Fédération de Liège Huy Waremme

Naviguer par mots-clés...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) de Liège-Huy-Waremme en Belgique. Parcourir notre site vous permettra de faire plus ample connaissance avec notre projet, nos actions, nos propositions. Le MOC est l’organe de coordination des organisations sociales du monde ouvrier (...) lire la suite

Pour une nouvelle réforme fiscale... enfin plus juste !

Editorial de Regards

septembre 2009

Les déficits publics, tant du budget fédéral que des entités fédérées, est la question centrale de la rentrée : on nous annonce déjà des déficits de l’ordre de 6,3% du Produit Intérieur Brut en 2010, la dette publique redépassant la barre symbolique des 100% du PIB.

La situation est d’autant plus difficile que le gouvernement fédéral précédent a consacré les marges antérieures, générées par une situation économique favorable, à des réductions d’impôts qui ont d’abord profité aux plus hauts revenus.

L’équilibre des finances publiques ne peut se fonder sur la diminution des dépenses, entre autres des dépenses de la sécurité sociale, le système qui préserve le mieux une société de la pauvreté et de l’exclusion sociale. C’est pourquoi, nous plaidons pour une nouvelle réforme fiscale, nettement plus juste que toutes celles qui ont précédé, permettant une augmentation des recettes de l’Etat.

Pour ce faire, nous voulons d’abord la globalisation des revenus : chacun doit payer un même impôt pour un revenu identique, quel que soit sa source. Aujourd’hui, l’impôt sur les revenus des capitaux est nettement plus faible que celui sur le travail et ce au nom d’une concurrence fiscale qui a permis la diminution des impôts sur le capital partout dans le monde. Il faut que cela cesse simplement en calculant l’impôt sur la somme de tous les revenus de chacun.

Cette globalisation aura tout son sens si tous les revenus sont déclarés. Nous avons presque en Belgique le record du monde de la fraude fiscale et un Ministre des Finances dont l’action dans le domaine est bien tiède. Plus largement, il faut par exemple que les subsides remplacent les dépenses fiscales pour le financement des services collectifs et que les abattements fiscaux dans des domaines comme les économies d’énergie laissent la place aux primes, identiques pour chacun.

Nous voulons aussi une meilleure progressivité de l’impôt, en rattrapant l’indexation des barèmes fiscaux et en restaurant les tranches d’impôt les plus élevées.

Toutes ces mesures permettront d’ailleurs de diminuer l’impôt sur les revenus du travail et sur les plus bas revenus. C’est pourquoi, nous devons imposer dans ce débat une justice et une égalité plus grande.

Jean-Jacques Jouffroy et Jean-Marie Schreuer