Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Position du Comité fédéral

Arcelor : le cynisme àl’œuvre

Position du Comité fédéral

lundi 3 mars 2003

Comme un coup de tonnerre … capitaliste

Comme un coup de tonnerre, malgré toutes les promesses faites lors de la vente en 1998 de Cockerill, Arcelor a fait savoir le 24 janvier dernier qu’il allait supprimer àLiège toute la filière àchaud de la sidérurgie, comme il allait le faire pour d’autres sites continentaux en France et en Allemagne.

Arcelor se dit « une entreprise citoyenne et responsable  » avec « une conception concrète et responsable de la citoyenneté, partagée par l’ensemble de ses collaborateurs  » mais nous ne pouvons que rire jaune. Nous pouvons constater en effet la manière dont cette entreprise assume ses responsabilités vis-à-vis de ses travailleurs alors que son « résultat opérationnel a été, pour les trois premiers trimestres de 2002, de 243 millions d’euros (10 milliards d’anciens francs belges), soit 3,8% du chiffre d’affaires contre 132 millions d’euros ou 2,1% du chiffre d’affaires pour la même période en 2001  ». Un discours et des faits en tellement grande discordance !

Ces décisions sont pour nous une « parfaite  » illustration de la logique capitaliste, cynique par nature, privilégiant uniquement la rentabilité du capital.

Etre solidaire et sauver l’avenir

Le MOC Liège-Huy-Waremme, révolté par cette décision, est d’abord solidaire des milliers de travailleurs et de travailleuses qui risquent de perdre leur emploi, àCockerill et ailleurs. Le MOC Liège-Huy-Waremme soutient toutes les actions que la CSC et le Front Commun syndical mèneront pour défendre l’emploi, pour exiger en priorité le respect de tous les engagements signés, pour assurer également, au-delàd’eux-mêmes, un avenir ànotre région.

Il faut que la sidérurgie liégeoise reste intégrée, couplant le chaud et le froid, lui permettant de construire un avenir réel. C’est pourquoi nous appelons tous les responsables politiques liégeois, wallons et belges àfaire front dans ce combat avec les travailleurs de Cockerill. C’est simplement leur devoir.

Cette action doit être aussi comprise comme une action plus globale contre le capitalisme sauvage, celui qui aujourd’hui supprime 10 000 emplois pour augmenter la rentabilité du capital de quelques pour-cents, celui qui ne reconnaît pas le droit au travail des hommes et des femmes.

Au-delàde ce que nous vivons avec Cockerill aujourd’hui, il faut certainement aussi continuer àpenser et àagir pour le redéploiement économique et la réindustrialisation du bassin liégeois. Mais ce développement de la région doit absolument être moins dépendant des grands groupes capitalistes qui n’ont aucune nationalité, qui n’ont aucune attache, qui n’ont aucun sentiment. Ce nouveau développement économique et social doit être centré en priorité sur les besoins des hommes et des femmes et non sur l’argent. Ceci ne sera possible qu’en solidarité avec tous les autres pays, en exigeant que le politique reprenne une place centrale dans les choix de développement.

Le 12 mars àLiège

C’est pour soutenir ce combat, tant pour les travailleurs de Cockerill que pour tous les habitants de notre région, que nous appelons chacune et chacun àparticiper activement àla grande manifestation organisée le 12 mars prochain par le front commun syndical.