Author Archives: bp-admin

  1. Province de Liège | Des cours de Zumba pour les 50+

    Leave a Comment

    Dès le mois de septembre, énéoSport* proposera des cours de zumba gold destinés aux plus de 50 ans.

    La zumba est un mélange entre l’aérobic et la danse. Les chorégraphies s’inspirent principalement de danses latines mais pas uniquement. On y trouve notamment des mouvements de swing, de danse du ventre ou encore inspirés des danses de bollywood. La version « gold » est une zumba adaptée dans ses mouvements. Le rythme est plus lent, les mouvements grisants et faciles à suivre dans une atmosphère de fête stimulante.

    Ces cours hebdomadaires auront lieu dans 11 lieux en Province de Liège :

    • A Amay le vendredi à 14h
    • A Ans le mardi à 14h30
    • A Flémalle le mardi à 14h30
    • A Hannut le lundi à 9h30
    • A Hermalle-sous-Argenteau le lundi à 17h30
    • A Liège le mardi à 10h
    • A Remouchamps le mardi à 10h
    • A Rotheux le lundi à 14h30, le mercredi à 9h et à 10h
    • A Tilff le mercredi à 9h30
    • A Visé le mercredi à 14h
    • A Waremme le mercredi et le vendredi à 15h15

    Le 13 septembre, énéoSport organisera une porte ouverte :

    • 14h – 15h : démo de Zumba Gold
    • 15h – 15h30 : danse en ligne

    Lieu : Espace Saint Ode, chaussée Roosevelt 47 à 4540 Amay

    Infos : 04 221 74 46 • www.eneosport.be/liege.html

     * Créée en 1976 et reconnue par l’ADEPS depuis 1979, énéoSport demeure, à ce jour, l’unique association sportive de loisirs spécifiquement dédiée aux aînés en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Forte de plus de 18.700 membres répartis sur 12 régionales, énéoSport reste LA référence « sport aînés de loisirs » au niveau de l’ADEPS. L’asbl propose 26 disciplines différentes.

  2. Sclessin | Rentrée 2019 : Quoi de neuf à Alter Form ?

    Leave a Comment

    En cette rentrée 2019, faisons le point sur deux formations phares de l’organisme d’insertion socio-professionnelle du MOC : les formations aide-soigant(e) & gros-œuvre du bâtiment. La formation gros-œuvre

    Gros oeuvre du bâtiment

    Formation gros oeuvre du bâtiment en 3x5mois, professionalisante, avec stage en fin de deuxième unité.
    La formation en images

    !!! Il reste des places !!!

    Vous avez plus de 18 ans ? Vous êtes inscrit(e) comme demandeur(euse) d’emploi ? La maçonnerie et le coffrage vous intéressent ? Renseignez-vous ou inscrivez-vous au 04/234.71.30 ou alterform@mocliege.be

     

    Formation aide-soignant(e)

    Retour & réflexions sur la formation 2018

    Sur 12 candidats sortis en juin 2018, nous sommes très heureux des 9 sorties positives à l’emploi (secteur privé ou public). Toutefois, il est important de se rendre compte que les emplois sont précaires (fin des contrats à durée indéterminée, temps partiel pour la majorité, horaire à pause).
    A ce jour, nous pouvons parler d’un secteur en pleine mutation par rapport aux actes demandés, seront-ils reconnus demain ? Si oui, quels changements seront à apporter à la formation ? L’âge de l’entrée en institution va-t-il changé vu l’augmentation de l’âge de vie ? Toutefois, Alter Form continue à avancer et à permettre à des personnes dites « éloignées de l’emploi » d’accéder à une formation certifiée.

    Depuis le 14 janvier 2019, un nouveau groupe vient de démarrer (24 candidats dont 5 hommes). Ils sont conscients des enjeux du secteur, des obligations de la formation. Nous leur souhaitons bonne chance.

     

    Modules « découverte des métiers du paramédical »

    Les modules « découverte des métiers du paramédical » démarreront en mars 2019.
    Si vous êtes intéressés, veuillez-vous présenter tous les mercredis à 10hrs au centre Alter Form pour une séance d’information. La durée des module est de 7 semaines avec 3 semaines de stage à l’extérieur afin de finaliser votre projet professionnel.

    Renseignez-vous ou inscrivez-vous au 04/234.71.30 ou alterform@mocliege.be

  3. Liège | « Raconter une première fois en Belgique », un projet vidéo du CIEP de Liège

    Leave a Comment

    Pour commencer l’année 2019, le groupe des tables de conversation du CIEP vous propose la vidéo de présentation de son projet « raconter une première fois en Belgique », réalisée avec les participants de tables de conversation français.

    !! Découvrez la bande annonce de la vidéo !!

    Vous désirez voir la vidéo dans son intégralité ? Vous souhaitez l’utiliser comme support pédagogique pour une de vos animations ? Vous souhaitez participer au projet ? Contactez Pierre Desellier par téléphone au 0483/22.93.65 ou par mail à deselliers@mocliege.org

    Une première fois…

    « Raconter une première fois en Belgique » est un projet élaboré par des participants de tables de conversation en français. Il a pour objectif de raconter une expérience qui est arrivée dans les premières années de vie dans le pays d’accueil : la Belgique. Des migrants racontent un quotidien qui peut nous sembler trivial mais qui se révèle plus compliqué qu’il n’y paraît. Oscillant entre absurde et surréaliste, dramatique et compliqué, c’est une petite portion de vie que nos participants vous livrent sans langue de bois ni détour.

    Genèse du projet

    « Raconter une première fois en Belgique est une expérience réalisée par les participants des tables de conversation du CIEP Liège. Un projet mis en place fin 2017 et qui s’est déroulé sur l’année 2018 et qui a pour ambition de se poursuivre plusieurs années.

    Au terme des activités citoyennes mises en œuvre à l’Agora de septembre à décembre 2017, un groupe porteur a été constitué par une dizaine de personnes désirant parfaire leurs connaissance de la Belgique et du français. L’idée principale qui a été mise en œuvre par ce groupe était la transmission et le partage des expériences vécues dans leur pays d’accueil à la découvert de celui-ci, la Belgique.

    Le média vidéo a été choisi car il semblait plus adapté à l’enregistrement de témoignages ainsi qu’à l’éventuelle transmission de ceux-ci. Pour poser un cadre, nous avons choisi la thématique « raconter une première fois en Belgique » autour de toutes les premières expériences du quotidien dans ce nouveau pays d’accueil avec tout ce que cela englobe comme réaction et appréhension et le ressenti vis-à-vis de celles-ci.

    Le groupe désirait mettre en œuvre la réalisation d’une capsule documentaire qui dévoile les expériences faites en Belgique en insistant sur la donnée « quotidienne » et de concentrer sur l’appropriation des nouveau codes sociaux et sur les échanges interculturels qui se génèrent autour. Il aimerait également développer la mise en avant d’une réflexion afin de combattre les inégalités et la construction de clichés et stéréotypes sur les migrants au quotidien pour combattre le racisme et les discriminations en proposant leur regard sur des situation vécues au quotidien.

