Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Une interdiction des armes àl’uranium en Belgique

Lettre envoyée àdes Parlementaires

mercredi 22 novembre 2006

Le MOC Liège-Huy-Waremme demande une interdiction légale des armes et munitions contenant de l’uranium appauvri ou tout autre type d’uranium produit de manière industrielle.

Nous avons communiqué cette position àPhilippe Monfils, Thierry Giet et .

Comme 25 ONG en Belgique et comme de nombreux médecins et universitaires, nous sommes conscients des conséquences médicales et environnementales nuisibles provoquées par l’emploi d’armes àl’uranium.

L’emploi d’armes àl’uranium appauvri enfreint le droit humanitaire international

L’usage des armes àl’uranium appauvri est en contradiction avec les principes de la Convention de Genève concernant la protection des populations civiles (Art. 48 en 51.4), la limitation de la souffrance humaine inutile (Art. 35.2) et la limitation de dommage vis-à-vis de l’environnement (Art. 35.3 et 55.1). Ces conventions sont toujours légalement obligatoires pour tous les militaires.

L’emploi d’armes àl’uranium cause des problèmes médicaux et environnementaux àlong terme

Les dangers de l’emploi de l’uranium appauvri dans les munitions anti-char résident dans la dispersion de grandes quantités de poussières d’oxydes fines qui se forment après l’impact de cette munition sur une cible dure. Ces particules sont chimiquement et radiologiquement toxiques. Elles pénètrent le corps par les poumons, les intestins ou des blessures ouvertes.

En Irak, où les armées américaines et britanniques ont dégagé au moins 422 tonnes d’uranium appauvri dans l’environnement, les particules de poussière peuvent être transportées par le vent jusqu’à40 kilomètres. Des années plus tard, elles peuvent s’envoler de nouveau àcause de troubles du vent, des machines ou de l’homme et causer encore de la contamination.

À cause de la guerre dans les Balkans l’environnement de ces pays a été pollué avec au moins 12.710 kg d’uranium appauvri. Selon l’OMS, la dose maximale journalière nocive d’uranium pour un homme pesant 68 kg est de 40 microgrammes. Alors qu’un obus antichar de calibre 120mm causera par impact sur une cible dure en moyenne 950 grammes d’oxydes d’uranium appauvri, une munition de calibre 30 mm, tirée par un avion A-10, créera 960 grammes d’uranium appauvri

Outre les poumons, les reins et les os, des recherches scientifiques ont prouvé que l’uranium appauvri peut aussi porter atteinte au cerveau. Le US Armed Forces Radiobiology Research Institute – un institut lié au Ministère de Défense – a prouvé que les oxydes d’uranium appauvri peuvent causer des dégâts irréversibles au matériel génétique, qu’ils peuvent s’accumuler dans les nÅ“uds lymphatiques et qu’ils sont capables de causer des tumeurs.

Les projectiles àl’uranium appauvri ne sont pas les projectiles antichar les plus efficaces

En comparaison avec les projectiles fabriqués àbase de tungstène, les projectiles àl’uranium appauvri n’ont pas d’avantage tactique. L’Allemagne ne possède pas les armes àl’uranium. Ce pays emploie des projectiles légers qui, par leur vélocité élevée, manifestent un effet transperçant comparable avec celui de projectiles àl’uranium appauvri lourd. Le tungstène est un élément non-radioactif.

Une manufacture d’armes a mis fin àl’utilisation de l’uranium appauvri dans sa production

En 2003 la manufacture d’armes BAEsystems a mis fin àl’utilisation d’uranium appauvri dans ses produits. Dans son Corporate Social Responsibility Report BAEsystems écrivait. « On avait peur que l’usage d’armes àl’uranium appauvri puisse causer des dommages ».

L’armée des Etats-Unis a contracté la firme Liquid Metal Industries pour développer « des perforateurs àénergie cinétique plus efficace et ’non-polluante’, présentant une alternative pour les perforateurs d’uranium appauvri ».

Une interdiction des armes àl’uranium n’a pas de conséquences socio-économiques
In tempore non suspecto le directeur du BSDI, Jean-Claude Lacroix, a dit : « l’industrie belge ne participe pas àla fabrication de munitions contenant de l’uranium appauvri »."

Un consensus politique en faveur d’une interdiction
Différents partis politiques en Belgique ont déposé des projets de loi pour l’interdiction des armes en question.

Nous serions heureux si le Parlement Belge pouvait, sur cette question, prendre un point de vue clair et tirer, par son vote, des conclusions correctes. Par une interdiction légale, la Belgique peut satisfaire la demande urgente du Parlement Européen d’instaurer un moratoire sur l’usage des armes àl’uranium appauvri, dans l’attente d’une interdiction mondiale.