Tag Archive: Equipes Populaires

  1. Les Équipes Populaires ont un nouveau président…

    Leave a Comment

    Guillaume Lohest a été élu nouveau président des Équipes Populaires à l’issue du Congrès virtuel qui s’est tenu le 14 novembre dernier. Il prendra ses fonctions en janvier 2021 pour trois ans, succédant ainsi à Paul Blanjean, prochainement en fin de carrière.

    Guillaume Lohest, 36 ans, habite la région de Ciney. Il avait été engagé il y a cinq ans aux Équipes Populaires en charge des études et de la formation, après avoir été enseignant, puis éditeur et animateur en éducation permanente  plusieurs années chez Nature & Progrès.

    Après ses remerciements envers tou.te.s les militant.e.s et collègues, Guillaume a exprimé sa sincère reconnaissance envers un mouvement qu’il qualifie « d’extrêmement chaleureux », une vertu dans laquelle il compte puiser sa force. Et il lui en faudra… car le contexte de société actuel n’est pas des plus radieux.

    Celles et ceux qui connaissent Guillaume savent qu’il aime les mots. Et les deux mots qu’il a choisis pour qualifier son état d’esprit sont lucidité et conviction. « Lucidité, car dans la situation que nous vivons, nous sommes confrontés à un sentiment d’insuffisance de notre action face aux enjeux sociaux et climatiques qui deviennent criants. Mais ceux-ci sont tellement importants que cela nous pousse à aller de l’avant, à en faire plus, et avec d’autres… La lucidité, c’est reconnaître que nous ne pouvons rien tout seuls, ce qui est le propre de la vie démocratique, plurielle. » Et Guillaume est persuadé que « nous sommes là où nous devons être, c’est-à-dire dans l’action locale de proximité, parmi les réalités de vie. ».

    Pour le deuxième mot, il a eu une hésitation. « J’aurais pu choisir Colère car c’est un atout quand elle est guidée par un désir collectif de démocratie et d’égalité. Mais elle est aussi un risque, car la colère brute et la soif de collectif peuvent être les ingrédients du fascisme. Sans les valeurs que l’on défend, la colère peut basculer du mauvais côté… » Le populisme -et sa dérive ultime, le fascisme- sont en effet une des questions qui préoccupent Guillaume. Il a d’ailleurs récemment écrit un livre sur ce sujet[1].

    Il a donc choisi un autre mot : Conviction. Une conviction de plus en plus en plus ancrée chez Guillaume est qu’aucun changement de société, social ou écologique, ne pourra s’opérer sans réduction drastique des inégalités. « Car vivre dans un bain d’inégalités crée de la pauvreté, de la méfiance, de la rivalité, de la frustration, de la colère non constructive. Je suis de plus en plus persuadé que réduire les inégalités est une priorité absolue à tous niveaux, y compris celui du changement climatique. Car les inégalités, démesurées, bloquent toute possibilité de faire société autour d’un projet commun, d’un désir commun. »

    Guillaume Lohest est cependant lucide et modeste. « L’impact de notre action est difficilement quantifiable, mais j’en mesure chaque jour le sens et la pertinence quand j’observe la diversité, la richesse de nos quelques 150 groupes et projets actifs en Wallonie et à Bruxelles. Nous sommes l’un des éléments de la grande toile associative et de la démocratie culturelle».

    Merci à Guillaume d’avoir accepté de relever le défi de coordonner l’action du mouvement et d’y apporter un souffle nouveau.

    [1] Entre démocratie et populisme, 10 façons de jouer avec le feu, Guillaume Lohest. Coédition Couleurs livres et Équipes Populaires, 2019.

  2. La sécurité sociale : notre meilleure protection face aux crises! Renforçons-la!

    Leave a Comment

    Alors qu’elle fête ses 75 ans,  l’importance de cette couverture sociale a été mise en avant par la crise sanitaire que nous traversons depuis mars. Accès à des soins de santé de qualité pour les personnes malades, allocations de remplacement pour les personnes en chômage temporaire, congés parentaux étendus pour certains parents confrontés à la fermeture des écoles et des crèches, droit passerelle pour les indépendant.e.s, reconnaissance de la COVID-19 comme maladie professionnelle… autant de  dispositions qui ont soutenu et protégé  les  citoyen.ne.s pour qu’il.elle.s puissent faire face à cette crise sanitaire d’une ampleur sans précédent. Sans notre sécurité sociale, ces mesures n’auraient pas pu être mises en place et il aurait été nettement plus difficile d’affronter la COVID-19. 