    En marge du projet

    Outre la dimension immersive et sociale dans une activité riche en partage interculturel, ce projet veut également développer chez les participants des compétences requises dans leurs demandes d’insertion sociale et professionnelle. Dans un secteur où les participants sont régulièrement soumis à des demande de souscription à des programme de formation et doivent d’inscrire activement dans la recherche d’un emploi, nous voulons proposer une démarche qui propose aux participants de développer davantage de compétences transversales. Nous espérons permettre ainsi d’explorer une série de compétence qui leur serait utiles tout en mettant en place un programme construit par eux-mêmes afin de viser une autonomie permettant une meilleure gestion de leurs compétence et, à terme, de viser une réelle autonomisation.

    Des compétences transversales pouvant être développées par les participants au cours de ce projet :

    • l’expression orale,
    • la constitution d’un discours claire et précis,
    • organisation d’un planning,
    • écouter,
    • analyser et comprendre,
    • développer des nouvelles compétences à partir d’une meilleure appropriation des situations vécues,
    • prendre des initiatives,
    • renforcer la confiance en soi,
    • travailler un esprit collaboratif.

    Finalité du projet

    Une première partie du projet a été réalisée afin de pouvoir être projetée et présentée à toutes structures désirant utiliser la capsule vidéo comme support d’animation à une réflexion autour des enjeux de l’immigration et en particulier à l’insertion des personnes étrangères.

    La capsule présente différents cas de figure illustrant les difficultés de langues mais aussi d’identifier le nouveau contexte social et culturel que les migrants découvrent dans leur quotidien dans une Belgique plurielle. Vous trouverez une vidéo de présentation jointe dans cette article.

    Participer au projet ou obtenir le document

    Pour toute question concernant l’activité ou si vous désirez participer à cette expérience ou pour vous procurer l’intégralité du document vidéo et la fiche d’animation, vous pouvez nous joindre et faire votre demande par téléphone au 0483/22.93.65 ou deselliers@mocliege.org.

    Ce support pédagogique est intégralement gratuit.

  4. Alternatives Solidaires | Logement & démocratie : les revendications du CIEP en vue des élections

    Leave a Comment

    En mai, les citoyens belges seront amenés à choisir leurs représentants fédéraux, régionaux et européens. Un enjeu de taille en prévision duquel le Mouvement Ouvrier Chrétien se mobilise autour de 11 revendications précises. Onze messages forts envoyés à nos dirigeants.
    Chaque mois à partir d’aujourd’hui, nous mettrons l’accent sur deux d’entre eux.

    Garantir l’accès à un logement de qualité pour toutes et tous ? C’est possible !

    En commençant par instaurer un contrôle et un encadrement des loyers et en investissant durablement dans le logement public.

    La proposition du CIEP : Alternatives solidaires 5-6

    Rendre sa vigueur et sa force d’émancipation à la démocratie ? C’est possible !

    En accordant le droit de vote à tou.te.s les citoyen.ne.s sans exception d’origine, en luttant contre toutes les formes de domination et de discrimination, et en élargissant les « droits culturels » de toutes et tous pour redynamiser la participation citoyenne.

    La proposition du CIEP : Alternatives solidaires 5-6

     

  5. Trop vieux pour donner votre avis ? C’est FAUX !

    Leave a Comment

    Vous avez 55 ans et + ? Vous êtes interpellé par les besoins des ainés et la manière dont votre commune y répond ? Vous avez une expertise du quotidien, des avis à partager en matière de bien-être des seniors ? Vous souhaitez échanger vos points de vue… et faire vous faire entendre des nouvelles autorités communales ? Rejoignez le CCCA de votre commune !

    Le CCCA, qu’est que c’est ? C’est le Conseil Consultatif Communal des Ainés. Il se réunit plusieurs fois par an pour fournir au collège communal des conseils et recommandations en matière de bien-être des ainés et encourager la prise en compte de leurs besoins dans les politiques locales.

    Comment ? Ce sont les ainés qui connaissent le mieux les réalités de vie des ainés. Le CCCA est donc constitués de personnes de 55 ans et + qui habitent la commune et représentent :

    • soit en leur nom propre comme citoyen
    • soit une organisation locale d’ainés (présente sur la commune) comme mandataires.

    L’aventure vous tente ? Il est temps que les choses bougent ? Les communes renouvellent leur CCCA

    Le MOC vous soutient et vous accompagne dans la représentation démocratique de votre voix d’ainé auprès de vos autorités communales :

    • Via un mandat MOC : représentez le MOC et ses valeurs de solidarité.
    • Via le mandat d’une de ses organisations constitutives : CSC Senior, Vie Féminine, Equipes Populaires, Enéo et Altéo ASBL.
    • Via l’échange de bonnes pratiques et des réunions locales organisées par un animateur du MOC.

    Vous faites partie d’un organisation locale d’ainés et vous souhaitez la représenter ? Contactez-là !
    Vous occupez déjà un mandat MOC et vous souhaitez le renouveler ? Contactez-nous !
    Vous siégez en votre nom propre ? Nos réunions sont ouvertes à tous les membres des CCCA locaux !
    Il n’y a pas de CCCA dans votre commune ? Créez en un ! Le MOC peut vous appuyer.

    Intéressé ? Contactez Edwine Goldoni : goldoni@mocliege.org

  6. Liège | Ateliers de maîtrise des smartphone, tablettes… avec Eneo

    Leave a Comment

    Enéo Liège propose aux seniors des ateliers pour apprendre à utiliser et maîtriser les smartphone, iPhone, tablettes…

    En petits groupes, une volontaire aiguillera les seniors dans leurs recherches, leur proposera des trucs et astuces pour les utiliser. Infos pratiques

    Infos pratiques

    • Dates : Deux lundis par mois de 10h à 12h
    • Lieu : Bibliothèque des Chiroux, rue des Croisiers 15 à 4000 Liège
    • Entrée gratuite et ouverte à tous !
    • Infos et inscriptions : otten.brouwers@gmail.com • 0478 55 35 28 • www.eneo.be/liege
  7. Elections 2019 | Trois visites pour y voir plus clair

    Leave a Comment

    Le CIEP de Liège, en collaboration avec CIEP Culture, vous propose trois visites de Parlements en vue des élections de mai 2019. Celle-ci se dérouleront le lundi 4 février (visite du parlement fédéral + visite du centre historique de Bruxelles), le mardi 12 mars (visite du parlement européen + visite du Museum des Sciences Naturelles de Belgique) et le lundi 1 avril (visites du parlement Wallon + visite guidée du quartier de l’Ilon).

    Il reste deux visites !

