Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Mieux comprendre la révolution numérique...

jeudi 19 janvier 2017

Mieux comprendre la révolution numérique pour construire des réponses appropriées

Les technologies connectées, les lignes de production intelligentes, les nouveaux circuits de distribution, les plateformes collaboratives… révolutionnent le monde du travail. La CSC Liège Huy Waremme souhaite appréhender au mieux ces transformations pour construire des réponses appropriées. C’est pourquoi, elle a ouvert un processus de réflexion sur la révolution numérique et les défis qu’elle représente pour les travailleurs et l’action syndicale.

« Nous avons choisi de mettre la digitalisation au cœur de notre réflexion syndicale car l’évolution du monde du travail et des rôles syndicaux qu’elle induit nécessitent d’être analysés finement, explique Jean-Marc Namotte. Le sujet est à la fois vaste et complexe. En plus d’automatiser les tâches et de les modifier, l’économie numérique demande aux consommateurs de faire le travail eux-mêmes, se passe des intermédiaires dans les filières... Des emplois vont disparaître, se transformer, se créer ou prendre de nouvelles formes, notamment avec le développement des plateformes. Les trajectoires des carrières seront davantage multiformes avec des périodes de non-travail, des prestations d’indépendant, de l’intérim, des employeurs différents, etc. »

Ateliers technologiques
Tous ces changements suscitent une foule de questions sur le volume et les formes d’emploi, les conditions et le temps de travail, les salaires, la formation, la conciliation vie privée-vie professionnelle, la santé et l’épanouissement personnel, la concurrence entre un marché du travail régulé et un marché du travail échappant à toute réglementation, le financement de la protection sociale, le rôle et la place

Pour y voir plus clair, la CSC Liège Huy Waremme a franchi une première étape dès le mois de novembre en organisant, en ses locaux, des ateliers de démonstrations technologiques. Les militants ont pu toucher de nouvelles technologies : deux imprimantes 3D, un cobot (robot collaboratif), un robot intelligent, des objets connectés, un drone, une caméra 360 d°, un casque de réalité virtuelle, des applications de réalité augmentée… A l’issue de chaque visite, les participants ont été invités à remplir un questionnaire : connaissent-ils les technologies numériques, ont-elles fait leur apparition dans leur entreprise, quel a été leur impact sur l’emploi, les conditions de travail, le travail syndical...

En décembre, une conférence-débat a permis de faire connaissance avec l’usine du futur et plus généralement de découvrir l’évolution technologique dans les entreprises wallonnes. Ensuite, elle a donné l’occasion à chacun de cerner les impacts de la transformation numérique sur l’économie, l’emploi, les métiers, les citoyens et de découvrir la stratégie « Digital Wallonia » mise en place par la Région wallonne.

Congrès 2017
En ce début d’année, des visites d’entreprises ciblées pour leurs technologies permettront aux militants d’encore mieux se familiariser avec les évolutions de terrain. Ensuite, des focus groups animés par le Lentic, centre de recherche de l’ULg axé sur les innovations organisationnelles et l’évolution du travail, affineront la réflexion sur les défis posés la digitalisation. Le 1er février, une conférence-débat emmènera les militants à la rencontre des smart cities et des entreprises interconnectées avec un zoom sur les enjeux économiques et environnementaux.

L’ensemble de la matière récoltée et les analyses fournies par le Lentic alimenteront le Congrès de la CSC Liège Huy Waremme fixé au 17 février. « Cette première approche sera bien sûr complétée par la suite. Au final, ces démarches doivent nous permettre d’être en phase avec la réalité actuelle afin de nous outiller au mieux pour faire entendre la voix des travailleurs, de tous les travailleurs », conclut Jean-Marc Namotte.