Tag Archive: Agora

  1. Liège | Parcours d’intégration : inscriptions ouvertes pour la formation ILI à l’Agora

    Leave a Comment

    L’ASBL Agora et le Ciep de Liège, organisent une formation intensive FLE / citoyenneté dans le cadre du parcours d’intégration.
    Cette formation qui débutera le 19/08 comprend 24 heures de FLE (Français Langue Etrangère) et 4 heures de citoyenneté par semaine.

    Des séances d’information sont organisées tous les lundis à 14h30 dans les locaux de l’Agora (Rue Vivegnis, 73 – 4000 Liège).

    Le niveau de français minimum demandé est A1.1 (un test de positionnement sera réalisé lors de l’inscription).

    Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter Ainoa Falisse (04/227.21.89)

  2. Liège | Débat du MOC : que peut-on attendre des partis ?

    Leave a Comment

    Au lendemain des élections, le MOC de Liège vous propose de découvrir un compte-rendu du débat organisé le 14 mai 2019. Qu’en est-il ressorti ? Quelles attitudes ont adoptés les partis présents face aux questions des organisations constitutives du MOC ? Un retour détaillé que nous vous proposons de découvrir sans plus attendre…

    Le mardi 14 mai le MOC de Liège et ses organisations constitutives -(CSC, Mutualité Chrétienne, Vie Féminine, Equipes Populaires & JOC) ainsi que ses organismes d’insertion socio-professionnelle Alter-Form et Agora mais également son comité d’Ici & d’Ailleurs-, recevaient cinq représentants de partis démocratiques pour un grand débat public à la Cité Miroir animé par Frédérique Matrich (RCF).

    A découvrir aussi : « Retour sur le cycle de visites organisé par le CIEP dans nos parlements »

    Damien Grégoire, secrétaire fédéral du Mouvement a ouvert la soirée non sans inquiétude : «  Nous sommes entrés dans une période de déclin démocratique. Un déclin profond qui touche une majorité de pays européens et occidentaux (…) Les prochaines élections [européennes] seront un test pour la démocratie et ses valeurs. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un crash test. »
    Une situation à laquelle il est nécessaire de répondre par l’exercice d’une citoyenneté « entière et continue  » dépassant le contexte ponctuel des élections.
    C’est dans cette nécessité de mobilisation collective pour l’égalité et l’émancipation que le travail du secteur associatif et des corps intermédiaires prend tout son sens : « Ils sont des leviers incontournables de la revalorisation de la démocratie » a tenu à souligner Damien Grégoire.

    La CSC et ses inquiétudes face à la réforme APE

    Les invités (Alda Greoli pour le CDH, Jean-Claude Marcourt pour le PS, Raphaël Dubois pour le MR, Olivier Bierin pour ECOLO et Raoul Hedebouw pour le PTB) ont ensuite pris pieds dans le débat face à l’épineux dossier APE (Aides à la Promotion de l’Emploi) : une réforme portée par le ministre de l’emploi Pierre-Yves Jeholet et vivement contestée par le secteur non-marchand en raison des risques de pertes d’emplois et de marchandisation du secteur : « Si demain vous êtes au pouvoir, quel sera votre projet par rapport au APE ? », lance la CSC.
    Du côté du CDH on souligne que la réforme APE telle qu’elle est sur la table « maintien l’ensemble du budget » et que le problème principal du dossier est la manière dont « certains » ont voulu précipiter les négociations. On maintient également le souhait de faire des APE une politique sectorielle et non plus une politique de l’emploi à proprement parler.
    Pour Jean-Claude Marcourt, il s’agit tout bonnement d’une « mauvaise réforme  » qui aurait coûté des milliers d’emplois. Si le PS devait arriver au pouvoir, il offrirait son soutien au secteur associatif et aux organisations syndicales plutôt que de les fragiliser.
    Pour le MR, cette réforme s’appuie surtout sur la nécessité de transparence : « On doit savoir exactement comment ce milliard d’euro d’argent public est dépensé  », souligne Raphaël Dubois qui ajoute que « le but n’était pas de casser le secteur associatif ». La preuve : la réforme prévoyait l’augmentation du budget total des APE, « même si certains secteurs risquaient d’être plus touché que d’autre », a-t-il ensuite concédé.
    « Prétexte ! » répond Olivier Bierin, derrière cette volonté de bonne gouvernance se cache en fait une volonté du ministre Jeholet de faire de sérieuse économies. S’il y avait bien un consensus sur la nécessité d’une réforme, celle-ci ne devrait pas menacer des emplois aussi importants.
    De côté du PTB le message est clair : s’il monte au gouvernement, la réforme sera abrogée. Pour Raoul Hedebouw, ce que cache cette réforme c’est un « combat de société global » entre les partisans d’une politique libérale et les autres.