    Bruxelles : Visite du Parlement Européen + visite du Museum des Sciences Naturelles de Belgique – Mardi 12 mars

    Le muséum des sciences naturelles est un vaste et riche musée situé non loin du Parlement Européen. Sa rénovation récente n’a fait que mettre en valeur les collections qu’offre ce lieu. Star du muséum, la galerie des dinosaures, qui est la plus grande d’Europe ! Les Iguanodons de Bernissart, les néandertaliens de Spy, la collection de coquillages de Dautzenberg, les quatre fragments de roches lunaires, le loup de Tasmanie ou la collection d’insectes du Baron de Selys-Longchamps comptent parmi les trésors du musée.
    Les collections sont réparties en six grands thèmes : l’entomologie, les invertébrés récents, les vertébrés récents, l’anthropologie, la paléontologie et la géologie. A découvrir !
    Programme :
    Départ matinal de Huy, Seraing et Liège en car
    - 10 h 30 : début de la visite du Parlement Européen
    - 12 h 30 : fin de la visite et temps libre pour le repas
    - 14 h 00 : début de la visite du Musée des Sciences Naturelles de Belgique
    - 16 h 00 : fin de la visite et retour
    Participation aux frais : 25 €
    Inscription obligatoire dans les meilleurs délais. Nous devons rentrer la liste de participants à la visite du parlement 15 jours avant la visite. Le programme pourrait être inversé suivant les disponibilités de visite du parlement.

    Namur : Visite du Parlement Wallon et visite guidée du quartier de l’Ilon – Lundi 1er avril

    L’après-midi, nous vous proposons une visite guidée du quartier de L’Ilon qui nous permettra de découvrir les joyaux cachés de ce quartier. Notre guide nous emménera découvrir le riche patrimoine architectural de ce quartier souvent oublié par les touristes.
    En effet, le développement économique des diverses activités industrielles ou artisanales ont permis l’enrichissement des maîtres tanneurs, maîtres verriers, maîtres des forges,… Ces bourgeois se feront construire des maisons patriciennes luxueuses dont, hélas, beaucoup sont disparues, mais certains joyaux existent encore. Les fréquentes inondations, les changements urbanistiques et les bombardements américains du 18 août 1944 ont détruit certaines traces du passé mais celles qui ont survécu méritent le détour !
    Programme :
    - 09 h 30 : départ de Liège Guillemins
    - 10 h 30 : rendez-vous à la gare SNCB de Namur
    - 11 h 00 : visite guidée du parlement wallon
    - 12 h 30 : fin de la visite
    - 13 h 00 : repas au restaurant « Le Perron de l’Ilon », entreprise de formation par le travail (en option)
    - 14 h 30 : circuit guidé « Découverte des Joyaux cachés du quartier de l’Ilon »
    - 16 h 30 : fin du circuit
    Participation aux frais : 7 euros
    Inscription souhaitée pour 25/03

  8. Des Ateliers « Futurs parents » avec la Mutualité Chrétienne

    Leave a Comment

    Futurs parents ? Dès le 31 janvier, la Mutualité Chrétienne de Liège organise des ateliers à destination des futurs parents dans la Province de Liège. Ateliers futurs parents avec la Mutualité Chrétienne

    La MC organise dès le 31 janvier des ateliers pratiques, ludiques et gratuits à destination des futurs parents soucieux de préparer au mieux l’arrivée de bébé.
    Des professionnels (sage-femme, conseiller mutualiste…) informeront et répondront aux questions des futurs parents sur de nombreux thèmes :

    • les premiers jours avec bébé : explications sur les premiers soins de bébé (le langer, prendre sa température, lui donner le bain, l’allaiter ou lui donner le biberon) et informations utiles (montée de lait, méconium, test de Guthrie…)
    • Les démarches administratives : infos utiles en assurances hospitalisation, repos de maternité et congé de paternité, inscription de bébé…
    • La sécurité de bébé en voiture : conseils nécessaires pour choisir un siège auto adapté à son enfant et l’utiliser de manière adéquate.

    Infos pratiques

    1. Jeudi 31 janvier à 18h30 Cinéma Sauvenière (Espace Inédit), place Xavier Neujean 12 à 4000 Liège.
    2. Jeudi 28 mars à 18h30 MC, rue Joseph Wauters 21 à 4300 Waremme
    3. Jeudi 25 avril à 18h30 Centre d’Autoformation et de Formation continuée (CAF), La Neuville 1 à 4500 Tihange (Huy)
    4. Jeudi 6 juin à 18h30 MOC, avenue de la République française 6 à 4920 Aywaille
    5. Jeudi 19 septembre à 18h30 MC, avenue des Martyrs 190 à 4620 Fléron
    6. Jeudi 17 octobre à 18h30 Centre de santé, rue de Sluse 17 à 4600 Visé
    7. Jeudi 21 novembre à 18h30 Cinéma Sauvenière (Espace Inédit), place Xavier Neujean 12 à 4000 Liège
    8. Le nombre de places disponibles pour ces séances d’info est limité !
      Inscriptions sur www.mc.be/naissance-liege
  9. Culture | CIEP Culture vous présente son programme d’activités pour les prochains mois !

    Leave a Comment

    Le CIEP Culture, son personnel et ses bénévoles vous souhaitent, très sincèrement, une Merveilleuse Année 2019. Que cette année nouvelle vous apporte joie et santé et qu’elle soit riche en rencontres, en découvertes et en bonheurs, petits et grands.
    Sans plus attendre, découvrez ce que CIEP Culture vous réserve pour les mois de janvier, février et mars.

    Janvier 2019

    • Dimanche 20 : Liège – concert-apéritif + visite guidée du nouveau musée d’Armes
    • Jeudi 31 : Liège – conférence « Les Grandes étapes de l’histoire politique de la Belgique, de 1945 à nos jours » par M. Henri Deleersnijder

    Février 2019

    • Vendredi 1er : Liège – théâtre – « Je vais t’apprendre la politesse … » à la Comédie en Ile
    • Lundi 4 : Bruxelles – visite du parlement fédéral + balade guidée du coeur de Bruxelles
    • Dimanche 17 : Liège – concert apéritif + visite de l’expo « Liège, chefs-d’oeuvre » + rétrospective « Mady Andrien » à la Boverie
    • Jeudi 28 : Liège – conférence « République Dominicaine au-delà des cartes postales » par M.Nicolas Laermans

    Mars 2019

    • Vendredi 8 : Liège – théâtre – One Belle-mère show – Comédie en Ile
    • Samedi 9 : Roubaix – La Piscine et l’expo « L’Algérie de Gustave Guillaumet » et tour de la ville
    • Mardi 12 : Bruxelles – visite guidée du parlement européen et museum d’histoire naturelle
    • Vendredi 22 : Liège – théâtre – Une folie de Sacha Guitry au Gai Savoir

    Avril 2019

    • Lundi 1er : Namur – visite du parlement Wallon + balade guidée pédestre « Découverte des Joyaux cachés du quartier l’Ilon »

     

    Découvrez le programme complet : TDD 142

  10. Retour d’un voyage d’immersion Solidarité Mondiale en République Dominicaine

    Leave a Comment
    JPEG - 318 koLe 8 novembre dernier, un groupe de 12 personnes provenant d’organisations MOC sur Liège mais également de nos partenaires au Burkina Faso (CNTB, RAMS, MUFEDE) s’est rendu en République Dominicaine dans le cadre d’un voyage d’immersion organisé par Solidarité Mondiale à la rencontre des organisations sociales partenaires de l’ONG sur place.

