Category Archive: international

  1. Liège | Tourisme : entre rêve et cauchemar, le 20/09

    Leave a Comment

    Rejoignez les Équipes Populaires de Liège à l’occasion du retour des MidiCinés Citoyens le vendredi 20 septembre à 12h15 au Jardin Botanique !

    Tourisme : entre rêve et cauchemar – Projection suivie d’un débat

    C’est la rentrée ! Comme 60% des Belges, vous êtes partis en vacances cet été ?

    Le tourisme est aujourd’hui un réel moteur de l’économie mondiale mais avec quel impact sur le patrimoine, les populations locales, l’environnement ?

    Est-il possible de voyager sans participer au tourisme de masse ?  L’éco-tourisme est-il devenu un vrai business ? Peut-on s’offrir des vacances réellement durables ?

    Infos pratiques

    • Accueil à 12h15 ; projection à 12h30
    • La projection sera suivie d’un débat.
    • Auditoire du Crié de Liège, 3 rue Fusch, 4000 Liège
    • Entrée par le jardin Botanique
  2. Liège | Situation au Burkina Faso – Conférence le 27/06

    Leave a Comment

    Solidarité Mondiale vous invite à une conférence/débat sur la situation au Burkina Faso le jeudi 27 juin à 17h à la Mutualité Chrétienne de Liège Place du XX août, 38, 4ème

    Avec :

    • Claire Kupper (GRIP, Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité)
    • Des représentants de mouvements syndicaux et mutuellistes du Burkina Faso (RAMS et CNTB).

    Pendant longtemps épargné par les conflits armés, connaissant une cohabitation ethnique et religieuse remarquable, le Burkina Faso voit ces dernières années sa situation sécuritaire se dégrader. Ce petit pays d’Afrique de l’Ouest est devenu la cible d’attaques mortelles attribuées en particulier à des djihadistes.

    Attentats ciblant des étrangers, enlèvements et exécutions de ressortissants, multiplication d’attaques contre l’armée … une partie du « pays des hommes intègres » glisse dans une insécurité grandissante. Que se passe-t-il ? Quelle influence du pays voisin, le Mali ? Quel impact sur la population et la coopération au développement ?

    Claire Kupper, spécialiste de l’Afrique au GRIP nous aidera à faire le point. Plusieurs partenaires burkinabés de Solidarité Mondiale, la Mutualité Chrétienne et de la CSC de Liège nous feront également part de leur témoignage.

  3. Cinq revendications autour du combat des sans-papiers en vue des élections du 26 mai

    Leave a Comment

    Le collectif de soutien aux Sans-papiers de Liège propose 5 revendications autour du combat des sans-papiers en vue des élections fédérales 2019.

    Soutenir le combat des sans-papiers, c’est affirmer un modèle de société qui propose un accueil humain et solidaire des personnes migrantes. C’est considérer que les migrants sont des personnes en recherche de protection. C’est soutenir l’idée que les pays riches peuvent bien plus que d’autres développer une politique digne qui respecte scrupuleusement les engagements internationaux en matière de droits humains.

    Nos futurs dirigeants doivent donc réaffirmer que les choix solidaires et humains sont possibles, en finir avec la criminalisation des personnes migrantes, et abolir les mesures répressives de la solidarité citoyenne. Les politiques de la peur de l’autre ne répondent nullement aux défis sociétaux d’aujourd’hui et de demain. Pour changer de cap, nous demandons :

    1. La dépénalisation du séjour irrégulier…

      …en supprimant l’article 75 de la loi du 15/12/1980*, condition sine qua non pour que les personnes puissent faire valoir leurs droits à la vie familiale, à la santé, au logement, à l’éducation, à la formation et bien sûr contre l’exploitation économique.

    2. La régularisation des sans-papiers qui se trouvent en Belgique…

      …grâce à : (2.1) L’inscription dans la loi de critères clairs et permanents de régularisation pour raisons humanitaires, que sont les attaches durables, le travail, l’inéloignabilité ou le risque d’atteinte à un droit fondamental en cas de retour. (2.2) La création d’une Commission indépendante permanente de régularisation chargée de l’analyse des demandes de régularisations pour raisons humanitaires (9bis).