    La Mutualité Chrétienne et son combat pour la suppression des suppléments d’honoraires (et des idées pour lutter contre le déclin de la médecine de première ligne)

    Les candidats ont ensuite été invités à s’exprimer sur la problématique des soins de santé. Pour la Mutualité Chrétienne, la Belgique se dirige vers un système de soin de santé à deux vitesses « avec des chambres individuelles qui ne sont accessibles qu’à ceux qui peuvent se le permettre ». Or, il n’est pas justifié de payer d’avantage en chambre individuelle pour des soins identiques. D’où la question suivante : « Pouvez-vous (…) soutenir l’interdiction de suppléments d’honoraires en hôpital ?  »
    Pour Raoul Hedebouw, « le PTB est le seul parti dont le combat pour la suppression des suppléments honoraires figure clairement dans le programme », on ne peut continuer à entrer malade à l’hôpital et en ressortir pauvre !
    Même son de cloche chez ECOLO qui soutient cette revendication et ajoute que le système des soins de santé doit être repensé via, notamment, un accent mis sur la « première ligne » et la multiplication des maisons médicales.
    Du côté du MR on affirme que les suppléments d’honoraires ne sont pas acceptables, d’autant plus lorsqu’ils sont imposés à des patients en situation d’urgence… Cependant, Raphaël Dubois tempère «  si certains patients souhaitent payer plus pour être soignés par les meilleurs spécialistes, c’est un droit qu’il faut respecter. »
    Jean-Claude Marcourt quant à lui, ne mâche pas ses mots : « Ces cinq dernières années, on a assisté à la destruction de notre système de santé ! », lance-t-il. Il considère que le refinancement des hôpitaux et la suppression des suppléments d’honoraires devraient être la priorité du nouveau gouvernement.
    Alda Greoli exprime le même souhait et ajoute : « Si l’argent gaspillé dans des assurances hospitalisation et dans des Assurances Groupe était utilisé de manière collective, cela permettrait à tous les Belges de ne plus payer plus de cinquante euros dans un hôpital ! ».
    Les cinq intervenants s’accorderont également tous sur le souhait exprimé par la Mutualité Chrétienne de réinvestir dans la médecine de première ligne notamment via la création de maisons médicales.

    Les équipes populaires et leurs inquiétudes face aux logement précaires…

    Du côté des Equipes Populaires, on souhaite interroger sur le mal-logement : que sont prêts à mettre en œuvre les partis pour développer une réelle politique de rénovation énergétique qui touche les ménages confrontés à la précarité et au mal-logement ?
    « A ce niveau, c’est une législature perdue », affirme Olivier Bierin. Il faut décupler les moyens alloué aux politiques environnementales.
    Dans l’optique de toucher les personnes précarisées, il faudrait, selon ECOLO, développer des projets de rénovation par quartiers entiers basés sur un système de tiers investisseur et impliquant le secteur associatif, « c’est du win-win : cela crée de l’emploi local, ça économise de l’énergie et les gens payent moins à la fin du mois. »
    Du côté du MR on est également favorable au maintien du système de prêts à taux zéro et au développement d’un système de tiers investisseur.
    Au PTB, on constate que le marché libre avec investissements uniquement individuels ne fonctionne pas. On déplore également l’inexistence de grands plans d’investissements publics et l’on estime que sans un investissement de minimum 10 milliards d’euros en la matière, on n’arrivera pas aux objectifs du GIEC.
    Du côté du PS, Jean-Claude Marcourt insiste sur le fait que, pour traiter la précarité, la première chose à faire est de relever les allocations sociales à 110% du seuil de pauvreté, relever les pensions, le salaire minimum et rendre du pouvoir de négociation salariales aux travailleurs.
    Il insiste également sur l’intérêt de développer un système de « tiers investisseurs » y compris pour les locataires qui devraient pouvoir financer ce type de rénovations.