    Au programme, quatorze jours de visites de terrain et de témoignages liés au travail d’AMUSSOL, CASC, CONAMUCA, FEI, MOSCTHA et TURISSOL . De nombreuses rencontres effectuées d’est en ouest et du nord au sud du pays à la découverte de ces mouvements sociaux qui agissent dans le but d’améliorer l’accès à la protection sociale et aux soins de santé, le dialogue social et les droits des travailleurs, le développement d’un tourisme durable, les droits des femmes ou encore permettre aux communautés rurales de développer des activités complémentaires de revenus.

    Plutôt de que d’énumérer tout ce que nous avons découvert durant ce séjour, deux aspects du travail des partenaires de Solidarité Mondiale dans ce pays rendent particulièrement bien compte dans leur contraste de l’impression générale laissée par ce voyage :

     

    Situation des migrants haïtiens dans les « Batey »

    JPEG - 103.2 koUne partie de notre voyage aurait dû se dérouler à Haïti mais une situation très tendue liée à des manifestations contre le président en place et son gouvernement nous a contraint à annuler pour des raisons de sécurité.

    Formant une même île, Haïti et la République Dominicaine ont pourtant des situations et une histoire très différentes sur certains points (en termes géographiques et environnementaux, de passé coloniale, de langue et de culture…). Ces différences ont entraîné au final de grandes différences socio-économiques, nettement en défaveur d’Haïti, qui font que les situations de ces deux pays restent fortement liées avec notamment près de 700.000 migrants haïtiens présents en République Dominicaine, venus dans l’espoir de trouver du travail. Nos rencontres, parmi les plus marquantes de notre voyage, avec les habitants des « Batey » Manolo et LaLouisia dans la province de Monte Plata et le Batey n°6 de Barahona, nous ont permis de nous rendre compte de cette réalité.

    Les « Batey » sont à la base des campements mis en place par l’état dominicain dans les zones agricoles pour abriter les travailleurs des champs de cannes à sucre pour la plupart d’origines haïtiennes. L’exploitation de la canne à sucre a été une des principales ressources du pays pendant de nombreuses années mais la conjecture mondiale l’ayant rendue beaucoup moins rentable, cette culture a commencé à être privatisée à partir des années 90 puis laissée progressivement à l’abandon. Tout comme les habitants de ces Batey qui y sont restés malgré tout faute de travail et de moyens de se déplacer, moins mobiles que les investisseurs.

    JPEG - 341.8 ko

    Présents depuis des dizaines d’années ou même nés dans ces Batey, ils restent pourtant officiellement haïtiens avec très peu de perspectives d’obtenir des papiers dominicains et sans plus d’attaches avec Haïti. Ils sont ainsi plusieurs centaines de milliers à vivre dans des conditions très précaires (en termes d’accès à l’eau potable, aux sanitaires, aux soins médicaux…) sans véritable statut, sans protection sociale, oubliés… en témoigne un homme de plus de 80 ans habitant depuis qu’il est jeune le Batey Manolo : « un pays qui vous accueil devrait pouvoir vous offrir un avenir mais moi j’ai juste coupé de la canne, coupé de la canne, coupé de la canne… ». Des campagnes de régularisation ont tout de même été mises en place récemment par l’Etat Dominicain, mais comme nous l’a expliqué un autre habitant du Batey Manolo, pour espérer être régularisé, et encore…provisoirement, ils doivent retourner en Haïti pour se procurer leurs actes de naissance, voyage qui coûte plus de 100$ alors qu’ils vivent avec à peine 1$ par jour…

    Face à cette situation, le MOSCHTA (Mouvement Socio-Culturel pour les Travailleurs Haïtiens), association partenaire de Solidarité Mondiale en République Dominicaine, soutient les habitants de ces Batey sous forme d’aide juridique pour l’obtention de papiers, d’accès à l’eau potable, de cliniques ambulantes, d’installation de latrines ou encore de services funéraires… la reconnaissance des droits des migrants haïtiens fait également partie des revendications politiques les plus importantes portées ensemble par les 5 associations partenaires de Solidarité Mondiale en République Dominicaine dont fait partie le MOSCHTA .

    Tourisme de masse, un aspect important de la République Dominicaine

    JPEG - 129.6 koCocotiers et plages de sable fin sont souvent les premières images qu’évoquent la République Dominicaine. De fait, depuis déjà pas mal d’années, le pays a fortement misé sur le tourisme de masse à tel point que ce secteur représente à l’heure actuelle presqu’un quart de son PIB et qu’il serait devenu, proportionnellement à sa taille, le pays qui génère le plus de bénéfices touristiques dans toute l’Amérique latine. Ainsi, les chiffres de croissance et de richesse du pays sont poussés à la hausse artificiellement car étant très mal répartis. Comme nous l’a dit un enseignant militant de la CASC de Santiago « De l’argent il y en a en République Dominicaine mais c’est de plus d’égalité dont le pays a besoin ».

    Ce développement du tourisme de masse et des emplois qui vont avec, concerne principalement une petite partie du pays située sur la pointe occidentale de l’île, là où se trouve « Punta Cana », célèbre destination touristique emblématique de cette situation à tel point qu’elle possède son propre aéroport. Les principaux investisseurs propriétaires, actionnaires et exploitants des hôtels et des plages (pour la plupart privatisées) semblent être principalement des Italiens et des Espagnols (NH Group Hôtel…). Il faut dire que le pays ne manque pas d’attraits : avantages fiscaux, salaires mensuels autour de 250$, personnel souriant… L’offre touristique est donc très importante, c’est le moins que l’on puisse dire, avec de véritable villages hôteliers proposant des formules « All inclusive » et des milliers de chambres avec en coulisses de véritables armées au service du touriste : certains des plus gros complexes hôteliers comptent jusqu’à 3000 travailleurs ! L’équivalent d’importants hôpitaux en Belgique…. Nous avons pu rencontrer des délégations syndicales de ces travailleurs du secteur touristique (hôtellerie, transports, boutiques d’artisanat, responsables des commerces de plages…) afin qu’ils puissent nous expliquer comment les travailleurs s’organisent pour essayer d’obtenir de meilleures conditions de travail.

