Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Le tram, structuration d’un futur aménagement régional ?

Editorial Regards

février 2009

Quelques responsables politiques – et non des moindres - y étaient totalement opposés mais l’opinion publique l’a imposé : le tram va faire revivre la ville ! Comme, avec lui, l’utilisation du train dans des déplacements en agglomération. C’est pour nous d’abord le signe que les questions, essentielles, de mobilité ne sont plus seulement traitées du seul point de la voiture, d’un strict point de vue individualiste. Penser la mobilité dans notre espace urbain et peri-urbain à partir des transports en commun est sans doute un des rares moyens de faire face aux enjeux énergétiques futurs.

Le tram, comme tout moyen de transport en commun, peut structurer profondément les espaces dans lesquels nous vivons, leur permettant de se développer harmonieusement, en faveur d’une mixité de fonctions et d’une mixité sociale, dans le cadre du développement de tous les quartiers. Il peut aussi laisser de côté de vastes pans de notre Ville, dans des zones mal ou peu desservies, créant de manière caricaturale cette tension centre - périphérie. C’est un premier enjeu que celui du tracé du tram.

Mais, au-delà même de la mobilité, les questions sont autrement plus larges : la transversalité est par nature une des caractéristiques de l’aménagement du territoire, chaque décision s’appuyant sur d’autres et en générant de nouvelles. Les conséquences à long terme de nos choix sont cruciales. Et la structuration spatiale est souvent une image préfigurant la structuration sociale.

Nous devons donc, en même temps, penser le développement économique, les manières de consommer, de répartir les fonctions sociales, de vivre et de se rencontrer. Derrière des choix de vie en commun, les enjeux financiers, parfois gigantesques, sont bien présents, certains souhaitant évidemment faire du profit avec l’espace public qu’il faut donc, pour ce faire, privatiser. Face à des moyens publics (trop) limités !

Mais il restera toujours au politique le pouvoir de décision … pour autant qu’il veuille l’utiliser : fera-t-il ses choix en fonction de l’habitant, du piéton, du citoyen ou du spéculateur ?

Tant d’enjeux exigent que nous disposions d’un lieu commun de décision, l’agglomération urbaine, et de processus vraiment démocratiques, empêchant les « forces du marché » de faire triompher leurs intérêts. Ce sont des enjeux dans lesquels le mouvement ouvrier doit s’investir avec d’autres associations, présentes sur ce terrain.

Jean-Jacques Jouffroy et Jean-Marie Schreuer