    Vie Féminine sur la question des pensions précaires allouées aux femmes…

    C’était ensuite au tour de Vie Féminine d’interpeller les candidats : « 2/3 des pensions sous le seuil de pauvreté sont allouées à des femmes… Comment allez-vous garantir le droit à vivre dignement, en tenant compte des réalités de vie des gens et en particulier des femmes, et garantir une pension à 1500 euros minimum indexé pour tous et toutes quelque-soit son parcours de vie ?  »
    Du côté du CDH et du PS on ne s’étend pas : leur volonté est que les pensions soient de 1500 euros minimum et indexée pour tout le monde.
    Au niveau du MR, Raphaël Dubois rappel que le problème des pensions est un problème global datant de bien avant cette législature. Il ajoute : « le calcul de la pension se fait sur la base de ceux qui travaillent aujourd’hui. Promettre une pension à 1500 euros (…) je pense que personne au sein du MR ne s’y risquerait. »
    Pour Olivier Bierin, il ne s’agit pas d’un manque de moyen mais d’un manque d’imagination. La Belgique n’a jamais produit autant de richesse, «  c’est une question de volonté politique d’aller chercher, ou pas, l’argent là où il est !  »
    Du côté du PTB on enchéri : la pension à 1500 euros est un combat à mener ! Raoul Hedebouw rappel également la volonté du PTB de ne plus prévoir aucune réduction de cotisations sociales. Et pour cause, elles sont la base du financement de la Sécu : « Pour une gauche authentique, c’est un point important qui permettre de financer des pensions décentes. »

    Les JOC et cette prison appellée « Vottem »

    Les JOC, quant à eux, souhaitaient s’exprimer au sujet du centre ferme de Vottem, «  une prison  » qui devrait selon eux avoir été démantelée depuis longtemps.
    Pour Olivier Bierin, les politiques migratoires en Belgique sont aberrantes.
    La priorité d’ECOLO serait de faire sortir les familles des centres fermés pour ensuite passer à des centres ouverts. Il soutient également la mise en place de critères de régularisation clairs : « 17.000 morts en méditerranée depuis 2014, ça suffit  ».
    Même son de cloche chez Raoul Hedebouw et Jean-Claude Marcourt : il faudrait fermer Vottem. La situation des migrants au Parc Maximilien est, elle aussi, un scandale.
    Alda Greoli qualifie quant à elle la manière dont le gouvernement a traité les familles accueillant des réfugiés de «  honte » et ajoute : « le pays est en capacité de les accueillir alors faisons-le !  ».

    Le comité d’Ici et d’Ailleurs et la logique difficile des permis de travail B

    C’est ensuite sur une situation problématique que le comité d’Ici & d’Ailleurs a voulu attirer l’attention des candidats : la logique des permis de travail (pour les pays avec lesquels la Belgique a un accord) place le travailleur dans une situation de totale dépendance par rapport à son employeur : s’il met fin au contrat de travail, le travailleur perd son titre de séjour. Sur le terrain, cela engendre des situations d’exploitation et de misère, voire de traite des êtres humains. Sur le marché du travail, cela engendre un effet de dumping social invisible. Nombre sont en effet les travailleurs en permis B à relater être payés officiellement dans les barèmes du secteur mais devant reverser une part importante de leur salaire de la main à la main sous la menace de leur employeur.
    Face à ce constat, tous les partis présents se disent prêt à se mettre autour d’une table pour essayer de dégager des solutions et affirment que de telles situations doivent être dénoncée et punies sévèrement.

    Les ainés du MOC à propos des richesses de la vieillesse…

    Du côté des ainés du MOC on souhaitait attirer l’attention sur le fait que la vieillesse est toujours abordée en terme de coût. Mais que pensent les partis des richesses de la vieillesse ?
    D’emblée, Alda Greoli, fait valoir le projet d’Assurance Autonomie qui montre tout l’intérêt que le CDH porte à la vieillesse. Elle ajoute : la richesse de la vieillesse c’est « sa capacité d’animation et de transmission », le secteur associatif ne serait pas le même sans elle. Raphaël Dubois, pour le MR, rejoint totalement son homologue.
    « Mon parti ne pense pas que les ainés coûtent ! » enchaîne Jean-Claude Marcourt, « la pension est un salaire différé !  ». Il souligne que le PS soutient l’idée d’une assurance autonomie, mais « pas celle de madame Greoli. »
    Du côté d’ECOLO, on affirme que la richesse des travailleurs âgés est leur expérience. C’est d’ailleurs pour cela que le parti propose de développer le plan « Tandem » qui permettra aux plus âgés de prendre leur pension en douceur et de faire partager leur expérience aux plus jeunes.
    Au PTB, on n’est pas non plus pour une assurance autonomie que « remettrait une austérité entre générations en région wallonne ». Il s’oppose également aux attaques contre les prépensions qui priveraient les ainés de belles années riches au niveau culturel, social et familial.