    JPEG - 189.1 ko

    On s’en doute, les abords de ces villages hôteliers où vivent ces travailleurs font moins rêver les touristes. À 5 minutes à peine de ceux-ci, ce sont les mêmes quartiers populaires qu’on retrouve également dans l’arrière-pays : rues sales et bruyantes à peine goudronnées, sans trottoirs, bordées d’échoppes et d’habitations bricolées au travers desquels les fils électriques et la circulation anarchique essaient de se frayer un chemin…Pays de contrastes, comme nous le montre les brochures touristiques, et pas que paysagés…

    JPEG - 307.9 ko

    Un autre aspect lié au tourisme est que les Dominicains, faute de temps mais surtout de moyens, le pratique très peu au sein même de leur propre pays. Partant de ce constat, TURISSOL, une organisation partenaire de Solidarité Mondiale sur place, essaie de développer une offre touristique durable et accessible aux familles dominicaines. A l’ombre des grands « tours opérateurs », TURISSOL vise et défend un tourisme à taille humaine pouvant bénéficier plus largement aux communautés locales du pays qui possède bien d’autres richesses naturelles et culturelles que la seule zone de Punta Cana.

     

     

     

    Plus d’infos sur les activités de Solidarité Mondiale en République Dominicaine

     

  11. Liège | Rentrée 2019 : Quoi de neuf à l’Agora

    Leave a Comment

    En cette rentrée 2019, ça bouge à l’Agora ! Découvrez les nouveautés de l’année !

    SOURCE PHOTO : Page Facebook de l’Agora

    Présentation des formations 2019

    Des mots pour un job

    Description :

    • Français orienté métiers
    • Stage en entreprise + réajustement des cours de français métiers en fonction des retours du stage
    • Acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi

    Durée : 6 mois (582 heures) dont 228 heures de stage.

    Informations et inscriptions : le mardi à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89

    Cap pour l’emploi

    Description :

    • Préparation aux tests d’entrée en français et en mathématiques
    • Stage en entreprise
    • Acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi
    • Recherche active d’emploi

    Durée : 8 semaines (dont 2 semaines de stage)

    Informations et inscriptions : le vendredi à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89

    Action pour l’emploi

    Description :

    • Travail individuel avec un jobcoach
    • Cours collectifs d’acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi
    • Recherche active d’emploi

    Durée : 6 semaines (entretiens individuels et cours collectifs)

    Informations et inscriptions : les mercredis à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89

  12. Liège | MECAMOLD : un « jusqu’au boutisme » dont les conséquences risquent d’être dramatiques !

    Leave a Comment

    La situation tourne au vinaigre chez MECAMOLD, cette entreprise de fabrication de moulages de pneus basée aux Hauts-Sarts qui emploie 139 personnes. Pour la CNE, il n’est pas question de risquer de voir l’usine fermer ses portes à cause du jusqu’au boutisme de quelques-uns !

    Si, à l’ouverture de la négociation du plan social, la direction avait formulé des propositions indécentes, elle est revenue sur la plupart d’entre elles, ce qui a permis d’ouvrir le dialogue. Au terme de plusieurs réunions, dont la dernière remonte au 5 décembre 2018, un ensemble de mesures a pu être dégagé.

    La CNE les a directement soumises au vote du personnel employé. Dès la fin du mois de novembre, les employés ont marqué leur accord sur le plan social amélioré grâce à plusieurs avancées et, ensuite, ils ont acté les derniers ajustements obtenus lors des réunions suivantes. Mais du côté ouvrier – quelque 110 travailleurs- on n’est jamais passé au vote ! Les contacts avec la direction ont été interrompus et l’usine est restée en grève…

    Vu l’impasse, la conciliatrice des commissions paritaires concernées a pris l’initiative, le 20 décembre, d’organiser une médiation. Celle-ci s’est malheureusement soldée par un échec. Le 2 janvier, la direction de MECAMOLD a adressé une lettre à l’ensemble du personnel dans laquelle elle explique que face à la situation, elle compte prendre ses responsabilités dans les jours prochains… Cela peut laisser supposer le pire.

    « A ce jour, la direction entretient encore des contacts informels avec les deux organisations syndicales, indique Françoise Sensi, secrétaire permanente CNE. C’est pourquoi la CNE appelle chacun à bien mesurer les conséquences du pourrissement de la situation : la totalité des travailleurs de MECAMOLD risque de recevoir son préavis, sans plan social, et l’usine de fermer ses portes. C’est un scénario que la CNE refuse d’envisager ! Il aurait bien évidemment été préférable de ne pas subir un Plan Renault chez MECAMOLD, de ne perdre aucun emploi, mais aujourd’hui, les travailleurs risquent de se retrouver face à une réalité bien plus catastrophique encore. Les « jusqu’au boutistes » doivent prendre conscience qu’ils risquent de sceller le sort de nombreuses familles de façon dramatique. La CNE ne peut cautionner une telle attitude. Elle les exhorte à prendre d’urgence la bonne décision ».

    • Pour le personnel restant dans l’entreprise, pas de gel complet des salaires comme annoncé initialement, pas d’amputation de l’assurance groupe, ni du montant des chèques repas, ni du 13e mois, ni de la prime annuelle de 100 euros. Il n’est plus question, non plus, d’annualisation du temps de travail, pas plus que de nouveaux barèmes pour les nouveaux engagés. Par contre, le personnel passera d’un régime hebdomadaire de travail de 36 à 37h, sans compensation salariale. Une prime de production sera supprimée. Quant au 14e mois, il reste acquis mais revu à la baisse.
    • Pour les départs de l’entreprise, en plus du paiement du préavis légal, une prime de 1400 euros par année d’ancienneté sera versée. Il n’y aura pas de recours au RCC pour restructuration mais des départs dans le cadre de la prépension conventionnelle pourront être envisagés dans le cadre d’un double volontariat. Les travailleurs en maladie de longue durée, qui sont de retour à l’entreprise, seront accueillis dans le cadre de la loi sur le parcours de réintégration. En outre, afin de parer à la fragilité de l’activité du bureau de dessin dont la pérennité ne peut être garantie à terme, l’entreprise a accepté de prendre l’engagement d’appliquer les conditions de départ du plan social et ce jusqu’au 31/12/2019.
      Toutes les demandes de départs dans le cadre des 44 licenciements prévus par le plan seront rencontrées. Si des personnes supplémentaires souhaitent partir, elles pourront le faire mais dans le cadre d’une rupture de commun accord, sans indemnité mais sans prestation de préavis.
  13. Communiqué de presse : « Non à l’instrumentalisation de la question migratoire ! »

    Leave a Comment

    Non à l’instrumentalisation de la question migratoire !

    Le rassemblement, ce dimanche dans les rues de Bruxelles, de 5.000 extrémistes opposés au Pacte de l’Onu sur les migrations est un moment sombre de l’histoire récente de notre pays. Comment en effet ne pas s’inquiéter de voir défiler au cœur de la capitale de l’Europe, un ensemble d’organisations d’extrême droite aux revendications racistes et aux slogans les plus abjects.

