Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Des nouvelles des tables de conversation et d’activités citoyennes

jeudi 5 mars 2015

Après les attentats du 7 janviers à Paris.
D’abord essayer de comprendre…

JPEG - 528.8 ko

Le 7 janvier à Paris se déroule un drame qui frappe la France.
L’Europe et le monde tournent leurs regards vers celle-ci. Douze personnes meurent assassinées par deux individus armés de fusils d’assauts. Les victimes sont le personnel d’un journal satirique « Charlie Hebdo » connu pour sa liberté de ton et ses caricatures croquantes du monde politique et de l’actualité.
Parmi les victimes se trouvent des personnes connues du grand public (en particulier en France et dans les pays francophones), d’autres travaillent dans l’ombre du journal comme employés de nettoyage ou comme pigiste ou policier ayant la charge de la protection du journal.

Cet évènement tragique fait la une des presses mondiales. Les messages de soutien affluent de part et d’autre. Des manifestations de soutien aux familles victimes, des manifestations de soutien au maintien de la liberté fondamentale de s’exprimer. Dans certaines parties du monde ce sont des manifestations contre le journal et de ses dessins qui font échos.
Un mois plus tard les choses ont encore changé. La Belgique considérée comme capital de l’union européenne par sa position stratégique (administration, parlement etc.) est considérée en état d’alerte 3 sur une échelle de 4 dans l’hypothèse d’une d’attaque terroriste. De nombreux policiers sont devant les institutions. L’armée se positionne également devant des endroits stratégiques.

Voilà le résumé d’une actualité récente que nous essayons d’analyser ensemble lors des tables de conversation [1] :

Prendre de la hauteur…

Notre groupe se réunit depuis plus d’un an autour de nos envies de partager nos différences, nos cultures, nos regards sur la société. Venant d’horizons lointains avec notre éducation et nos cultures respectives.

Nous ne comprenons pas tous les enjeux, les tenants ou les aboutissants de ce drame. Les réactions de par le monde tantôt hostile tantôt fraternel et bien d’autres conséquences qui suivent cette actualité.

Certains d’entre nous connaissent « Charlie Hebdo », parce qu’ils ont un amis belges qui le lisent, d’autres ont été heurtés par le passé par des dessins qu’ils ne comprenaient pas.

En résumé, certains d’entre nous connaissent le contenu du « Charlie hebdo » par des connaissances ou par curiosité, d’autres en ignorent complètement l’existence et le contenu.

Nous sommes là pour apprendre à comprendre un environnement de vie qui est parfois semblable en tout point à nos pays ou cultures d’origine, parfois en totale opposition.

Là où certains voient de l’humour, d’autre voient peut être une insulte. Là où certains voient une invitation sincère et sans détour, d’autres y voient un « piège ». Là où certains proposent une marque sincère de respect en voulant respectueusement dire bonjour, d’autres pourraient le percevoir comme une forme rapprochement trop fort ou trop directe.

Nous apprenons quotidiennement ce qu’est le grand défi de la communication interculturelle. Comprendre la culture du pays d’accueil, tout en proposant des alternatives en fonction de sa propre culture. C’est un travail complexe qui demande du temps, de l’ouverture, des concessions, de la confiance, et du dialogue. Rajoutons à tout cela l’éventuel quiproquo dû à la langue du pays d’accueil (un français riche et complexe) ou de ses codes culturels en opposition aux codes du pays d’origine (culturel ou religieux…)

Nos propositions.

Quel avenir pour notre groupe qui doit apprendre à évoluer avec la complexité de l’actualité ? Quel projet proposons-nous pour continuer à faire ce vivre ensemble ?

En tant que participants du groupe des « tables de conversation et d’activités citoyennes », nous sommes conscients que le monde n’est pas figé, qu’il est en perpétuel mouvement.

Nous voulons comprendre ce qui nous amuse, nous fait pleurer, nous heurte dans une œuvre, une actualité, une information. Nous voulons comprendre notre rapport à celle-ci.

Le rapport à l’image et à l’information n’est pas le même de l’orient à l’occident, du nord au sud, de l’est à l’ouest.

Les pistes que nous privilégions sont le dialogue par l’outil culturel. Les processus immuables propres aux civilisations de par le monde tel que la poésie, le chant, la musique, les œuvres picturales…

Cela nous renvoie éternellement aux thèmes contemporains et à l’actualité.

Dans les mois qui vont suivre, nous continuerons à nous pencher sur l’actualité et son influence sur le quotidien. Nous nous confrontons à l’image qui s’impose à nous. Nous essayons de la lire et de la comprendre.

L’image dans les pays européens est présente partout et sur toutes ses formes. Certains d’entre nous ne voient aucune différence avec leurs pays d’origine, d’autre y voient des nuances. La présence de l’image en Afrique centrale ne sera pas la même que celle des Etats-Unis ou de l’Europe pour ne prendre qu’un exemple parmi d’autres.

L’image et son influence sur la culture est une partie du travail effectué lors de nos sorties et de nos entrevues avec divers acteurs associatifs.

En parallèle la culture et l’artistique viennent compléter notre voyage dans le monde de l’image. La culture comme vecteur de compréhension de l’image d’actualité nous a été proposé par certains participants et par l’animateur qui nous accompagne dans notre réflexion. Voici les bases de notre travail futur.
À bientôt pour de nouvelles aventures citoyennes.


Le groupe des « tables de conversations et d’activités citoyenne ».

[1les propos rédigé dans cet article sont le résultat de réflexions compilées au cours de nos rencontres qui se déroulent deux fois par semaine à raison de 2h30 de moyenne lors des « tables de conversations et d’activités citoyennes » proposée par le C.I.E.P du M.O.C de Liège. Elles sont rédigées par l’animateur qui se soucie de rendre le mieux possible les témoignages et prise de paroles lors de ses séquences d’animations. Le résultat de ce compte rendu est soumis aux groupes et approuvé par celui-ci avant d’être publié.