    Le CISP « Alter Form » face au changement de statut des aide-soignant.e.s

    La principale préoccupation du centre d’insertion socio-professionnelle Alter Form, qui forme chaque année des aide-soignantes, est la réforme de leur profession : les aide-soignant(e)s devront bientôt poser plus d’actes de soins, sans augmentation de salaire et avec une augmentation du temps de formation jugée insuffisante…
    Pour le CDH et le PS pas de doute : « Maggie De Block a débloqué ». Si on manque d’infirmières.ers pour poser certains actes médicaux, c’est parce que les conditions de travail sont si difficiles que beaucoup d’entre elles.eux quittent la profession. C’est à ce niveau qu’il aurait fallu agir en revalorisant la profession et en relevant les salaires. Il faut refinancer le secteur.
    Du côté d’Olivier Bierin même son de cloche : s’il n’a pas souhaité s’étendre sur une question qu’il a reconnu ne pas maîtriser totalement, il a cependant affirmé qu’il fallait revaloriser le secteur et équilibrer les revenus des professionnels de la santé

    Pour Raphaël Dubois, «  le but était surtout la possibilité de poser plus d’acte et acquérir une possibilité de développer leur travail dans les hôpitaux. On casse toujours Maggie De Block mais les régions ont aussi leurs responsabilités ! »
    Après un échange avec la salle, la soirée s’est terminée autour d’un verre… L’occasion de poursuivre les discussions entamées et de penser des projets d’avenir…
    Pas de doute en tous cas, le MOC de Liège sera attentif à tous ces éléments durant la prochaine législature

  3. Liège | Fête de fin d’année réussie à l’Agora

    Leave a Comment

    L’Agora, centre d’alphabétisation du MOC de Liège, était en fête ce jeudi matin.
    La cour intérieure du bâtiment, baignée de soleil, s’est animée autour des stagiaires, de leurs familles, de leurs amis ainsi que du personnel, réunis pour l’occasion.
    Animation musicale, jeux d’extérieur, décoration… les stagiaires avait eux-mêmes aménagé l’espace verdoyant pour marquer la fin de l’année.
    Les plus téméraires ont dansé au rythme des musiques festives diffusées par le Dj, d’autres ont préféré le tir-à-l’arc… mais tous ce sont amusés en ce temps de midi festif !
    « Certains reviendront l’an prochain, d’autres ont fini leur formation et ne reviendront plus« , explique Ainoa, responsable du suivi psycho-sociale des apprenants. « Aménager ce genre de moment permet de marquer le coup et de créer une cohésion au sein de l’asbl » enchéri Julie, coordinatrice.
    C’est donc autour d’un verre et d’un généreux buffet que certains ce sont réunis pour la dernière fois… Pour d’autres, ce n’est qu’un ’aurevoir’ avant de se reposer quelques semaines pour recommencer l’année du bon pied en septembre !

  4. Liège | « Raconter une première fois en Belgique », un projet vidéo du CIEP de Liège

    Leave a Comment

    Pour commencer l’année 2019, le groupe des tables de conversation du CIEP vous propose la vidéo de présentation de son projet « raconter une première fois en Belgique », réalisée avec les participants de tables de conversation français.

    !! Découvrez la bande annonce de la vidéo !!

    Vous désirez voir la vidéo dans son intégralité ? Vous souhaitez l’utiliser comme support pédagogique pour une de vos animations ? Vous souhaitez participer au projet ? Contactez Pierre Desellier par téléphone au 0483/22.93.65 ou par mail à deselliers@mocliege.org

    Une première fois…

    « Raconter une première fois en Belgique » est un projet élaboré par des participants de tables de conversation en français. Il a pour objectif de raconter une expérience qui est arrivée dans les premières années de vie dans le pays d’accueil : la Belgique. Des migrants racontent un quotidien qui peut nous sembler trivial mais qui se révèle plus compliqué qu’il n’y paraît. Oscillant entre absurde et surréaliste, dramatique et compliqué, c’est une petite portion de vie que nos participants vous livrent sans langue de bois ni détour.

    Genèse du projet

    « Raconter une première fois en Belgique est une expérience réalisée par les participants des tables de conversation du CIEP Liège. Un projet mis en place fin 2017 et qui s’est déroulé sur l’année 2018 et qui a pour ambition de se poursuivre plusieurs années.