    Sur les réseaux sociaux ou dans des manifestations publiques, nous assistons aujourd’hui à une dangereuse libération de la parole raciste. Celle-ci doit indéniablement être mise en lien avec le positionnement, les propos et les actes politiques initiés par la N-VA qui, durant quatre années, a donné le ton du gouvernement fédéral, particulièrement sur les questions d’asile et de migration. L’instrumentalisation et les mensonges liés au Pacte de l’Onu sur les migrations par le parti nationaliste flamand en sont une illustration parfaite. À ce titre, les partis qui ont accepté d’accompagner la N-VA au pouvoir doivent aujourd’hui assumer leur responsabilité quant à la montée des questions identitaires en Belgique.

    La tenue de cette marche brune n’est pas un phénomène à minimiser. Sans réaction de l’ensemble du monde politique démocratique, le MOC craint que les thèmes nauséabonds chers à l’extrême droite gagnent du terrain. À l’approche des élections et dans une situation politique particulièrement préoccupante, il incombe à présent aux partis démocratiques d’élever le niveau des débats, d’arrêter d’alimenter les peurs et, surtout, d’apporter des réponses sociales, économiques et politiques pour que les citoyens en mal de repères et subissant les affres de l’austérité s’éloignent des tentations de vote extrémiste.

    À l’instar de la Plateforme citoyenne de soutiens aux réfugiés et des nombreuses associations qui luttent contre le racisme et le rejet de l’autre, les citoyens et la société civile font leur part du travail. Au monde politique de faire le sien !

    Christian KUNSCH,
    Président du MOC

  14. Vottem | Rassemblement aux bougies ce 24 décembre autour du centre fermé

    Leave a Comment

     

     

    Bonjour à toutes et à tous,

    Ce lundi 24 décembre , nous vous invitons, comme chaque année, à vous rassembler avec des bougies autour du centre fermé de Vottem, entre 16 et 18H, pour éclairer la face la plus honteuse de la politique d’asile et d’immigration de l’Etat belge, les centres fermés et les expulsions.

    Une délégation entrera, composée par des représentants d’associations. Cette délégation apportera un message de solidarité, un soutien chaleureux surtout, et une recharge téléphonique pour chacun. Des parlementaires seront également présents, et adresseront une série de questions à la Direction.

    Chaque centre fermé pour étrangers reste une prison qui cache son nom

    Chaque centre fermé pour étrangers reste une prison qui cache son nom, un lieu conçu pour briser la résistance face à l’expulsion. Parce qu’ils n’en peuvent plus de cet enfermement, de cette privation violente de leur liberté, parce qu’ils craignent le retour vers l’insécurité de leurs pays d’origine, certains mettent fin à leurs jours… Le 9 octobre, à Vottem, cela a été le cas de Gebre, jeune réfugié d’origine érythréenne.

    Même si vous n’avez que quelques minutes, nous vous demandons d’être présents, nombreux, pour que nous soyons vus et entendus pendant ces deux heures !

    En effet la politique menée par Théo Francken et le gouvernement Michel n’a fait qu’augmenter enfermements et expulsions, rafles, et il a voulu criminaliser les hébergeurs… Nous dénoncerons particulièrement cette année l’ouverture du centre fermé pour familles et enfants à Steenokkerzeel. Nous nous sommes battus contre l’enfermement des enfants, et nous avions gagné. Depuis 2008, il n’y avait plus d’enfant dans les centres fermés. La Belgique a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme -arrêt Tabitha- en 2006, pour l’enfermement d’une petite fille de 5 ans considéré comme un « traitement inhumain » . L’enfermement entraîne des conséquences très graves pour les enfants, surtout sur le plan psychologique. Ils ne peuvent comprendre leur enfermement, ni celui de leurs parents. Ils ne sont plus scolarisés, sont coupés de tous leurs contacts sociaux, de leurs attaches.

    Pour soutenir l’action du CRACPE, et les détenus, vous pouvez apporter des recharges pour gsm lycamobile à 5 euros, ou des sous pour en acheter.
    Rappelons que le gsm est l’unique moyen de communication pour que les mots sortent de Vottem.
    Dans le même ordre d’idée, nous récoltons aussi toujours des gsm, soit nouveaux, soit anciens, mais en parfait état de fonctionnement, avec chargeur, qui ne font pas de photo. En effet, comme nous le répétons sans cesse, l’Office des Etrangers entend bien cacher ce qui se passe dans les centres fermés.

    On demande à chacun de consacrer un petit moment, à l’heure qui lui convient, afin d’assurer une présence au cours des deux heures, et de transmettre aussi de la chaleur solidaire aux enfermés ! Comme l’année passée, vers 17H, si nous sommes nombreux, on l’espère, nous formerons une chaîne humaine autour du centre.

    Pour le CRACPE,
    France Arets

  15. Mariage à la CSC | Les fédérations de Liège et de Verviers fusionnent

    Leave a Comment

    Naissance de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien ce vendredi 14 décembre !

    SOURCE IMAGE : https://www.facebook.com/csc.liege/…

    Ce vendredi 14 décembre, réunis en Congrès à Liège, les militants liégeois et verviétois de la CSC ont voté la fusion, au 1er janvier 2019, de leurs deux fédérations (182 voix pour, 1 contre, 0 abstention). Dans la foulée, ils lui ont choisi un nom : la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien.

    Cette décision est le résultat d’un processus entamé voici 2 ans. Les instances des deux fédérations ont été consultées et, ensemble, se sont accordées sur les statuts : tous les amendements ont trouvé un consensus. Ce vendredi, la boucle a été bouclée par une mini-consultation populaire des militants et ils ont confirmé le choix de la fusion.

    En unissant leurs forces et moyens, les deux fédérations ont la volonté de créer, sur le territoire provincial, une unité de services la plus efficace possible pour l’affilié, de pérenniser la politique de proximité de la CSC et préserver la spécificité germanophone.

    La nouvelle structure va s’atteler à la mise en place d’une organisation performante et de proximité afin de rencontrer au mieux les besoins et attentes des affiliés.

    En outre, la fusion donnera au pôle liégeois plus de poids au sein de la CSC et renforcera donc son influence interne. En effet, cette nouvelle fédération devient la plus importante des fédérations wallonnes du syndicat.

    C’est Jean-Marc Namotte, actuel secrétaire fédéral de Liège-Huy-Waremme, qui prendra les rênes de la fédération provinciale. Il sera épaulé dans sa tâche par un adjoint germanophone, le Raerenois, Marc Niessen, dont l’entrée en fonction aura lieu le 1er juin prochain. Quant à Bernd Despineux, l’actuel secrétaire fédéral de Verviers, il se prépare à accéder à la prépension.

    Les deux présidents actuels, Gaëtan Stas (Liège) et Jérôme Garroy (Verviers) assureront la co-présidence de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien. Quant aux structures d’animation syndicale décentralisées, elles seront maintenues sur l’ensemble du territoire provincial.

  16. Des actions le 14 décembre pour exiger des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens et rencontrent leur aspiration en justice

    Leave a Comment

    4 ans de cécité, 4 ans de surdité, 4 ans de décalage total avec la réalité de tant de Belges. Depuis 4 ans, le gouvernement fait preuve d’arrogance et d’ignorance. Il est dans le déni du vécu des gens. Pendant ce temps, les inégalités se creusent, la précarité grandit.

