Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

La CSC partage la colère des travailleurs d’Arcelor Mittal

jeudi 31 janvier 2013

Réaction de la Fédération de la CSC Liège Huy Waremme

Nous n’acceptons pas cette politique capitaliste qui vise à engranger un maximum de profit et qui jette les travailleurs à la rue sans autre considération !

Nous n’acceptons pas cette politique capitaliste qui oublie que ce sont les travailleurs qui font la plus-value et qui sont le véritable moteur de l’économie.

ArcelorMittal a amené les travailleurs à négocier la suppression d’une partie de l’outil industriel en leur donnant l’espoir que le froid serait consolidé. A présent, il les laisse tomber : c’est une trahison, c’est inacceptable.

Nous rappelons à Mittal que les dictatures partout dans le monde finissent un jour par tomber. Sa dictature sur la sidérurgie européenne aura aussi son heure !

Nous sommes convaincus que la sidérurgie a encore un avenir à Liège. Mais il est de la responsabilité du monde politique de construire une espérance raisonnable et durable et sa priorité doit être la défense des travailleurs et de leur emploi à travers le maintien de l’activité sidérurgique qui reste l’épine dorsale économique du bassin liégeois.
Enfin, nous tenons à exprimer notre solidarité envers tous les travailleurs.

Jean-Marc Namotte, Secrétaire fédéral, CSC Liège-Huy-Waremme

La CSC partage la colère des travailleurs d’Arcelor Mittal

Le couperet est à nouveau tombé sur la sidérurgie et l’emploi. Après Ford, Duferco, NLMK… l’amère nouvelle concernant Arcelor Mittal nous écœure et laisse un sentiment de colère !

Cette décision glaciale frappe de plein fouet 1300 travailleurs et leurs familles. Les travailleurs ont fait d’énormes efforts pour assurer l’avenir de leur usine. Manifestement, ces travailleurs et leurs familles ne comptent pas pour Monsieur Mittal, qui ne tient absolument pas compte des garanties qu’il a données, des promesses qu’il a faites, de l’argent public qu’il a reçu et des engagements qu’il a pris. Nous considérons le comportement et les pratiques de Monsieur Mittal comme inacceptables et choquantes.

Les travailleurs d’Arcelor Mittal et de ses sous-traitants peuvent compter sur la CSC et la confiance qu’elle place dans ses délégués et permanents de la CSC METEA et de la CNE. Nous ferons l’impossible pour défendre au mieux leurs intérêts et leur offrir des perspectives d’avenir correctes et acceptables.

Claude Rolin, Secrétaire Général de la CSC

ACTUALIÉ : C’est la douche froide chez ArcelorMittal !

Ce jeudi 24 janvier, lors d’un Conseil d’entreprise extraordinaire, la direction a annoncé aux représentants des travailleurs son intention d’arrêter définitivement les 7 unités qu’elle juge non stratégiques !
Les sites visés sont la cockerie de Seraing, la centrale « énergie » d’Ougrée et de Seraing, le TLB de Chertal, une des deux filières de laminage à froid de Tilleur, Galva 4 et 5 à Flémalle, HP3 et 4 à Marchin ainsi que le maintien de la LP2 de Ramet uniquement en support de la Combiline .

Quelque 1300 travailleurs seraient concernés par cette fermeture : une nouvelle procédure Renault vient d’être enclenchée. Si on ajoute les 795 travailleurs de la phase liquide, au total 2095 personnes seraient licenciables.

Ce qui signifie que la sidérurgie à Liège n’emploierait plus que 800 personnes !

L’annonce faite ce matin confirme bien les craintes exprimées à maintes reprises par les organisations syndicales car le plan industriel d’ArcelorMittal condamnait indirectement les lignes dites « non stratégiques ».

Le combat mené jusqu’à présent pour un plan industriel fort et solide pour l’ensemble du froid de Liège était et est amplement justifié.
Le monde politique ne peut plus tergiverser  : sa priorité doit être la défense des travailleurs et de leur emploi à travers le maintien de l’activité sidérurgique qui reste l’épine dorsale économique du bassin liégeois. Il est grand temps qu’il prenne les choses en main car cette annonce confirme le désengagement du groupe Mittal à Liège.

La CSC, avec l’ensemble des organisations syndicales d’ArcelorMittal, va s’organiser pour définir un calendrier d’actions et émettre des propositions pour maintenir l’activité sidérurgique dans notre région. Toutes les options seront envisagées. L’ensemble des installations sont à l’arrêt jusqu’à ce lundi 28 janvier ; date à laquelle une assemblée générale du personnel est programmée.

<BIG>Suivre l’actualité sur le site de la CSC Liège-Huy-Waremme</BIG>