Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Lonnoy Albert (1920 - )

mercredi 12 juillet 2006

Né à Gedinne le l2 octobre 1920. Candidat en philosophie et lettres de l’Université de Liège, Albert Lonnoy voit ses études perturbées par la Seconde Guerre mondiale. Engagé à la Régie des Télégraphes et Téléphones en 1944, il demande à être détaché de la RTT au Congo belge. Là, il est affecté à la direction du personnel au gouvernement général à Léopoldville (1954-1960). Il est alors un membre actif de I’UNAWAL. Après les événements du Congo, il rentre en Belgique, reprend ses fonctions à la RTT et, en 1974, devient premier conseiller. En 1975, il devient inspecteur général au Fonds de Construction d’Institutions hospitalières et médico-sociales (-1982).

Militant syndical CSC au service des agents des services publics, président de section, président régional, membre du comité national de la Centrale des communications, Albert Lonnoy devient membre du bureau fédéral de la CSC-Liège et oeuvre au sein du MOC. Membre du conseil général de rénovation wallonne (1966-1980), il fait partie du comité directeur de la régionale de Liège de Rénovation wallonne (1967) dont il assure la vice-présidence. Président de la régionale liégeoise CSC de la Centrale des Chemins de fer, Poste, Télégraphe, Téléphones, il est le premier rapporteur de la journée d’étude organisée à Liège par Rénovation wallonne sur le thème La Wallonie au lendemain de la réforme constitutionnelle (22 mai 1971). A cette occasion, Albert Lonnoy insiste sur la nécessité d’une collaboration étroite entre la Wallonie et Bruxelles. Face à une nation flamande homogène et majoritaire, la seule chance pour la Wallonie d’échapper à un statut de minorité protégée, c’est de se présenter avec Bruxelles comme une communauté francophone unie, tant sur le plan économique que culturel. Albert Lonnoy évoque également une solidarité Wallonie-Bruxelles allant dans les deux sens, Bruxelles devant accepter une véritable politique de démocratisation de la culture ainsi qu’une réelle décentralisation économique vers Namur. En guise de conclusion, Albert Lonnoy souligne qu’il est évident pour la défense de l’emploi régional en Wallonie qu’il ne faut pas compter sur les travailleurs flamands.

Conseiller communal de Liège élu en 1964 sur les listes de la Démocratie chrétienne liégeoise, il se présente à la deuxième place sur la liste du Rassemblement wallon aux communales de juin 1971 et élu (1971-1982). Secrétaire du cabinet du ministre de la Réforme des institutions François Perin (1974-1976), Albert Lonnoy fait partie des fondateurs du Club pour les Réformes, l’Europe et les Régions (CRéER – juillet 1976). Membre du Rassemblement des Progressistes et des Socialistes wallons (RPSW), il sera encore conseiller communal de 1982 à 1988. Depuis 1974 et sa fondation à Liège par Jacques Levaux, Albert Lonnoy est membre du Club Richelieu ; il sera président du club de Liège et le gouverneur de la régionale Belgique-Luxembourg. [1]

Bibliographie

[1DELFORGE Paul, DESTATTE Philippe, LIBIN Micheline (Direction), Encyclopédie du Mouvement wallon, Tome II, Lettres F-N, Institut Jules Destrée, Charleroi, Novembre 2000, p.1042.