    « Depuis 4 ans, les organisations syndicales ont multiplié, partout, les signaux d’alarme, dans les rues, dans les entreprises, dans les organes de concertation, à travers des manifestations citoyennes qui ont réuni des centaines de milliers de personnes, des grèves, des rencontres, des actions symboliques… rappelle Gaëtan Stas, le président de la CSC Liège Huy Waremme. Nul ne peut gouverner contre ses concitoyens…Parce que nous sommes plus déterminés que jamais, tous ensemble et de diverses manières, nous serons en action ce vendredi 14 décembre pour exiger des mesures qui permettent à chacun de vivre dignement, de ne pas arriver en fin de carrière totalement brisé et de passer une retraite décente. Nous ne voulons pas des miettes, nous revendiquons des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens. Nous avons des alternatives concrètes et crédibles. Pour nous faire entendre, nous avons choisi plusieurs formes d’action ».

     

    GRÈVES

    N’oublions pas que, derrière le plan gouvernemental, se trouvent des exigences patronales. Il est temps que les employeurs entendent les travailleurs. Pour ce faire, des grèves auront lieu dans la plupart des secteurs ce 14 décembre.

    En région liégeoise, une très forte mobilisation est déjà annoncée dans l’industrie, de Safran à Inbev en passant par ArcelorMittal, CMI, la FN, Chaudfontaine, Derkenne, Prayon ou encore les carrières Sagrex à Engis et Moha… Le personnel des grandes enseignes du transport et de la logistique participera massivement au mouvement : Lachs, Swissport, Skechers, Lyreco, la Base Intermarché, etc.
    Le TEC ne roulera pas vendredi, les parcs à conteneurs risquent d’être fermés et de grosses perturbations sont prévisibles dans les administrations locales particulièrement à Liège ou à Flémalle…

    RASSEMBLEMENTS

    Le gouvernement veut nous faire travailler plus longtemps, sans possibilité d’alléger nos fins de carrière, et pour moins de pension, il sabre dans nos soins de santé, il dépouille la sécurité sociale…

    1. Symboliquement, nous invitons tous ceux qui le souhaitent à un rassemblement devant un hôpital, un des plus importants employeurs publics de la région, le CHU du Sart Tilman, de 9h à 10h30, ce 14/12. Nous y organiserons des prises de parole à 9h30, nous distribuerons des flyers sur les voitures et sensibiliserons les travailleurs, les patients, les visiteurs, les étudiants à nos revendications. Nous voulons des fins de carrière soutenables c’est-à-dire à 55 ans possibilité de crédit-temps avec droit à une allocation, à 60 ans possibilité de RCC (prépension) sans disponibilité sur le marché du travail et à 65 ans, âge maximum du départ à la pension. Sans cela, le nombre de malades risque d’exploser.
    2. Dès 10h, des travailleurs du secteur hospitalier, des maisons de repos, de l’aide sociale, de l’aide à la jeunesse, de la petite enfance… se rassembleront devant la clinique Saint-Joseph (rue de Hesbaye), une des composantes du CHC, qui avec plus de 4000 travailleurs, est un des plus gros employeurs privés de la région. Ils manifesteront dans le quartier et distribueront une soupe populaire. Un point presse est prévu à 10h30- voir communiqué en pièce jointe).

     

    SENSIBILISATION & PÉTITION

    Dans le commerce, on a opté pour de la sensibilisation. Des équipes de militants iront à la rencontre des travailleurs et des clients et leur soumettront une pétition sur les salaires, les fins de carrière, le travail vivable. En centre-ville, dès 10h, elles sillonneront notamment les galeries Saint-Lambert et l’îlot Saint-Michel. En périphérie, c’est Ikea et les centres commerciaux de Hognoul qui seront essentiellement ciblés dès 7h30.

    Notons que les membres du personnel des écoles sont invités à se joindre aux actions organisées, sans toutefois empêcher les élèves de participer aux évaluations de la fin du trimestre.

  17. Les fédérations MOC de Verviers & Liège-Huy-Waremme en mouvement !

    Leave a Comment

    Damien Grégoire, secrétaire fédéral du MOC Liège-Huy-Waremme-Verviers

    A l’instar de rapprochements initiés au sein d’autres institutions, les MOC de Verviers et Liège-Huy-Waremme, déposent un nouvel organigramme institutionnel et évaluent les possibilités de synergies et de collaborations pour la mise en place d’un MOC francophone de la Province de Liège.

    Le communiqué de presse de Damien Grégoire

  18. « Pour des altenatives solidaires » : la campagne MOC/CIEP en vue des élections de mai 2019

    Leave a Comment

    En mai, les citoyens belges seront amenés à choisir leurs représentants fédéraux, régionaux et européens. Un enjeu de taille en prévision duquel le Mouvement Ouvrier Chrétien se mobilise autour de 11 revendications précises. Onze messages forts envoyés à nos dirigeants.
    Chaque mois à partir d’aujourd’hui, nous mettrons l’accent sur deux d’entre eux.

     

    Nous vivons aujourd’hui dans une société abîmée et une démocratie fragilisée.
    Il est temps de changer de cap. Et de proposer des alternatives solidaires

    « Nous n’avons pas réformé le pays, on a fait plus que ça : on l’a transformé ». C’est en ces termes que le Premier ministre Charles Michel s’est félicité à plusieurs reprises, non sans fierté, de l’action de son gouvernement. Cette réalité est difficile à nier : dès sa mise en place, en octobre 2014, la coalition MR/N-VA n’a pas chômé. Elle a transformé le pays… mais pas dans le bon sens ! (…)
    Face à l’application systématique d’un programme politique néo-libérale fragilisant l’État social et l’État de droit, le Mouvement Ouvrier Chrétien propose des alternatives solidaires :

    Aujourd’hui nous nous penchons sur deux d’entre elles :

    1) Réduire les inégalités par une fiscalité juste et solidaire ? C’est possible !

    Par une contribution équitable de l’ensemble des revenus, notamment du capital, en faveur du bien-être collectif, aujourd’hui et pour des générations futures.

    2) Le droit à une place d’accueil de qualité pour chaque enfant ? C’est possible !

    En instaurant un taux de couverture de 100% en Wallonie et à Bruxelles, avec des professionnel.le.s doté.e.s d’un statut complet.

    Découvrez en détail les deux revendications présentées ci-dessus :

    Alternatives solidaires 1-2

  19. Migration | « On enferme pas un enfant. Point. » Signez la pétition

    Leave a Comment

    Le MOC et le MOC de Liège se joignent à la mobilisation contre l’enfermement des enfants. Ils soutiennent la campagne « On enferme pas un enfant. Point. » menée par la plate-forme mineurs en exil et UNICEF.

    Notre position

    La détention d’enfants viole les droits de l’enfant.

