Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Travailleurs sans papiers en grève de la faim : la CSC et la FGTB réagissent

jeudi 24 janvier 2008

Ce jeudi 24 janvier, les responsables nationaux de la CSC et de la FGTB se sont rendus au 91 rue Royale àBruxelles pour témoigner du soutien qu’ils entendent apporter àces personnes en lutte pour leur dignité. Cela fait maintenant 25 jours que 150 personnes ne disposant pas de papiers y mènent désespérément une grève de la faim pour se faire entendre du ministre de l’Intérieur et tenter de débloquer leur situation.

La FGTB et la CSC constatent que de nombreux sans-papiers ont aujourd’hui acquis la conviction (et comment leur en faire grief ?) que le chemin le plus court vers la normalisation de leur situation passe… par une grève de la faim, avec tout ce que ce type d’action entraîne comme risques majeurs pour leur santé et leur vie. Ce n’est pas humainement acceptable.

Aussitôt informées du mouvement, la CSC-Bruxelles-Hal-Vilvorde et la FGTB-Bruxelles s’étaient mises en front commun pour apporter le premier soutien matériel indispensable àl’occupation du bâtiment, particulièrement insalubre, du 91 rue Royale. Elles se sont également préoccupées de l’encadrement médical des grévistes : grâce àl’action d’une dizaine de médecins, travaillant dans des conditions évidemment très difficiles, un suivi médical a pu se mettre progressivement en place, avec l’aide de stagiaires, bien encadrés par des médecins seniors, et de la Croix-Rouge.

De manière générale, la FGTB et la CSC rappellent que les travailleurs clandestins ne sont responsables ni des guerres, ni des dictatures, ni de la dérégulation mondiale du marché du travail. Tout au contraire, ils en sont les victimes : victimes du sous-développement, victimes de la violence, physique ou économique, victimes de négriers, et de toutes sortes d’intermédiaires sans scrupules.

Aujourd’hui, les deux organisations syndicales rappellent avec force leur revendication pour la mise en place rapide d’une Commission de régularisation impartiale et indépendante. Celle-ci devra travailler sur base de critères clairs et permanents, qui permettent de donner enfin une existence légale àdes personnes qui, de fait, sont membres àpart entière de notre société. Devront notamment faire partie de tels critères : la longueur anormale de la procédure de regroupement familial ou de régularisation, l’impossibilité matérielle de retour, et les attaches durables, simple reconnaissance du fait que la personne a établi le "centre" de sa vie (affective, sociale et économique) en Belgique, parfois, tout simplement, du simple fait de la longueur des procédures administratives d’installation légale dans notre pays.

Pour plus d’informations : Guy Tordeur, secrétaire fédéral de la CSC-Bruxelles-Hal-Vilvorde, gtordeur@acv-csc.be, 02.508.88.25.