Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Midi du Monde "Le Microcrédit en questions" jeudi 12 novembre, 12H à la CSC de Liège

mardi 6 octobre 2009

« Entre solution miracle et diabolisation : le microcrédit en question », était le titre de ce Midi du Monde. C’est Julie Rijpens du Centre d’Economie Sociale de l’Ulg qui est venue nous aider à faire le point sur cet outil de développement qui fait, aujourd’hui, de plus en plus débat.

Qu’est-ce que le microcrédit ?

Il peut se définir comme l’octroi d’un service financier de crédit à des personnes qui n’ont pas accès aux institutions financières commerciales ; l’idée étant de contourner les exigences trop lourdes de celles-ci (solvabilité, capital de départ etc.), sans pour autant pratiquer des taux d’usurier. On rend ainsi accessible le crédit de petites sommes aux plus démunis afin de leur permettre de démarrer des initiatives économiques et réaliser de petits investissements contribuant à améliorer leurs conditions de vie.

A partir de là, les moyens de mettre en place ce genre de système restent extrêmement variés et sans modèle unique. De grandes caractéristiques peuvent toutefois se dessiner :

-  Rendre le crédit le pus accessible possible grâce à des subsides, en particulier d’ONG ou le rendre avant tout rentable, financièrement viable, institutionnalisé et indépendant des subsides.

-  Accorder des crédits individuellement ou prêter à des groupements d’individus. Cette dernière formule garantit une forme de pression sociale et de solidarité entre membres du groupe en cas de difficultés à rembourser.

-  La proximité, géographique et sociale, semble un élément essentiel pour établir une relation fiable entre les micros emprunteurs et l’organisme de microcrédit.

-  De nombreuses initiatives accompagnent leurs microcrédits de formations à la gestion, aux calculs d’un prix de revient, à la tenue de comptes…

Microcrédit = macros changements ?

Le microcrédit comme outil de développement semble connaître un succès croissant depuis déjà quelques années. Certaines « succes-stories » ont rendu le concept populaire de même que le consensus qu’il suscite au niveau de l’ONU, qui avait décrété l’année 2005 « année mondiale du microcrédit », de la Banque Mondiale ou du FMI. Citons également l’attribution du prix Nobel de la paix à Muhammad Yunus (fondateur de la Grameen Bank au Bangladesh en 1983), les éloges d’Hillary Clinton ou encore l’investissement dans ce secteur de grandes banques suisses ou du géant pétrolier américain Chevron Texaco qui exploite 75% du pétrole de l’Angola…

D’après plusieurs études, ce secteur semble progresser vers plus d’efficacité de fonctionnement et de professionnalisation. Toutefois, ces mêmes études soulignent que l’efficacité du microcrédit pour lutter contre la grande pauvreté reste loin d’être évidente. Instrument légitime dans certaines conditions, le microcrédit serait loin d’être une arme massive contre l’extrême pauvreté dans laquelle vivent plus d’un milliard d’individus… Pouvant ponctuellement améliorer des conditions de vie et répondre à de vrais besoins, le microcrédit n’en reste pas moins un facteur parmi d’autres du développement socio-économique et reste bien en tant que tel un moyen et non une fin en soi.

C’est pourquoi, conçu à la base dans une perspective sociale pour corriger les exclusions du marché financier, il faut toutefois se méfier de l’investissement idéologique dont ce concept peut faire l’objet. Idéologie qui consiste à faire du microcrédit une solution miracle et surtout le symbole d’une vision libérale du développement où le marché dédouane les Etats, du Nord comme du Sud, de leur responsabilités envers les citoyens les plus pauvres réduits à des clients micro entrepreneurs isolés.

MUFEDE, un exemple d’initiative de microcrédit soutenue par Solidarité Mondiale au Burkina Faso

La Mutualité « femmes et développement », MUFEDE, est une coopérative d’épargne et de crédit spécialement destinée aux femmes et principalement gérée par des femmes. MUFEDE existe depuis 1994, soutenue par Solidarité Mondiale depuis 2002, elle compte actuellement plus de 17.000 membres. Son objectif est de donner aux femmes la possibilité d’avoir un revenu grâce à de petites activités commerciales afin de subvenir aux besoins de leur famille. MUFEDE soutient ainsi une soixantaine de projet dans le domaine de la production agricole, de la transformation agroalimentaire, la culture maraîchère ou encore des groupements féminins actifs dans la transformation et la commercialisation de fruits et légumes. Le projet « AVENIR » en est un exemple concret, il s’agit d’un groupement de femmes appuyé par MUFEDE pour l’achat de charrettes à eau utilisées pour la collecte et la vente d’eau dans la ville de Ouagadougou (capitale du Burkina Faso).

Sources (pour en savoir plus) :

- Plan de l’intervention de Julie Rijpens lors de ce Midi du Monde du 12 novembre avec également une série de références à la fin

-  Dossier spécial du « Ici et Là-Bas » (périodique de Solidarité Mondiale) n°58, sept-oct 2005

- « Microcrédit/microfinance », article d’Arnaud HENRY sur le site du CES (Centre d’Économie Sociale de l’ULg)

-  « Microfinance : un état des lieux » par Marc LABIE, article disponible sur le site :

-  « Plein feu sur la microfinance en 2005 ! »par Valérie de Briey (CERESI,Centre de Recherche pour la solidarité et l’innovation sociale de l’UCL), « Regards économiques » n° 28, mars 2005,

-  « Mythe du microcrédit » article d’Alexander Cockburn sur le blog « Counterpunch »

-  « Le pire des mondes possibles : De l’explosion urbaine au bidonville global », Mike DAVIS, Éd. La Découverte, 2006.