    3. Un élargissement conséquent des voies d’accès au séjour légal en Belgique…

      … non seulement comme valeur et condition du respect des droits fondamentaux de tou(te)s, mais aussi comme nécessité. En effet, en vue de répondre aux réalités de la mobilité des citoyens aujourd’hui (pour des raisons économiques, de sécurité ou climatiques notamment), mais également aux besoins de notre société tant sur les plans économique, démographique, social et culturel, il faut élargir les possibilités d’accès légal au territoire belge (y compris par le travail).

    4. La fin du critère du Réglement Dublin III…

      … obligeant le premier pays européen par lequel le migrant arrive, à traiter la demande de protection internationale de ce dernier. Il faut prendre en compte les besoins et réalités spécifiques du migrant en recherche de protection afin de garantir un véritable respect de la Convention de Genève ** en ce compris le droit à la vie privée et familiale.

    5. La fermeture des centres fermés et l’arrêt des expulsions…

      … piliers d’une politique répressive, inefficace et extrêmement coûteuse pour l’Etat belge, et dont l’existence même contrevient aux libertés fondamentales et génèrent des atteintes quotidiennes aux droits et à la dignité humaine.

    * Dispositions qui pénalisent le séjour irrégulier dans le Royaume.
    ** Convention internationale de 1951 qui définit les modalités selon lesquelles un État doit accorder le statut de réfugié aux personnes qui en font la demande, ainsi que les droits et les devoirs de ces personnes.
    La protection des données collectées sur ce site est garantie par Framasoft. Seules les données encodées dans le formulaire sont accessibles au Collectif de soutien des sans-papiers de Liège. Ce dernier s’engage à utiliser ces données pour la seule et unique fin de soutien des propositions sus-mentionnées.

    Voir la liste des signataires :

    www.framasoft.org

  4. 20 kilomètres de Bruxelles : rejoignez l’équipe Solidarité Mondiale

    Leave a Comment

    Source : Solidarité Mondiale

    Vous cherchez une équipe dynamique et pleine de sens pour fouler les pistes des 20KM de Bruxelles, le dimanche 19 mai 2019, tout en apportant un brin de solidarité, vous avez frappé à la bonne porte ! Début février : ouverture des inscriptions. N’hésitez plus et rejoignez le groupe « clean » de Solidarité Mondiale-WSM.

    En savoir plus…

  5. Louvain-La-Neuve | Journée d’étude : du commerce, des traités et des droits le 16/11

    Leave a Comment

    Deux ans après l’énorme mobilisation contre le CETA et le TTIP et vingt ans après les mobilisation contre l’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI), la journée d’études du CIEP revient sur les enjeux liés au commerce juste et aux mobilisations pour contrer la mise en œuvre et la ratification de traités commerciaux.

    Cette journée se penchera sur les évolutions du commerce mondial et ses conséquences au niveau social et environnemental, mais aussi sur les alternatives à promouvoir, comme l’initiative pour un traité « contraignant pour les entreprises » à l’ONU. Elle visera également à faire le point sur les points de vue du Sud, ainsi que le point de vue féministe sur les traités commerciaux, ainsi que sur les revendications des mouvements sociaux (dont le MOC et ses organisations) et les échéances et mobilisations à venir.

    Vendredi 16 novembre 2018

    HELHa Institut Cardijn à Louvain-la-Neuve de 9h00 à 16h30

    Petite restauration sur le temps de midi

    Présence de la Librairie Entretemps avec une sélection de livres en lien avec la thématique

    Une journée en collaboration avec Solidarité Mondiale

    Infos : www.ciep.be / 02 246 38 41

     

  6. Liège | CNCD 11.11.11 | Petit déjeuner équitable à la MC le 13/11

    Leave a Comment

    Rendez-vous à la Mutualité Chrétienne de Liège mardi 13 novembre de 7h30 à 9h pour un petit déjeuner équitable au profit du CNCD-11.11.11 Le comité de partenariat « Burkina Faso » de la MC Liège organise un petit déjeuner équitable et bio au profit du CNCD-11.11.11 : une occasion de découvrir la qualité et l’originalité des produits équitables d’Oxfam. L’entièreté des bénéfices du petit déjeuner sera reversé au CNCD-11.11.11

    Bienvenue à tous !

