Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Projet d’accord interprofessionnel pour 2007 et 2008

jeudi 21 décembre 2006

Les interlocuteurs sociaux viennent de signer un projet d’accord interprofessionnel pour les années 2007 et 2008. Cet accord, qui doit encore recevoir l’accord des diverses parties concernées, est un élément essentiel de notre paysage social.

Le texte complet de l’accord.


Claude Rolin, secrétaire général de la CSC, réagit àcet accord dans une interview : "Ecoute et interaction"

Les deux négociateurs de la CSC au "groupe des dix" sont son président, Luc Cortebeeck, et son secrétaire général, Claude Rolin. Luc Cortebeeck était l’un des négociateurs les plus expérimentés au sein du groupe. D’après les observateurs, il en est aussi un des membres les plus respectés et les plus écoutés. Quant àClaude Rolin, nommé secrétaire général voici près d’un an, il vivait sa première négociation en vue de conclure un accord interprofessionnel. L’occasion de l’interroger sur le contenu de l’accord et sur la manière dont les négociations se sont déroulées.

Que représente ce projet d’accord pour les négociateurs de la CSC ?

"Sur le contenu, c’est un compromis, donc du donnant-donnant, et l’on ne peut donc pas avoir tout ce que l’on veut ! Comme négociateurs de la CSC, nous pensons être arrivés àun projet d’accord équilibré, qui rencontre au moins partiellement nos revendications. C’est bien d’un projet d’accord dont il s’agit. Cela veut dire que ce ne sont pas les négociateurs qui peuvent dire si le résultat auquel ils sont parvenus est bon ou mauvais. Cela, c’est la décision des militants et des militantes dans les centrales professionnelles et dans les fédérations. Donc, le plus important n’est pas encore fait ! Il faut que les permanents des centrales et fédérations expliquent clairement aux militants le contenu du texte et la portée des propositions, et les consultent sur l’opportunité d’approuver ce projet. Sur cette base, le conseil général de la CSC qui se réunira le vendredi 19 janvier prochain pourra se prononcer."

C’était votre première négociation en vue d’un AIP. Quelle expérience en retirez-vous ?

"C’était la première fois que je vivais une telle négociation de l’intérieur de la confédération et je suis vraiment impressionné par la capacité qu’a la CSC de se mobiliser pour préparer un tel événement : il y a une énorme implication dans les réunions et les discussions de fond, et les services sont en permanence sur le pont, tant pour la préparation que pour la négociation et pour la communication du projet. Je ne connais pas beaucoup d’organisations capables de se mobiliser àce point. Quant àla négociation elle-même, on savait qu’elle serait difficile et, effectivement, elle l’a été ! Mais l’ensemble des acteurs de la négociation avaient conscience de leurs responsabilités et l’on a eu une véritable concertation, avec de l’écoute et de l’interaction. La négociation ne s’est pas déroulée sur le mode du consensus mou, loin s’en faut. On a vécu l’expression forte de divergences pour arriver àde vraies solutions de compromis."

(Interview reprise du site de la CSC)