Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

MANIFESTATION 26 octobre 10H à Seraing : Sidérurgie liégeoise, le combat de tous

mercredi 26 octobre 2011

Manifestation en front commun mercredi 26 octobre à 10 heures, à Seraing, devant l’hôtel de Ville (place Communale).

JPEG - 801.8 ko

Vous le savez, la sidérurgie de Liège est, à nouveau, menacée de mort. Son propriétaire, le groupe ArcelorMittal, a enclenché un processus de fermeture des lignes à chaud. Ce n’est qu’une étape. Ce qui est planifié, c’est, à terme, la liquidation de toute la sidérurgie du bassin, froid et chaud confondus.

Un véritable génocide social.

Mittal cherche de cette manière à accroître ses bénéfices, selon un schéma simple : réduire la production d’acier dans le monde pour en augmenter le prix et, donc, en retirer plus de moyens.

Ce qui se passe ne concerne pas que les sidérurgistes. L’acier reste une des colonnes vertébrale de l’économie de notre région. Vous avez tous un parent qui travaille chez ArcelorMittal. Ou alors, dans votre entreprise, des commandes – des emplois – dépendent de la sidérurgie. Au bout du compte, l’un dans l’autre, des milliers de travailleurs sont liés à ArcelorMittal, d’une manière ou d’une autre. Des milliers de travailleurs, donc des milliers de famille.

Et cela, avec le mépris le plus total des patrons. La veille du jour où il a annoncé la fermeture, Mittal avait annoncé l’embauche de 20 travailleurs sur les lignes qu’il supprimait… Il n’a respecté aucun des engagements pris les années précédentes. Il a engrangé plus de 2,5 milliards d’euros de bénéfice lors du dernier exercice, acheté à tour de bras des mines de fer et de charbon… Mais il ferme Liège pour gagner encore plus.

Pourtant, rien n’est perdu. Les travailleurs d’ArcelorMittal sont unis, solidaires, déterminés. Ils ont déjà renversé des tendances aussi négatives. Et cela grâce au soutien indéfectible de la région, de ses travailleurs, de ses habitants.

Rien n’est perdu. Les conditions d’une réorientation existent, avec l’appui de la région wallonne. Ce que produit le bassin liégeois, tant en termes de qualité que de coût, est à plusieurs titres exceptionnels. Le centre de recherches liégeois est le meilleur du groupe. Liège est, encore aujourd’hui, le seul pôle industriel capable de produire certains aciers de haute technologie. Liège doit reprendre son sort en mains, avec l’appui de la région wallonne, des forces vives et, bien sûr, de tous les citoyens. La sidérurgie, à Liège, doit de nouveau appartenir aux Liégeois.

Et c’est pour cela que le front commun FGTB-CSC fait appel à vous. La solution passe par une mobilisation de tous, parce que tout le monde est concerné.

Le combat sera long, nous aurons donc besoin de toutes nos forces pendant longtemps.

Nous vous fixons un premier rendez-vous ce mercredi 26 octobre à 10 heures, à Seraing, devant l’hôtel de Ville (place Communale). Cette première concentration en appellera d’autres. Restez mobilisés. Votre avenir et celui de vos familles en dépend.

NB à tous les travailleurs non-sidérurgistes. Si vous avez l’impression que votre entreprise ou votre emploi est particulièrement menacé par les menaces d’AreclorMittal, prévenez votre permanent syndical. Vous nous aiderez ainsi à faire le relevé le plus complet possible de toutes les conséquences pour Liège de la fermeture du chaud.
Editeurs responsables : Marc GOBLET et Pierre LEPINNE