Category Archive: Participation citoyenne

  1. Retour sur le cycle de visites organisé par le CIEP Liège dans nos parlements

    Leave a Comment

    Dans le cadre des élections régionales, fédérales et européennes de mai 2019, le CIEP du MOC de Liège a organisé entre février et avril, en plus de nombreuses animations sur les enjeux des élections et le fonctionnement de nos institutions, un cycle de visites des parlements wallon, fédéral, européen en collaboration avec CIEP Culture

    Dans une optique d’éducation permanente, cœur de l’action du CIEP de Liège, ces visites se voulaient interactives et multi culturelles : citoyens, stagiaires et militants de différentes organisations liées au MOC se sont vu rassemblés, le temps de trois journées, à la découverte de la vie politique Belge et Européenne. Des parlementaires avaient en outre été invités afin de répondre aux questions des groupes et partager leur expérience de terrain.

    Visite du parlement fédéral – Le 4 février

    Le 4 février 2019, trois groupes distincts prenaient la route ensemble pour une journée de découverte : des habitués des activités culturelles organisées par le CIEP Culture, des apprenants d’origines étrangères du Centre d’alphabétisation et d’insertion Agora, ainsi que les stagiaires du centre d’insertion socio-professionnelle Alter Form.

    Après une courte matinée à la découverte de Bruxelles et son histoire, les participants se sont dirigés vers le parlement fédéral pour une visite du bâtiment ponctuée d’un échange avec deux députées qui avaient répondu favorablement à la demande que nous avions adressée aux principaux partis : Vanessa Matz (CDH) et Sarah Schlitz (ECOLO).

    Face à Sarah Schlitz, c’est l’âge de la jeune femme qui interpelle unanimement les participants  : comment devient-on et vit-on le fait d’être députée fédérale à seulement 32 ans ? «  Je remplace Murielle Gerkens depuis octobre 2018 » explique-t-elle ; une députée plus expérimentée mais que le décumul des mandats a poussé à démissionner du parlement. Mademoiselle Schlitz en était la suppléante. « Etre une jeune femme au parlement, c’est un défi ! », enchaîne-t-elle, « je fais partie d’une tranche de la population sous-représentée au pouvoir. »

    Rapidement, les apprenants de la filière aide-soignant(e)s d’Alter Form et la députée se sont trouvés des intérêts communs : le changement de statut des aides-soigant(e)s alors envisagé par Maggie De Block. Les apprenants n’ont pas tardé à marquer leur inquiétude face au projet de la ministre de la santé : une liste des actes à poser augmentée, pas d’augmentation salariale, un temps de formation inadapté à cette potentielle nouvelle réalité… « Je travaille actuellement sur le dossier, je vais d’ailleurs bientôt interpeller Maggie De Block à ce sujet » explique Sarah Schlitz qui ne voit pas ce projet d’un bon œil. Les craintes des futures aides-soignantes d’Alter-Form ont été entendues, affaire à suivre

    A découvrir aussi : Débat politique du MOC – Qu’ont répondu les candidats à la question des stagiaires de la filière aide-soignant.e.s d’Alter Form ?

    Visite du parlement européen – Le 12 mars 2019

    Le mardi 12 mars, un groupe composé de 20 personnes, bénévoles, usagers et accompagnants de l’asbl Vivre Solidaire de Seraing (colis alimentaires, seconde main, suivi social…) ainsi que d’une vingtaine de personnes issues de l’asbl CIEP Culture, qui favorise un accès à la culture pour tous, s’est rendu en car à Bruxelles pour une visite du Parlement Européen. A cette date, malheureusement, tous les députés européens se trouvaient à Strasbourg et la visite n’a pu bénéficier d’une rencontre avec l’un de ceux-ci.

    Les participants ont donc suivi une visite « classique » du parlement européen : installés dans une salle de projection, le groupe a visionné une vidéo décrivant l’histoire, les bienfaits et le fonctionnement de l’Union Européenne, suivie des explications d’une fonctionnaire européenne détachée pour l’occasion afin de répondre aux questions du groupe. Laissant très peu de place au débat et évacuant trop vite les questions légitimes mais parfois très critiques de certains membres de notre groupe, ce genre d’accueil très cadré ne nous semble pas fait pour rapprocher les citoyens d’une institution déjà souvent perçue avec méfiance.

    Le point d’orgue de la visite était la découverte du gigantesque hémicycle où les participants ont eu la chance de pouvoir assister et suivre grâce à la traduction une partie de conférence internationale dont l’objectif était de rassembler différents acteurs associatifs et politiques autour de l’avenir et de la reconstruction de la Syrie. Un aperçu « en direct » d’un aspect moins connu de la vie du parlement européen qui a eu le mérite de compenser l’absence de députés.

