Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Ulburghs Jef (1922-2010)

lundi 6 septembre 2010

Jef Ulburgs était né àZolder le 9 juin 1922 et y est décédé le 31 aoà»t 2010 àl’âge de 88 ans des suites d’une courte maladie. [1] Il fut prêtre (atypique !), homme de terrain et engagé en politique.

Il était né dans une famille très active dans les milieux ouvriers et dans le combat social, famille des milieux agricoles et de classes moyennes. Son père fut marchand de bestiaux et promoteur de coopérative locale laitière.

Formé au Collège Saint-Joseph (Sint-Jozefscollege) de Beringen puis au grand séminaire de Liège et ordonné prêtre par Mgr Kerkhofs en 1947, Jef Ulburghs voulut d’emblée se consacrer comme prêtre-ouvrier aux "damnés de la terre", les "gueules noires" vivant dans les régions minières du pays.

Comme beaucoup de jeunes prêtres limbourgeois, il fut affecté àune paroisse liégeoise : c’est àGrâce-Hollogne, en banlieue liégeoise, que Jef Ulburghs passe une bonne partie de sa vie de prêtre. Il y devint vicaire de la paroisse Saint-Remy du Berleur puis curé de la paroisse Notre-Dame Auxiliatricedu Berleur entre 1947 et 1961. Ce fut làqu’il y eut trois morts lors des manifestations de la question royale.

Ensuite il a été aumônier du MOC àSeraing de 1961 jusqu’en 1969.

Il retourne dans le Limbourg en 1969, quand le Limbourg devint également un diocèse, se séparant de Liège. Là, dans la paroisse de Zwartberg, il lutte aux côtés des mineurs de fond lors des fermetures des mines au début des années 70, puis avec les dockers du port d’Anvers. Il fut également, dès son retour au Limbourg, secrétaire adjoint de la commission diocésaine "Justice et Paix".

Il fut également président fondateur dès 1969 des "Wereldscholen", s’investissant beaucoup dans la formation.

En 1971, il se rendit àla conférence internationale de la CNUCED qui se tenait àSantiago au Chili. Là, il fit une grève de la faim, relayée par les médias internationaux.

Il s’engagea en politique dans les années ’80 et ’90, d’abord au conseil communal de Genk : il fut candidat d’ouverture lors des communales de 1982 àGenk sur une liste du Parti Socialiste (SP) et fut élu avec éclat. En 1984, il occupa une "place de combat" sur la liste SP pour les élections au Parlement Européen ; il conquit son siège et resta une législature parlementaire européen. Ensuite, il rejoignit Agalev et fut élu sénateur en 1991 et fut, en même temps, membre du Parlement flamand. En 1994, il céda sa place pour un autre candidat d’Agalev. La même année, il fut de nouveau élu au Conseil communal de Genk où il siégea jusqu’àla fin de 1995. Il avait pris congé de ses activités politiques en 1995 àl’âge de 73 ans.

Socialiste àses débuts, il est ensuite passé dans les rangs d’Agalev, le parti écologiste flamand devenu Groen !.

Après avoir quitté la politique, l’ancien parlementaire européen, alors octogénaire, écrit en 2005 une thèse de doctorat àl’Université catholique de Louvain-la-Neuve sur le thème de la « subsidiarité ».

Les thèmes de prédilection de ce militant pacifiste étaient la défense des minorités, des immigrés, des mineurs de fond et du quart monde. La lutte qu’il a longtemps menée en faveur des mineurs de charbon ne l’a pas empêché de s’engager sur d’autres fronts, au Salvador, au Nicaragua durant la période des guerres civiles en Amérique centrale, en Palestine ou dans l’Afrique du Sud de l’apartheid.


Voir la biographie (en néerlandais) réalisée par le Kadoc.

Voir le dépouillement de ses archives déposées au Kadoc : dépouillement réalisé en néerlandais. Une partie de ses archives concerne la période "liégeoise".

Des interviews sont également conservées.

[1Sources diverses : Belga, site catho.be, Kadoc, RTBF, De Standaard