    La détention d’enfants pour des raisons migratoires va toujours à l’encontre du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant.

    L’impact négatif et profond de la détention sur la santé, le développement et le bien-être des enfants, a été démontré à maintes reprises, même lorsqu’il s’agit de très courtes périodes de détention dans un environnement relativement « humain ».

    Nous refusons que des enfants soient détenus dans notre pays, uniquement sur base de leur statut migratoire ou de celui de leur parent ou tuteur. Nous voulons que tous les enfants soient traités comme des enfants, qu’ils soient libres, soignés et protégés, et qu’ils jouissent des mêmes droits.

    Découvrez des témoignages d’enfants & de familles

    On enferme pas un enfant. Point.

    L’objectif de cette mobilisation est de sensibiliser le public sur la détention d’enfants en raison de leur statut migratoire ou celui de leur parent ou tuteur, ainsi que de l’inviter à signer une pétition exhortant le gouvernement à mettre fin à cette pratique et à inscrire son interdiction dans la loi.

    Il n’est jamais justifié de détenir des enfants pour des raisons migratoires. Des alternatives existent, en Belgique et ailleurs ; elles sont plus respectueuses des droits de l’enfant, coûtent moins cher et sont plus efficaces. Il ne manque que la volonté, réelle, de les mettre en œuvre, de les évaluer, et de les améliorer.

    Vous aussi, vous pouvez demander au gouvernement belge d’arrêter l’enfermement des enfants migrants et d’inscrire l’interdiction d’enfermement d’enfants dans la loi. Nous vous invitons à signer la pétition et à la partager dans les réseaux sociaux.

    Informations complémentaires

    On enferme pas un enfant. Point.
    UNICEF
    Mineurs en exil

  20. Refonte de la Mutualité Chrétienne pour plus de proximité et d’accessibilité

    Leave a Comment

    En 2017, la MC a entrepris de revoir le modèle de gouvernance et d’organisation du groupe à l’horizon 2022. Ce projet a été baptisé NOVA#4_12.
    La poursuite de ce projet a été décidée par le Conseil d’administration de l’ANMC.

    Promouvoir le bien-être et la santé de tous les Belges en garantissant des soins de qualité et accessibles à tous. C’est le défi que doit relever la Mutualité chrétienne.

    Pour mener cette mission à bien, la MC veut, dans un futur proche, renforcer son rôle de partenaire santé de référence. Cela nécessite une nouvelle structure organisationnelle. Mercredi soir, le conseil d’administration de la Mutualité chrétienne a pris la décision stratégique de réunir les forces des 19 mutualités régionales en une mutualité flamande et une mutualité wallonne d’ici 2022.

    Avec ses 4,5 millions de membres, la MC est la plus grande mutualité de Belgique. En répondant continuellement aux besoins changeants des secteurs de la santé et du bien-être, la MC est le partenaire santé de référence pour ses membres depuis des générations. « Aujourd’hui, cependant, le secteur de la santé est confronté à des défis sans précédent », déclare Jean Hermesse, Secrétaire général de la MC. « Avec, par exemple, l’explosion du nombre de burn-out professionnel nous réalisons que nous ne parvenons plus à répondre aux attentes des gens avec les modèles classiques.

    Il y a une prise de conscience ; la santé est bien plus que l’absence de maladie. De nombreux autres facteurs jouent également un rôle. En tant que mutualité santé, nous voulons nous organiser en conséquence. Cela nécessite une réforme en profondeur de nos services et de notre modèle d’organisation et de prise de décision. »

    Aujourd’hui, la MC est constituée de huit mutualités régionales en Wallonie et onze en Flandre. Mercredi soir, le Conseil d’administration a donné son feu vert à une très large majorité pour le nouveau modèle d’organisation. Afin de rester le partenaire de référence dans le secteur de la santé, d’améliorer plus encore la qualité de nos services et notamment nos services de proximité, la MC ne comptera plus que deux mutualités en 2022, une en Flandre et une en Wallonie y compris en Communauté germanophone. Toutes les deux fourniront également des services à Bruxelles.

    La mission, la stratégie et la vision seront définies par le Groupe MC, qui gèrera en outre l’assurance maladie obligatoire et un certain nombre de services spécifiques tels que les finances, les ressources humaines et les TIC. A terme, un conseil national de la santé, constitué de volontaires et de tiers externes, sera créé pour définir la politique de santé.
    La structure grandement simplifiée accentuera l’efficacité et la proximité vis-à-vis des membres.

    « Au-delà de nos fonctions d’organisme assureur, nous souhaitons accompagner nos membres à travers le paysage complexe des soins », déclare Jean Hermesse. « La qualité, la rapidité et la proximité sont d’une importance cruciale. En tant que mutualité santé, nous développons les services de manière plus proactive et contactons les personnes en fonction de leurs besoins. Par cette modernisation de nos services, nous réussirons à faciliter l’accès de tous aux soins de santé ».
    Par ailleurs, la nouvelle structure permettra de prendre des décisions plus rapidement, de coordonner les processus et de répondre à des défis tels que la digitalisation, la complexité de la structure étatique et la réalité financière. « En modernisant nos services et en investissant pleinement dans des systèmes informatiques uniformes, nous libérons également des ressources pour remplir notre rôle d’organisme assureur et de partenaire santé. Cela nous permettra aussi de travailler plus encore avec des objectifs de santé. »

    La force de la MC réside dans l’engagement professionnel de ses collaborateurs, celui de ses nombreux volontaires et la richesse de toute son action locale. « Nos volontaires occuperont une
    place centrale dans la nouvelle structure organisationnelle, et ce, à tous les niveaux. Ils pourront s’engager localement dans cette organisation puisque l’ensemble du territoire sera couvert par un réseau de près de 40 centres de mutualité santé. Ce dense réseau de proximité permettra de capter et d’être en phase avec les besoins locaux pour contribuer à des actions santé sur le terrain au bénéfice de tout le monde. »

    Prochainement, les assemblées générales des mutualités régionales examinera la proposition. L’objectif est d’achever cette refonte pour les prochaines élections mutualistes, en 2022. Mais des étapes importantes seront prises avant cette échéance. Concrètement cela se matérialisera, par exemple, par une harmonisation des services et avantages de l’assurance complémentaire dans toute la Wallonie.
    Vers la fin de l’année, une feuille de route sera élaborée pour définir les prochaines étapes du processus de refonte.

    Pour Jean Hermesse :  » C’est un sérieux changement pour notre organisation. Nous mettons tout en oeuvre pour qu’il soit bien géré. Le nouveau modèle aura bien sûr un impact sur notre organisation, ses employés et la manière de travailler ensemble. Des fonctions existantes
    seront amenées à évoluer, et de nouveaux besoins nécessiteront de nouvelles fonctions. La décision est l’aboutissement d’un long processus de concertation. L’élaboration du nouveau modèle organisationnel se poursuivra dans le même esprit, et donc avec l’ensemble de notre personnel ».