Des actions le 14 décembre pour exiger des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens et rencontrent leur aspiration en justice

4 ans de cécité, 4 ans de surdité, 4 ans de décalage total avec la réalité de tant de Belges. Depuis 4 ans, le gouvernement fait preuve d’arrogance et d’ignorance. Il est dans le déni du vécu des gens. Pendant ce temps, les inégalités se creusent, la précarité grandit.

« Depuis 4 ans, les organisations syndicales ont multiplié, partout, les signaux d’alarme, dans les rues, dans les entreprises, dans les organes de concertation, à travers des manifestations citoyennes qui ont réuni des centaines de milliers de personnes, des grèves, des rencontres, des actions symboliques… rappelle Gaëtan Stas, le président de la CSC Liège Huy Waremme. Nul ne peut gouverner contre ses concitoyens…Parce que nous sommes plus déterminés que jamais, tous ensemble et de diverses manières, nous serons en action ce vendredi 14 décembre pour exiger des mesures qui permettent à chacun de vivre dignement, de ne pas arriver en fin de carrière totalement brisé et de passer une retraite décente. Nous ne voulons pas des miettes, nous revendiquons des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens. Nous avons des alternatives concrètes et crédibles. Pour nous faire entendre, nous avons choisi plusieurs formes d’action ».

 

GRÈVES

N’oublions pas que, derrière le plan gouvernemental, se trouvent des exigences patronales. Il est temps que les employeurs entendent les travailleurs. Pour ce faire, des grèves auront lieu dans la plupart des secteurs ce 14 décembre.

En région liégeoise, une très forte mobilisation est déjà annoncée dans l’industrie, de Safran à Inbev en passant par ArcelorMittal, CMI, la FN, Chaudfontaine, Derkenne, Prayon ou encore les carrières Sagrex à Engis et Moha… Le personnel des grandes enseignes du transport et de la logistique participera massivement au mouvement : Lachs, Swissport, Skechers, Lyreco, la Base Intermarché, etc.
Le TEC ne roulera pas vendredi, les parcs à conteneurs risquent d’être fermés et de grosses perturbations sont prévisibles dans les administrations locales particulièrement à Liège ou à Flémalle…

RASSEMBLEMENTS

Le gouvernement veut nous faire travailler plus longtemps, sans possibilité d’alléger nos fins de carrière, et pour moins de pension, il sabre dans nos soins de santé, il dépouille la sécurité sociale…

  1. Symboliquement, nous invitons tous ceux qui le souhaitent à un rassemblement devant un hôpital, un des plus importants employeurs publics de la région, le CHU du Sart Tilman, de 9h à 10h30, ce 14/12. Nous y organiserons des prises de parole à 9h30, nous distribuerons des flyers sur les voitures et sensibiliserons les travailleurs, les patients, les visiteurs, les étudiants à nos revendications. Nous voulons des fins de carrière soutenables c’est-à-dire à 55 ans possibilité de crédit-temps avec droit à une allocation, à 60 ans possibilité de RCC (prépension) sans disponibilité sur le marché du travail et à 65 ans, âge maximum du départ à la pension. Sans cela, le nombre de malades risque d’exploser.
  2. Dès 10h, des travailleurs du secteur hospitalier, des maisons de repos, de l’aide sociale, de l’aide à la jeunesse, de la petite enfance… se rassembleront devant la clinique Saint-Joseph (rue de Hesbaye), une des composantes du CHC, qui avec plus de 4000 travailleurs, est un des plus gros employeurs privés de la région. Ils manifesteront dans le quartier et distribueront une soupe populaire. Un point presse est prévu à 10h30- voir communiqué en pièce jointe).

 

SENSIBILISATION & PÉTITION

Dans le commerce, on a opté pour de la sensibilisation. Des équipes de militants iront à la rencontre des travailleurs et des clients et leur soumettront une pétition sur les salaires, les fins de carrière, le travail vivable. En centre-ville, dès 10h, elles sillonneront notamment les galeries Saint-Lambert et l’îlot Saint-Michel. En périphérie, c’est Ikea et les centres commerciaux de Hognoul qui seront essentiellement ciblés dès 7h30.

Notons que les membres du personnel des écoles sont invités à se joindre aux actions organisées, sans toutefois empêcher les élèves de participer aux évaluations de la fin du trimestre.