    Au terme des activités citoyennes mises en œuvre à l’Agora de septembre à décembre 2017, un groupe porteur a été constitué par une dizaine de personnes désirant parfaire leurs connaissance de la Belgique et du français. L’idée principale qui a été mise en œuvre par ce groupe était la transmission et le partage des expériences vécues dans leur pays d’accueil à la découvert de celui-ci, la Belgique.

    Le média vidéo a été choisi car il semblait plus adapté à l’enregistrement de témoignages ainsi qu’à l’éventuelle transmission de ceux-ci. Pour poser un cadre, nous avons choisi la thématique « raconter une première fois en Belgique » autour de toutes les premières expériences du quotidien dans ce nouveau pays d’accueil avec tout ce que cela englobe comme réaction et appréhension et le ressenti vis-à-vis de celles-ci.

    Le groupe désirait mettre en œuvre la réalisation d’une capsule documentaire qui dévoile les expériences faites en Belgique en insistant sur la donnée « quotidienne » et de concentrer sur l’appropriation des nouveau codes sociaux et sur les échanges interculturels qui se génèrent autour. Il aimerait également développer la mise en avant d’une réflexion afin de combattre les inégalités et la construction de clichés et stéréotypes sur les migrants au quotidien pour combattre le racisme et les discriminations en proposant leur regard sur des situation vécues au quotidien.

    En marge du projet

    Outre la dimension immersive et sociale dans une activité riche en partage interculturel, ce projet veut également développer chez les participants des compétences requises dans leurs demandes d’insertion sociale et professionnelle. Dans un secteur où les participants sont régulièrement soumis à des demande de souscription à des programme de formation et doivent d’inscrire activement dans la recherche d’un emploi, nous voulons proposer une démarche qui propose aux participants de développer davantage de compétences transversales. Nous espérons permettre ainsi d’explorer une série de compétence qui leur serait utiles tout en mettant en place un programme construit par eux-mêmes afin de viser une autonomie permettant une meilleure gestion de leurs compétence et, à terme, de viser une réelle autonomisation.

    Des compétences transversales pouvant être développées par les participants au cours de ce projet :

    • l’expression orale,
    • la constitution d’un discours claire et précis,
    • organisation d’un planning,
    • écouter,
    • analyser et comprendre,
    • développer des nouvelles compétences à partir d’une meilleure appropriation des situations vécues,
    • prendre des initiatives,
    • renforcer la confiance en soi,
    • travailler un esprit collaboratif.

    Finalité du projet

    Une première partie du projet a été réalisée afin de pouvoir être projetée et présentée à toutes structures désirant utiliser la capsule vidéo comme support d’animation à une réflexion autour des enjeux de l’immigration et en particulier à l’insertion des personnes étrangères.

    La capsule présente différents cas de figure illustrant les difficultés de langues mais aussi d’identifier le nouveau contexte social et culturel que les migrants découvrent dans leur quotidien dans une Belgique plurielle. Vous trouverez une vidéo de présentation jointe dans cette article.

    Participer au projet ou obtenir le document

    Pour toute question concernant l’activité ou si vous désirez participer à cette expérience ou pour vous procurer l’intégralité du document vidéo et la fiche d’animation, vous pouvez nous joindre et faire votre demande par téléphone au 0483/22.93.65 ou deselliers@mocliege.org.

    Ce support pédagogique est intégralement gratuit.

  5. Liège | Rentrée 2019 : Quoi de neuf à l’Agora

    Leave a Comment

    En cette rentrée 2019, ça bouge à l’Agora ! Découvrez les nouveautés de l’année !

    SOURCE PHOTO : Page Facebook de l’Agora

    Présentation des formations 2019

    Des mots pour un job

    Description :

    • Français orienté métiers
    • Stage en entreprise + réajustement des cours de français métiers en fonction des retours du stage
    • Acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi

    Durée : 6 mois (582 heures) dont 228 heures de stage.

    Informations et inscriptions : le mardi à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89

    Cap pour l’emploi

    Description :

    • Préparation aux tests d’entrée en français et en mathématiques
    • Stage en entreprise
    • Acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi
    • Recherche active d’emploi

    Durée : 8 semaines (dont 2 semaines de stage)

    Informations et inscriptions : le vendredi à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89

    Action pour l’emploi

    Description :

    • Travail individuel avec un jobcoach
    • Cours collectifs d’acquisition d’outils et techniques de recherche d’emploi
    • Recherche active d’emploi

    Durée : 6 semaines (entretiens individuels et cours collectifs)

    Informations et inscriptions : les mercredis à 10h à l’Agora, rue Vivegnis 73 à Liège ou 04/227.21.89