Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Une politique pour les chômeurs, pas contre eux

mardi 9 octobre 2007

Nous observons dans les trois Régions une progression de l’emploi et une baisse du chômage, même si celui-ci est encore loin d’être totalement résorbé. Nous ne parvenons pas encore à aider tous les chômeurs à trouver un emploi convenable, ni à préparer notre société au coût supplémentaire lié au vieillissement de la population. Il faudra donc redoubler d’efforts.

Dans le même temps, il faudra développer les efforts pour que les chômeurs puissent accéder à ces emplois supplémentaires. En effet, plus le taux de chômage est faible, plus il devient difficile de trouver des candidats pour les emplois. Il n’est pourtant pas question de pénaliser les chômeurs par un plafonnement de la durée ou du montant des allocations. Il faut au contraire les accompagner plus et mieux vers les emplois disponibles.

Le tissu économique

Même si les médias se focalisent exclusivement sur la réforme de l’Etat, le futur gouvernement sera obligé de se doter d’une politique économique et sociale. S’agira-t-il d’une vraie politique pour l’emploi ? Nous craignons que non. En effet, jusqu’à présent, ceux qui ont négocié durant l’été ont donné l’impression d’être particulièrement sensibles aux revendications des employeurs : réduction des cotisations sociales, de l’impôt des sociétés et de l’impôt des personnes physiques, davantage de modération salariale, etc.

Face à la concurrence internationale, il est pourtant clair que nous ne pourrons nous contenter de rester sur la défensive et de n’avoir pour seuls arguments que nos bas salaires et nos charges peu élevées. Nous devons passer à l’offensive et rechercher de nouvelles occasions de marquer des points, que ce soit grâce à l’innovation, la formation ou la rénovation de notre tissu économique, trop peu présent dans les secteurs à plus forte croissance. Cette faiblesse est la principale cause des pertes de marchés que l’économie belge subit sur la scène internationale.

Les charges sur le travail

Nous ne contestons pourtant pas les faibles charges sur le travail, pour autant qu’elles soient compensées par d’autres recettes pour la sécurité sociale et l’Etat, et qu’elles contribuent à la baisse du chômage. Puisque le chômage concerne encore surtout les travailleurs peu qualifiés, c’est avant tout le coût du travail peu qualifié qu’il faut réduire. Le reste ne sert à rien.

Pense-t-on vraiment qu’il suffirait de pratiquer des coupes sombres dans l’emploi public, comme le réclament avec vigueur les employeurs et les "think tanks" libéraux de droite, pour résorber le chômage ?

Les chômeurs de longue durée

Pense-t-on vraiment qu’il suffirait de réduire le montant des allocations pour résorber le chômage ? Deux scénarios seraient apparemment à l’étude : une baisse des allocations pour les chômeurs de longue durée ou, plus simplement, la suppression des allocations à terme. Les chômeurs de longue durée restent la cible de toutes les critiques. Pourtant, le chômage de longue durée diminue sensiblement, grâce à une combinaison de facteurs : l’augmentation de l’emploi, la forte participation des chômeurs de longue durée à la politique d’activation et les moyens supplémentaires que nous avons obtenus des Régions pour la formation et l’accompagnement, surtout des chômeurs de longue durée et des jeunes.

Telle est bien la voie à suivre. Au lieu de voler les chômeurs, il faut les préparer et adapter les employeurs au nombre croissant de fonctions critiques sur le marché de l’emploi. Il est grand temps de s’atteler à cette tâche.

Newsletter CSC 9.10.2007