    Mais si notre sécurité sociale a permis de limiter les dégâts, contrairement à d’autres pays où la protection sociale n’est pas garantie, il n’en demeure pas moins qu’elle pourrait être encore améliorer. Cela passe inévitablement par un refinancement de la sécurité sociale afin qu’elle puisse faire face à nouveau à des chocs comme celui de la pandémie mais aussi garantir une protection à chacun.e d’entre nous, dont les plus fragiles. C’est pourquoi une revalorisation et un ré-investissement de la sécurité sociale nous semblent indispensables : c’est notre meilleure protection face aux crises, renforçons-la ! 

    Objectifs de la campagne

    La campagne poursuit plusieurs objectifs :

    • Faire s’approprier par le grand public les fondements de la sécurité sociale, à savoir ses branches, mais aussi et surtout ses enjeux, son financement, ses forces et ses faiblesses, en partant notamment de l’exemple de la crise sanitaire vécue avec la Covid-19, mais pas uniquement.
    • Montrer que ces crises n’affectent pas tout le monde de la même manière et qu’il s’agit d’une question de « droits » : publics fragilisés et rapports de domination (travailleur.euse.s précaires, femmes, sans-papiers, extensions de droits à d’autres catégories comme les jobistes, les faux indépendants, etc.). Il faut que la sécurité sociale inclue toutes les personnes aujourd’hui oubliées (et qui l’ont été durant la crise), ici et ailleurs dans le monde, en démontrant l’aspect universel de la protection sociale et l’existence de cadres internationaux pour la promouvoir.
    • Démontrer l’importance de politiques et systèmes de santé publique «résilients», c’est-à-dire qui peuvent assumer leurs missions et survivre face aux chocs

    Découvrez le DOSSIER DE CAMPAGNE, qui reprend une explication succincte des différentes branches de la sécurité sociale ainsi que les revendications portées par les organisations du MOC

    Un dépliant OUTIL de SENSIBILISATION est également disponible

    Notre animation pour comprendre notre système de sécurité sociale et ses enjeux politiques est toujours disponible pour vos groupes

    Plus d’infos sur cette campagne ici

    Rejoignez cette campagne sur FACEBOOK

    #sécuritésocialenotremeilleureprotectionfaceauxcrises #sécuritésocialerenforçonsla

    Mouvement Ouvrier Chrétien Jeunes Organisés et Combatifs – JOC Vie Féminine Equipes Populaires CSC WSM Belgique Ciep Communautaire Mutualité chrétienne (MC)

  3. Liège | Débat du MOC : que peut-on attendre des partis ?

    Leave a Comment

    Alors que le Gouvernement fédéral n’est pas encore constitué, le MOC de Liège vous propose de découvrir un compte-rendu du débat organisé le 14 mai 2019. Qu’en est-il ressorti ? Quelles attitudes ont adoptés les partis présents face aux questions des organisations constitutives du MOC ? Un retour détaillé que nous vous proposons de découvrir sans plus attendre…

    Le mardi 14 mai le MOC de Liège et ses organisations constitutives -(CSC, Mutualité Chrétienne, Vie Féminine, Equipes Populaires & JOC) ainsi que ses organismes d’insertion socio-professionnelle Alter-Form et Agora mais également son comité d’Ici & d’Ailleurs-, recevaient cinq représentants de partis démocratiques pour un grand débat public à la Cité Miroir animé par Frédérique Matrich (RCF).

    A découvrir aussi : « Retour sur le cycle de visites organisé par le CIEP dans nos parlements »

    Damien Grégoire, secrétaire fédéral du Mouvement a ouvert la soirée non sans inquiétude : «  Nous sommes entrés dans une période de déclin démocratique. Un déclin profond qui touche une majorité de pays européens et occidentaux (…) Les prochaines élections [européennes] seront un test pour la démocratie et ses valeurs. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un crash test. »
    Une situation à laquelle il est nécessaire de répondre par l’exercice d’une citoyenneté « entière et continue  » dépassant le contexte ponctuel des élections.
    C’est dans cette nécessité de mobilisation collective pour l’égalité et l’émancipation que le travail du secteur associatif et des corps intermédiaires prend tout son sens : « Ils sont des leviers incontournables de la revalorisation de la démocratie » a tenu à souligner Damien Grégoire.