    Visite du parlement Wallon – Premier avril 2019

    Le cycle de visite s’est terminé le 1 avril par une visite du parlement wallon à Namur. C’est sous un beau soleil printanier que le groupe, composé de membres de CIEP Culture ainsi que de stagiaires de l’ASBL Mode d’Emploi, une association d’insertion socio-professionnelle de Vie Féminine réservée aux femmes, s’est rendu en train à Namur.

    La matinée, qui avait commencé par le visionnage d’un film sur le rôle et le fonctionnement du Parlement, s’est poursuivie par une visite du bâtiment chargé d’histoire.
    Le groupe a ensuite pris place dans « l’hémicycle » afin d’échanger avec la jeune députée Zoé Istaz-Slangen (PS) qui avait répondu favorablement à la demande de rencontre que nous avions envoyée aux principaux partis wallons. Si les premières questions étaient plutôt d’ordre factuel (organisation d’une journée de travail, fonctionnement du parlement, rôle des députés…) le débat a ensuite pris une autre tournure, plusieurs bénéficiaires de l’ASBL Mode d’Emploi ont souhaité exprimer leur ras-le-bol face à leurs conditions de vie : difficultés à boucler les fins de mois, à se déplacer, à trouver du travail… « on a l’impression que personne ne nous entend » lance une participante, « les politiciens ne comprennent pas notre situation, ils sont détachés des réalités ! », ajoute une autre.

    Face à ce mécontentement manifeste, la députée a fait valoir que son parti était engagé dans une lutte pour une société plus solidaire et que de nombreux moyens était mis en œuvre pour permettre aux citoyens d’être entendu mais que ces moyens étaient parfois sous-utilisés : « Contrairement à ce que l’on peut croire, nous répondons à la plupart des e-mails venant des citoyens », a-t-elle exprimé en tant que parlementaire et d’ajouter que « les débats et prises de décisions ayant lieu au parlement wallon sont diffusés sur RTC » et qu’elle-même n’a pas le sentiment d’être éloignée des citoyens notamment du fait qu’elle était il y a quelques mois encore, directrice d’un CPAS.
    Pas sûr que ces arguments aient convaincu l’ensemble du groupe mais cette rencontre, en plus d’en apprendre davantage sur le travail concret de parlementaire, aura eu le mérite de permettre aux participants dont certains en situation sociale précaire, de venir voir d’un peu plus prêt le fonctionnement de notre système représentatif et de s’y exprimer.

  2. La CNE lance sa consultation des travailleurs du secteurs socio-culturel

    Leave a Comment

    Ce 2 septembre, la campagne de la CNE est lancée, par mail à travers toutes les institutions et toutes les entreprises du socio-culturel.

    Identifier les enjeux prioritaires sur lesquels nous devrons nous engager

    Tes collègues, et les collègues des Télévisions locales, de l’Education Permanente, de la Culture, de l’Insertion Socio-professionnelle, des Organisations de Jeunesse, des Organisations Sportives, du Tourisme non-commercial, des ONG,… exprimeront leurs revendications à travers un questionnaire visant à identifier les enjeux prioritaires sur lesquels nous devrons, collectivement, nous engager.

    Dès cette première étape, tu as bien entendu un rôle essentiel à jouer :  complète la consultation en ligne via le lien :

    https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=Xu6tlFIfX0u3__sNeTfztCS4RPGVsP1CpbMDqq0I5LVUNVNUVlUwWDFOWTRFSVlWRkYzQTdQOEdNNy4u

    Attention ! Date limite : 9 octobre 2019

    Les éléments recueillis nourriront le cahier de revendications des prochains Accords Sociaux Non Marchand ainsi que le programme CNE des Élections Sociales 2020. De plus, les résultats permettront aux équipes syndicales de développer leur travail quotidien dans les entreprises.

    Nous avons besoin de votre avis pour faire progresser vos conditions de travail à tous les niveaux : à travers les Accords Sociaux Non Marchand, au niveau du secteur ainsi que sur le terrain de votre entreprise.

    Les résultats de cette enquête, ainsi que les perspectives de combat syndical que nous nous donnerons (vis-à-vis des employeurs et des pouvoirs publics) seront présentés, tout d’abord aux délégués CNE puis auprès de tous les travailleurs des secteurs du socioculturel.

    ENSEMBLE, LE SOCIO-CULTUREL VA PLUS HAUT !

  3. Liège | Tourisme : entre rêve et cauchemar, le 20/09

    Leave a Comment

    Rejoignez les Équipes Populaires de Liège à l’occasion du retour des MidiCinés Citoyens le vendredi 20 septembre à 12h15 au Jardin Botanique !

    Tourisme : entre rêve et cauchemar – Projection suivie d’un débat

    C’est la rentrée ! Comme 60% des Belges, vous êtes partis en vacances cet été ?