    Quand ? Le mardi 13 novembre de 7h30 à 9h
    Ou ? MC Liège, place du XX Aoput 38 à 4000 Liège
    Prix ? 6 euros par personne (paiement sur place)
    Réservations obligatoires (pour le 6 novembre) : 04/230.16.20 – cooperation.liege@mc.be

    En savoir plus

    Le partenariat mutualiste international se traduit par des jumelages entre mutualités chrétiennes belges et mutualités naissantes en Afrique et dans les pays de l’Est.
    Dans chacune de ces Mutualités, un comité de partenariat peut être mis en place. Ce comité accompagne le projet, est associé à sa gestion, le fait connaître localement et organise des échanges entre la Belgique et l’étranger. Lire la suite…

  7. Des entreprises trop peu régulées et des personnes affectées par milliers : mettre fin à l’impunité!

    Leave a Comment

    Un consortium composé d’ONG et de syndicats belges lance ce mercredi 3 octobre 2018 un appel à mobilisation pour que la Belgique s’engage activement en faveur de l’adoption d’un traité international qui vise à mettre fin à l’impunité des entreprises qui se rendent coupables d’abus des droits humains.

    Mettre fin à l’impunité

    Le collectif d’organisation propose aux citoyens d’interpeller le Ministre des Affaires Étrangères, Didier Reynders, par l’entremise d’un site internet spécialement dédié à la question. Il entend pousser la Belgique à jouer un rôle de premier plan lors de la prochaine session de négociations entre les États qui aura lieu à Genève du 15 au 19 octobre 2018, au sein du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

    « Les citoyens pourront se rendre sur le site www.reclaimhumanrights.net/bindingtreaty afin de demander explicitement à la Belgique de s’engager activement dans le processus », précise Hélène Capocci, d’Entraide & Fraternité.

    Dans le cadre de cet appel, les organisations organisent des projections-débat en Flandres, Bruxelles et Wallonie, avec à l’appui le film documentaire « Le Souffle volé ». « Cette production raconte une histoire émouvante sur les injustices que subissent des populations, en Belgique et en Inde, au nom des intérêts commerciaux et du profit. Ces personnes traversent de nombreuses épreuves tandis que l’entreprise concernée poursuit ses activités nuisibles à l’autre bout du monde , sans être dérangée », précise Wies Willems, de Broederlijk Delen.

    Mais cet exemple n’est pas isolé ! Marées noires, effondrements de bâtiments, accaparement de terres, limitations de la liberté syndicale, conditions de travail non décentes, pollution, maladies : voilà quelques-unes des atteintes avérées aux droits fondamentaux des populations et des travailleurs. De nombreux cas d’abus des droits humains impliquant des entreprises belges et étrangères ont été répertoriés, dans des secteurs sensibles et socialement à risque tels que les industries extractives, la construction, le textile, l’alimentation, le bois, le dragage ou encore les forêts.

    Les législations nationales et internationales visant à réguler les activités des entreprises multinationales sont nombreuses mais peinent à démontrer leur efficacité. Les abus commis par certaines de ces entités sont légions, sans que des voies de recours et des réparations justes pour les victimes soient pour autant assurées.

    Ces dernières années, le débat sur le respect des droits humains, environnementaux et sociaux ont été pris à bras le corps par la communauté internationale. Mais jusqu’à présent, seules des initiatives à caractère purement volontaires ont été adoptées.

    En juin 2014, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies a adopté une résolution historique qui a ouvert la voie à l’élaboration d’un traité international contraignant visant à protéger les populations des abus commis par des entreprises. Le traité engagerait les États à assurer la primauté des droits humains sur les intérêts économiques ; contraindre les entreprises transnationales (mais aussi leurs fournisseurs, leurs sous-traitants et leurs filiales) à respecter les droits humains partout où elles opèrent et les tenir juridiquement responsables en cas d’abus ; et enfin, à garantir l’accès à la justice pour les personnes affectées.