    La CSC et ses inquiétudes face à la réforme APE

    Les invités (Alda Greoli pour le CDH, Jean-Claude Marcourt pour le PS, Raphaël Dubois pour le MR, Olivier Bierin pour ECOLO et Raoul Hedebouw pour le PTB) ont ensuite pris pieds dans le débat face à l’épineux dossier APE (Aides à la Promotion de l’Emploi) : une réforme portée par le ministre de l’emploi Pierre-Yves Jeholet et vivement contestée par le secteur non-marchand en raison des risques de pertes d’emplois et de marchandisation du secteur : « Si demain vous êtes au pouvoir, quel sera votre projet par rapport au APE ? », lance la CSC.
    Du côté du CDH on souligne que la réforme APE telle qu’elle est sur la table « maintien l’ensemble du budget » et que le problème principal du dossier est la manière dont « certains » ont voulu précipiter les négociations. On maintient également le souhait de faire des APE une politique sectorielle et non plus une politique de l’emploi à proprement parler.
    Pour Jean-Claude Marcourt, il s’agit tout bonnement d’une « mauvaise réforme  » qui aurait coûté des milliers d’emplois. Si le PS devait arriver au pouvoir, il offrirait son soutien au secteur associatif et aux organisations syndicales plutôt que de les fragiliser.
    Pour le MR, cette réforme s’appuie surtout sur la nécessité de transparence : « On doit savoir exactement comment ce milliard d’euro d’argent public est dépensé  », souligne Raphaël Dubois qui ajoute que « le but n’était pas de casser le secteur associatif ». La preuve : la réforme prévoyait l’augmentation du budget total des APE, « même si certains secteurs risquaient d’être plus touché que d’autre », a-t-il ensuite concédé.
    « Prétexte ! » répond Olivier Bierin, derrière cette volonté de bonne gouvernance se cache en fait une volonté du ministre Jeholet de faire de sérieuse économies. S’il y avait bien un consensus sur la nécessité d’une réforme, celle-ci ne devrait pas menacer des emplois aussi importants.
    De côté du PTB le message est clair : s’il monte au gouvernement, la réforme sera abrogée. Pour Raoul Hedebouw, ce que cache cette réforme c’est un « combat de société global » entre les partisans d’une politique libérale et les autres.

    La Mutualité Chrétienne et son combat pour la suppression des suppléments d’honoraires (et des idées pour lutter contre le déclin de la médecine de première ligne)

    Les candidats ont ensuite été invités à s’exprimer sur la problématique des soins de santé. Pour la Mutualité Chrétienne, la Belgique se dirige vers un système de soin de santé à deux vitesses « avec des chambres individuelles qui ne sont accessibles qu’à ceux qui peuvent se le permettre ». Or, il n’est pas justifié de payer d’avantage en chambre individuelle pour des soins identiques. D’où la question suivante : « Pouvez-vous (…) soutenir l’interdiction de suppléments d’honoraires en hôpital ?  »
    Pour Raoul Hedebouw, « le PTB est le seul parti dont le combat pour la suppression des suppléments honoraires figure clairement dans le programme », on ne peut continuer à entrer malade à l’hôpital et en ressortir pauvre !
    Même son de cloche chez ECOLO qui soutient cette revendication et ajoute que le système des soins de santé doit être repensé via, notamment, un accent mis sur la « première ligne » et la multiplication des maisons médicales.
    Du côté du MR on affirme que les suppléments d’honoraires ne sont pas acceptables, d’autant plus lorsqu’ils sont imposés à des patients en situation d’urgence… Cependant, Raphaël Dubois tempère «  si certains patients souhaitent payer plus pour être soignés par les meilleurs spécialistes, c’est un droit qu’il faut respecter. »
    Jean-Claude Marcourt quant à lui, ne mâche pas ses mots : « Ces cinq dernières années, on a assisté à la destruction de notre système de santé ! », lance-t-il. Il considère que le refinancement des hôpitaux et la suppression des suppléments d’honoraires devraient être la priorité du nouveau gouvernement.
    Alda Greoli exprime le même souhait et ajoute : « Si l’argent gaspillé dans des assurances hospitalisation et dans des Assurances Groupe était utilisé de manière collective, cela permettrait à tous les Belges de ne plus payer plus de cinquante euros dans un hôpital ! ».
    Les cinq intervenants s’accorderont également tous sur le souhait exprimé par la Mutualité Chrétienne de réinvestir dans la médecine de première ligne notamment via la création de maisons médicales.

