablement à celle-ci.

Tout d’abord un premier constat, on entend finalement peu parler de l’Union Européenne encore moins de son fonctionnement et de ses dirigeants. Hormis ponctuellement quelques titres de l’actualité, par exemple lorsque la France, en la personne de son médiatique et remuant président, a assuré la présidence du Conseil des Ministres de l’UE.

Toutefois, certains sujets n’ont pas manqué de faire réagir les personnes que nous avons rencontrées : l’hypothétique adhésion de la Turquie, l’introduction de l’euro qui aurait fait augmenter les prix ou encore l’élargissement en 2004 de l’UE vers les pays de l’est. Suscitant de nombreuses interrogations et parfois même de l’hostilité, ces sujets ont en tout cas permis de se poser des questions cruciales sur l’UE : Qu’elle est la logique de l’élargissement, a qui profite t-il ? Cela permet-il d’harmoniser l’Europe sociale vers le haut ? Est-ce une menace, une chance ? Jusqu’où l’Europe doit elle s’élargir ? L’Union Européenne nous protège t-elle de la crise ? De la « mondialisation » ?

De même, une fois comprise la place importante de la Commission Européenne dans le dispositif de décision européen, de nombreuses questions sont naturellement posées sur la manière dont sont nommés ces commissaires si influent et en même temps si rares médiatiquement. La correspondance entre les partis européens et les partis nationaux suscite également des questions, surtout à la veille des élections, particulièrement en ce qui concerne le PPE (Parti Populaire Européen), plus grand parti du Parlement Européen en terme de députés, il est également celui qui apparaît comme le plus confus tant sa composition est semble peu cohérente pour l’électeur.

D’autre part, si personne ne semble regretter les frontières ou les douanes entre pays de l’UE, l’application du principe de libre marché dans le domaine des services est très loin de susciter l’enthousiasme. Le prix de l’énergie, les tracas qu’a entraînés la libéralisation du secteur, la fermeture des bureaux de poste ou encore l’augmentation des factures de téléphone sont évidemment rarement vécus comme positifs. Si on y ajoute les pertes d’emploi liées à cette libéralisation des services, on ne peut que rejeter une politique libéral européenne poussée aussi loin.

Pour conclure, si le taux d’abstention a battu des records lors de élections européennes que nous venons de vivre, il s’agit sans doute d’avantage de l’expression d’un désaveu des élites en place que celui d’un désintérêt pour toutes ces questions et enjeux soulevés par l’UE que nous venons brièvement d’illustrer. Les échanges que nous avons pu susciter durant nos animations vont en tout cas dans ce sens.