    Le tourisme est aujourd’hui un réel moteur de l’économie mondiale mais avec quel impact sur le patrimoine, les populations locales, l’environnement ?

    Est-il possible de voyager sans participer au tourisme de masse ?  L’éco-tourisme est-il devenu un vrai business ? Peut-on s’offrir des vacances réellement durables ?

    Infos pratiques

    • Accueil à 12h15 ; projection à 12h30
    • La projection sera suivie d’un débat.
    • Auditoire du Crié de Liège, 3 rue Fusch, 4000 Liège
    • Entrée par le jardin Botanique
  4. Liège | Débat du MOC : que peut-on attendre des partis ?

    Leave a Comment

    Au lendemain des élections, le MOC de Liège vous propose de découvrir un compte-rendu du débat organisé le 14 mai 2019. Qu’en est-il ressorti ? Quelles attitudes ont adoptés les partis présents face aux questions des organisations constitutives du MOC ? Un retour détaillé que nous vous proposons de découvrir sans plus attendre…

    Le mardi 14 mai le MOC de Liège et ses organisations constitutives -(CSC, Mutualité Chrétienne, Vie Féminine, Equipes Populaires & JOC) ainsi que ses organismes d’insertion socio-professionnelle Alter-Form et Agora mais également son comité d’Ici & d’Ailleurs-, recevaient cinq représentants de partis démocratiques pour un grand débat public à la Cité Miroir animé par Frédérique Matrich (RCF).

    A découvrir aussi : « Retour sur le cycle de visites organisé par le CIEP dans nos parlements »

    Damien Grégoire, secrétaire fédéral du Mouvement a ouvert la soirée non sans inquiétude : «  Nous sommes entrés dans une période de déclin démocratique. Un déclin profond qui touche une majorité de pays européens et occidentaux (…) Les prochaines élections [européennes] seront un test pour la démocratie et ses valeurs. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un crash test. »
    Une situation à laquelle il est nécessaire de répondre par l’exercice d’une citoyenneté « entière et continue  » dépassant le contexte ponctuel des élections.
    C’est dans cette nécessité de mobilisation collective pour l’égalité et l’émancipation que le travail du secteur associatif et des corps intermédiaires prend tout son sens : « Ils sont des leviers incontournables de la revalorisation de la démocratie » a tenu à souligner Damien Grégoire.

    La CSC et ses inquiétudes face à la réforme APE

    Les invités (Alda Greoli pour le CDH, Jean-Claude Marcourt pour le PS, Raphaël Dubois pour le MR, Olivier Bierin pour ECOLO et Raoul Hedebouw pour le PTB) ont ensuite pris pieds dans le débat face à l’épineux dossier APE (Aides à la Promotion de l’Emploi) : une réforme portée par le ministre de l’emploi Pierre-Yves Jeholet et vivement contestée par le secteur non-marchand en raison des risques de pertes d’emplois et de marchandisation du secteur : « Si demain vous êtes au pouvoir, quel sera votre projet par rapport au APE ? », lance la CSC.
    Du côté du CDH on souligne que la réforme APE telle qu’elle est sur la table « maintien l’ensemble du budget » et que le problème principal du dossier est la manière dont « certains » ont voulu précipiter les négociations. On maintient également le souhait de faire des APE une politique sectorielle et non plus une politique de l’emploi à proprement parler.
    Pour Jean-Claude Marcourt, il s’agit tout bonnement d’une « mauvaise réforme  » qui aurait coûté des milliers d’emplois. Si le PS devait arriver au pouvoir, il offrirait son soutien au secteur associatif et aux organisations syndicales plutôt que de les fragiliser.
    Pour le MR, cette réforme s’appuie surtout sur la nécessité de transparence : « On doit savoir exactement comment ce milliard d’euro d’argent public est dépensé  », souligne Raphaël Dubois qui ajoute que « le but n’était pas de casser le secteur associatif ». La preuve : la réforme prévoyait l’augmentation du budget total des APE, « même si certains secteurs risquaient d’être plus touché que d’autre », a-t-il ensuite concédé.
    « Prétexte ! » répond Olivier Bierin, derrière cette volonté de bonne gouvernance se cache en fait une volonté du ministre Jeholet de faire de sérieuse économies. S’il y avait bien un consensus sur la nécessité d’une réforme, celle-ci ne devrait pas menacer des emplois aussi importants.
    De côté du PTB le message est clair : s’il monte au gouvernement, la réforme sera abrogée. Pour Raoul Hedebouw, ce que cache cette réforme c’est un « combat de société global » entre les partisans d’une politique libérale et les autres.