    Les équipes populaires et leurs inquiétudes face aux logement précaires…

    Du côté des Equipes Populaires, on souhaite interroger sur le mal-logement : que sont prêts à mettre en œuvre les partis pour développer une réelle politique de rénovation énergétique qui touche les ménages confrontés à la précarité et au mal-logement ?
    « A ce niveau, c’est une législature perdue », affirme Olivier Bierin. Il faut décupler les moyens alloué aux politiques environnementales.
    Dans l’optique de toucher les personnes précarisées, il faudrait, selon ECOLO, développer des projets de rénovation par quartiers entiers basés sur un système de tiers investisseur et impliquant le secteur associatif, « c’est du win-win : cela crée de l’emploi local, ça économise de l’énergie et les gens payent moins à la fin du mois. »
    Du côté du MR on est également favorable au maintien du système de prêts à taux zéro et au développement d’un système de tiers investisseur.
    Au PTB, on constate que le marché libre avec investissements uniquement individuels ne fonctionne pas. On déplore également l’inexistence de grands plans d’investissements publics et l’on estime que sans un investissement de minimum 10 milliards d’euros en la matière, on n’arrivera pas aux objectifs du GIEC.
    Du côté du PS, Jean-Claude Marcourt insiste sur le fait que, pour traiter la précarité, la première chose à faire est de relever les allocations sociales à 110% du seuil de pauvreté, relever les pensions, le salaire minimum et rendre du pouvoir de négociation salariales aux travailleurs.
    Il insiste également sur l’intérêt de développer un système de « tiers investisseurs » y compris pour les locataires qui devraient pouvoir financer ce type de rénovations.

    Vie Féminine sur la question des pensions précaires allouées aux femmes…

    C’était ensuite au tour de Vie Féminine d’interpeller les candidats : « 2/3 des pensions sous le seuil de pauvreté sont allouées à des femmes… Comment allez-vous garantir le droit à vivre dignement, en tenant compte des réalités de vie des gens et en particulier des femmes, et garantir une pension à 1500 euros minimum indexé pour tous et toutes quelque-soit son parcours de vie ?  »
    Du côté du CDH et du PS on ne s’étend pas : leur volonté est que les pensions soient de 1500 euros minimum et indexée pour tout le monde.
    Au niveau du MR, Raphaël Dubois rappel que le problème des pensions est un problème global datant de bien avant cette législature. Il ajoute : « le calcul de la pension se fait sur la base de ceux qui travaillent aujourd’hui. Promettre une pension à 1500 euros (…) je pense que personne au sein du MR ne s’y risquerait. »
    Pour Olivier Bierin, il ne s’agit pas d’un manque de moyen mais d’un manque d’imagination. La Belgique n’a jamais produit autant de richesse, «  c’est une question de volonté politique d’aller chercher, ou pas, l’argent là où il est !  »
    Du côté du PTB on enchéri : la pension à 1500 euros est un combat à mener ! Raoul Hedebouw rappel également la volonté du PTB de ne plus prévoir aucune réduction de cotisations sociales. Et pour cause, elles sont la base du financement de la Sécu : « Pour une gauche authentique, c’est un point important qui permettre de financer des pensions décentes. »

    Les JOC et cette prison appellée « Vottem »

    Les JOC, quant à eux, souhaitaient s’exprimer au sujet du centre ferme de Vottem, «  une prison  » qui devrait selon eux avoir été démantelée depuis longtemps.
    Pour Olivier Bierin, les politiques migratoires en Belgique sont aberrantes.
    La priorité d’ECOLO serait de faire sortir les familles des centres fermés pour ensuite passer à des centres ouverts. Il soutient également la mise en place de critères de régularisation clairs : « 17.000 morts en méditerranée depuis 2014, ça suffit  ».
    Même son de cloche chez Raoul Hedebouw et Jean-Claude Marcourt : il faudrait fermer Vottem. La situation des migrants au Parc Maximilien est, elle aussi, un scandale.
    Alda Greoli qualifie quant à elle la manière dont le gouvernement a traité les familles accueillant des réfugiés de «  honte » et ajoute : « le pays est en capacité de les accueillir alors faisons-le !  ».

