Le temps libre des enfants à nouveau malmené !

Les secteurs de l’Accueil Temps Libre prennent une claque
Les enfants et les jeunes méritent un réel troisième lieu de vie, un lieu à côté de l’école et de la
famille, dans lequel s’épanouir.
CONTEXTE
Depuis plus de deux ans, les différents acteurs composant l’Accueil Temps Libre (ATL), à l’initiative de la
Ministre de l’Enfance, ont entamé une réflexion en vue d’une réforme profonde de leur secteur.
L’ATL est aujourd’hui organisé en 3 secteurs (avec 3 décrets distincts) à savoir :
o Les Centres de Vacances : pour l’accueil des enfants de 2,5 ans à 15 ans durant les congés scolaires.
Par Centres de Vacances, on entend les plaines de vacances (accueil non résidentiel), les séjours de
vacances (accueil résidentiel) et les camps de vacances (accueil résidentiel organisé par les mouvements
de jeunesse). Les Centres de Vacances visent à favoriser le développement physique de l’enfant (via la
pratique du sport, de jeux ou d’activités de plein air), à favoriser la créativité, l’intégration sociale et
l’apprentissage de la citoyenneté et de la participation.
o L’accueil extrascolaire : pour l’accueil des enfants âgés de 2,5 ans à 12 ans avant et après l’école ainsi
que le mercredi après-midi. L’accueil extrascolaire vise à offrir aux enfants des activités de
développement multidimensionnel afin de contribuer à leur épanouissement global. Les accueils
extrascolaires ont également pour but de permettre aux parents de concilier leur vie privée et vie
professionnelle.
o Les Écoles de Devoirs : pour accueillir des enfants de 6 à 18 ans après l’école et durant les vacances,
afin de leur offrir un accompagnement aux apprentissages, des animations éducatives ludiques,
culturelles ou sportives et de développer l’émancipation sociale, l’apprentissage de la citoyenneté et de
la participation des enfants et jeunes accueilli-e-s. Les Écoles de Devoirs ont ainsi pour finalité de lutter
contre les inégalités scolaires et sociales.
En prenant en compte l’enfant dans sa globalité et en lien avec les différents lieux de vie qu’il fréquente, la
réforme de l’ATL, entamée il y a près de 2 ans, visait, à identifier les nécessaires spécificités de chacun de ses
secteurs et à construire un décret unique permettant plus de cohérence tout en préservant leurs
particularités.
Quarante et une réunions (soit 166 heures pour une cinquantaine de représentant-e-s) plus tard, nous faisons
le constat que, dans la note d’orientation de l’avant-projet de décret qui nous a été présentée, nous n’avons
pas retrouvé les points d’attention, les recommandations et les divers éléments constructifs apportés lors de ces nombreuses rencontres.

 

INQUIÉTUDES DU SECTEUR ATL
La réforme qui nous est proposée nous fait craindre pour l’avenir que l’on dessine pour les enfants. Un
avenir où au niveau de l’accueil :
• LA NOTION DE TEMPS LIBRE DISPARAÎT.
Notion indispensable pour laisser les enfants tranquilles, en leur épargnant un maximum les pressions
auxquelles nous sommes soumis-es en tant qu’adultes et les exigences de performance de notre société.
• LA CONSTRUCTION DE L’OFFRE EST CENTRALISÉE.
Actuellement, l’offre est fondée au départ des acteurs au regard de leur connaissance du terrain, mais qu’en
sera-t-il demain quand l’offre sera construite localement certes, mais au départ de quelle analyse et de quels
intérêts ? Ceux du pouvoir communal, des besoins de remédiation aux apprentissages scolaires, des seuls
opérateurs qui seront autour de la table ? Où est l’intérêt des enfants ?
• TOUT SE FAIT AU DÉPART ET DANS L’ÉCOLE.
Avons-nous réellement envie d’une société dans laquelle les enfants ne connaîtront plus que, les murs de
l’école et les murs de leur maison ? De nombreux enfants sont en souffrance à l’école, en phobie scolaire.
N’ont-ils pas le droit d’explorer des horizons différents où ils pourront s’essayer à d’autres relations, d’autres
activités et attentes ?
• L’ACCUEIL EST HOMOGÉNÉISÉ AUX DÉPENS DE LA DIVERSITÉ.
Qu’en est-il de l’épanouissement des enfants si l’on ne leur permet plus de se découvrir dans une diversité
de lieux offrant un panel d’activités variées et dans lesquels ils auront la possibilité de rencontrer différente-s amis et amies, mais aussi d’autres adultes, d’autres référents ? Où se trouve la richesse des rencontres,
la diversité des expériences vécues dans la vision de l’ATL de demain ?
• LA QUANTITÉ PRIME SUR LA QUALITÉ.
Les familles ont de plus en plus de difficultés à trouver des structures pour accueillir les enfants après l’école,
mais aussi durant les congés scolaires et l’ATL peine à répondre à toutes ces demandes. Mais pour accueillir
plus d’enfants, l’avant-projet de décret ne vise pas à renforcer les structures existantes tant au niveau de leur
qualité que de leur capacité d’accueil, mais à accueillir de plus en plus d’enfants, sans les moyens permettant
de garantir un réel accueil de qualité. Voulons-nous des lieux d’accueil qui deviennent des « parkings » à
enfants ?!
• L’ESPRIT VACANCES EST MIS DE CÔTÉ.
Les séjours et les camps continueront d’exister, mais de manière marginale, alors que le lien avec ces temps
particuliers contribue à garantir un esprit « vacances » à l’ensemble des temps d’accueil. Tous les enfants
devraient avoir le droit de vivre des temps de vacances que ce soit dans les plaines ou dans les séjours
résidentiels ou dans les camps, de qualité, avec des activités autres que celles de l’accueil extrascolaire et encadrées par des animateur-trice-s (volontaires, étudiant-e-s, salarié-e-s) formé-e-s dans cet esprit.

Le travail autour de la réforme a au moins le mérite d’avoir rassemblé les acteurs du terrain des trois secteurs
de l’ATL et leur a permis de se découvrir, de mieux se connaître et d’entamer un travail de vision commune
de l’accueil de l’enfance. Un accueil se voulant à hauteur d’enfant afin de lui proposer de la diversité et de la
bienveillance dans des structures spécifiques et de qualité, encadrées par des personnes qualifiées et visant
à offrir aux enfants de réels moments de temps libres durant lesquels ils et elles pourraient découvrir de
nouveaux horizons, de nouvelles activités, rencontrer d’autres personnes, prendre une place active et de fait reprendre du pouvoir d’agir sur le monde qui est le leur.

Communiqué de presse des 3 secteurs « Accueil temps libre » ( écoles de devoirs, centres de vacances et accueil temps libre)

x Logo: Shield Security
Ce Site Est Protégé Par
Shield Security