    Le comité d’Ici et d’Ailleurs et la logique difficile des permis de travail B

    C’est ensuite sur une situation problématique que le comité d’Ici & d’Ailleurs a voulu attirer l’attention des candidats : la logique des permis de travail (pour les pays avec lesquels la Belgique a un accord) place le travailleur dans une situation de totale dépendance par rapport à son employeur : s’il met fin au contrat de travail, le travailleur perd son titre de séjour. Sur le terrain, cela engendre des situations d’exploitation et de misère, voire de traite des êtres humains. Sur le marché du travail, cela engendre un effet de dumping social invisible. Nombre sont en effet les travailleurs en permis B à relater être payés officiellement dans les barèmes du secteur mais devant reverser une part importante de leur salaire de la main à la main sous la menace de leur employeur.
    Face à ce constat, tous les partis présents se disent prêt à se mettre autour d’une table pour essayer de dégager des solutions et affirment que de telles situations doivent être dénoncée et punies sévèrement.

    Les ainés du MOC à propos des richesses de la vieillesse…

    Du côté des ainés du MOC on souhaitait attirer l’attention sur le fait que la vieillesse est toujours abordée en terme de coût. Mais que pensent les partis des richesses de la vieillesse ?
    D’emblée, Alda Greoli, fait valoir le projet d’Assurance Autonomie qui montre tout l’intérêt que le CDH porte à la vieillesse. Elle ajoute : la richesse de la vieillesse c’est « sa capacité d’animation et de transmission », le secteur associatif ne serait pas le même sans elle. Raphaël Dubois, pour le MR, rejoint totalement son homologue.
    « Mon parti ne pense pas que les ainés coûtent ! » enchaîne Jean-Claude Marcourt, « la pension est un salaire différé !  ». Il souligne que le PS soutient l’idée d’une assurance autonomie, mais « pas celle de madame Greoli. »
    Du côté d’ECOLO, on affirme que la richesse des travailleurs âgés est leur expérience. C’est d’ailleurs pour cela que le parti propose de développer le plan « Tandem » qui permettra aux plus âgés de prendre leur pension en douceur et de faire partager leur expérience aux plus jeunes.
    Au PTB, on n’est pas non plus pour une assurance autonomie que « remettrait une austérité entre générations en région wallonne ». Il s’oppose également aux attaques contre les prépensions qui priveraient les ainés de belles années riches au niveau culturel, social et familial.

    Le CISP « Alter Form » face au changement de statut des aide-soignant.e.s

    La principale préoccupation du centre d’insertion socio-professionnelle Alter Form, qui forme chaque année des aide-soignantes, est la réforme de leur profession : les aide-soignant(e)s devront bientôt poser plus d’actes de soins, sans augmentation de salaire et avec une augmentation du temps de formation jugée insuffisante…
    Pour le CDH et le PS pas de doute : « Maggie De Block a débloqué ». Si on manque d’infirmières.ers pour poser certains actes médicaux, c’est parce que les conditions de travail sont si difficiles que beaucoup d’entre elles.eux quittent la profession. C’est à ce niveau qu’il aurait fallu agir en revalorisant la profession et en relevant les salaires. Il faut refinancer le secteur.
    Du côté d’Olivier Bierin même son de cloche : s’il n’a pas souhaité s’étendre sur une question qu’il a reconnu ne pas maîtriser totalement, il a cependant affirmé qu’il fallait revaloriser le secteur et équilibrer les revenus des professionnels de la santé

    Pour Raphaël Dubois, «  le but était surtout la possibilité de poser plus d’acte et acquérir une possibilité de développer leur travail dans les hôpitaux. On casse toujours Maggie De Block mais les régions ont aussi leurs responsabilités ! »
    Après un échange avec la salle, la soirée s’est terminée autour d’un verre… L’occasion de poursuivre les discussions entamées et de penser des projets d’avenir…
    Pas de doute en tous cas, le MOC de Liège sera attentif à tous ces éléments durant la prochaine législature

  4. Namur | Justice fiscale : colloque des Équipes Populaires le 14/11

    Leave a Comment

    Rejoignez les Équipes Populaires le jeudi 14 novembre de 9h15 à 12h45 à l’occasion de leur colloque sur la justice fiscale.

    Trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­for­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mer la fisca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité semble indis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable pour assu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rer une plus grande justice fiscale, qui s’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­puie avant tout sur le prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cipe de progres­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité de l’im­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pôt. La globa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus (travail, capi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal, immo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier) répond à ce prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cipe. Elle est reven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­diquée depuis de nombreuses années par le milieu asso­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et syndi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cal, mais est égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment soute­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nue par la plupart des partis fran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­co­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­phones qui se sont décla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rés favo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rables à cette mesure.

    Le colloque abor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dera égale­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment une ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion plus large : Comment mener de front le combat pour la justice fiscale en Belgique et celui du finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de la tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique ?
    Avec la parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de Marie -Hélène Ska (CSC), Arnaud Zacha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rie (CNCD-11.11.11) et des repré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants des partis poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques fran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­co­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­phones.

    Programme

    09h15 : Accueil
    09h30 : Intro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­duc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion
    09h45 : La fisca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité, un levier indis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable pour contri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­buer à la justice sociale et clima­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique. Marie-Hélène Ska, Secré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rale de la CSC
    10h15 : Globa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser les reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus : Avan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tages, condi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions
    de réus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­site et obstacles à sa mise en oeuvre.
    Daniel Puis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant, Coor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teur du Réseau Justice Fiscale
    11h00 : Table ronde avec des repré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants des partis poli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiques fran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­co­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­phones : Diver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gences, conver­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gences, étapes pour concré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser la globa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des reve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nus
    12h00 : Mondia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser la justice fiscale pour finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cer la tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique. Arnaud Zacha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rie, Secré­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ral du CNCD-11.11.11
    12h30 : Conclu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sions
    12h45 : Fin des travaux

    Rensei­­­­­gne­­­­­ments pratiques

    Adresse du jour : Arse­­­­­nal – Le Grenier – 11 rue Bruno – 5000 Namur
    PAF : 8€ (6€ pour les membres EP)

    Rensei­­­­­gne­­­­­ments et inscrip­­­­­tions
    Equipes Popu­­­­­laires – 8 rue du Lombard 5000 Namur – 081 73 40 86
    secre­­­­­ta­­­­­riat@equi­­­­­pes­­­­­po­­­­­pu­­­­­laires.be

    Inscrip­­­­­tion souhai­­­­­tée pour le 8 novembre

  5. Le MOC de Liège organise un grand débat le 14 mai en vue des élections

    Leave a Comment

    Rejoignez le MOC et ses organisations constitutives à la Cité Miroir le mardi 14 mai à 18h pour un débat en présence de vos représentants politiques !

    Un débat public en vue des élections de mai 2019

    Dans le cadre de la campagne « Pour des Alternatives Solidaire », le MOC de Liège vous invite à découvrir la position des partis sur différentes thématiques : migration, emploi, santé, pensions, climat, énergie… quels enjeux pour les élections du 26 mai ?

    Un débat en présence de vos représentants politiques

    - Alda Greoli- CDH
    - Fabian Culot – MR
    - Jean-Claude Marcourt – PS
    - Olivier Bierin – ECOLO
    - Raoul Hedebouw – PTB

     

    Un moment convivial

    Ce débat est co-organisé par le MOC Liège, ses organisations constitutives & ses asbl : Mutualité Chrétienne, Csc Liège, Equipes Populaires Liège, JOC Liège, Vie Féminine Région de Liège | Alter-Form, CIEP Liège ainsi que la Commission d’Ici et d’Ailleurs.
    Un moment d’échange est prévu avec la salle
    Un espace bar sera ouvert à la fin du débat

    Infos pratiques

    • Le mardi 14 mai à 18h (>20h)
    • Cité Miroir, Espace Francisco Ferrer (Place Xavier Neujean, Liège)
    • Gratuit, ouvert à tous – Pas d’inscriptions nécessaires