    La Mutualité Chrétienne et son combat pour la suppression des suppléments d’honoraires (et des idées pour lutter contre le déclin de la médecine de première ligne)

    Les candidats ont ensuite été invités à s’exprimer sur la problématique des soins de santé. Pour la Mutualité Chrétienne, la Belgique se dirige vers un système de soin de santé à deux vitesses « avec des chambres individuelles qui ne sont accessibles qu’à ceux qui peuvent se le permettre ». Or, il n’est pas justifié de payer d’avantage en chambre individuelle pour des soins identiques. D’où la question suivante : « Pouvez-vous (…) soutenir l’interdiction de suppléments d’honoraires en hôpital ?  »
    Pour Raoul Hedebouw, « le PTB est le seul parti dont le combat pour la suppression des suppléments honoraires figure clairement dans le programme », on ne peut continuer à entrer malade à l’hôpital et en ressortir pauvre !
    Même son de cloche chez ECOLO qui soutient cette revendication et ajoute que le système des soins de santé doit être repensé via, notamment, un accent mis sur la « première ligne » et la multiplication des maisons médicales.
    Du côté du MR on affirme que les suppléments d’honoraires ne sont pas acceptables, d’autant plus lorsqu’ils sont imposés à des patients en situation d’urgence… Cependant, Raphaël Dubois tempère «  si certains patients souhaitent payer plus pour être soignés par les meilleurs spécialistes, c’est un droit qu’il faut respecter. »
    Jean-Claude Marcourt quant à lui, ne mâche pas ses mots : « Ces cinq dernières années, on a assisté à la destruction de notre système de santé ! », lance-t-il. Il considère que le refinancement des hôpitaux et la suppression des suppléments d’honoraires devraient être la priorité du nouveau gouvernement.
    Alda Greoli exprime le même souhait et ajoute : « Si l’argent gaspillé dans des assurances hospitalisation et dans des Assurances Groupe était utilisé de manière collective, cela permettrait à tous les Belges de ne plus payer plus de cinquante euros dans un hôpital ! ».
    Les cinq intervenants s’accorderont également tous sur le souhait exprimé par la Mutualité Chrétienne de réinvestir dans la médecine de première ligne notamment via la création de maisons médicales.

    Les équipes populaires et leurs inquiétudes face aux logement précaires…

    Du côté des Equipes Populaires, on souhaite interroger sur le mal-logement : que sont prêts à mettre en œuvre les partis pour développer une réelle politique de rénovation énergétique qui touche les ménages confrontés à la précarité et au mal-logement ?
    « A ce niveau, c’est une législature perdue », affirme Olivier Bierin. Il faut décupler les moyens alloué aux politiques environnementales.
    Dans l’optique de toucher les personnes précarisées, il faudrait, selon ECOLO, développer des projets de rénovation par quartiers entiers basés sur un système de tiers investisseur et impliquant le secteur associatif, « c’est du win-win : cela crée de l’emploi local, ça économise de l’énergie et les gens payent moins à la fin du mois. »
    Du côté du MR on est également favorable au maintien du système de prêts à taux zéro et au développement d’un système de tiers investisseur.
    Au PTB, on constate que le marché libre avec investissements uniquement individuels ne fonctionne pas. On déplore également l’inexistence de grands plans d’investissements publics et l’on estime que sans un investissement de minimum 10 milliards d’euros en la matière, on n’arrivera pas aux objectifs du GIEC.
    Du côté du PS, Jean-Claude Marcourt insiste sur le fait que, pour traiter la précarité, la première chose à faire est de relever les allocations sociales à 110% du seuil de pauvreté, relever les pensions, le salaire minimum et rendre du pouvoir de négociation salariales aux travailleurs.
    Il insiste également sur l’intérêt de développer un système de « tiers investisseurs » y compris pour les locataires qui devraient pouvoir financer ce type de rénovations.

    Vie Féminine sur la question des pensions précaires allouées aux femmes…

    C’était ensuite au tour de Vie Féminine d’interpeller les candidats : « 2/3 des pensions sous le seuil de pauvreté sont allouées à des femmes… Comment allez-vous garantir le droit à vivre dignement, en tenant compte des réalités de vie des gens et en particulier des femmes, et garantir une pension à 1500 euros minimum indexé pour tous et toutes quelque-soit son parcours de vie ?  »
    Du côté du CDH et du PS on ne s’étend pas : leur volonté est que les pensions soient de 1500 euros minimum et indexée pour tout le monde.
    Au niveau du MR, Raphaël Dubois rappel que le problème des pensions est un problème global datant de bien avant cette législature. Il ajoute : « le calcul de la pension se fait sur la base de ceux qui travaillent aujourd’hui. Promettre une pension à 1500 euros (…) je pense que personne au sein du MR ne s’y risquerait. »
    Pour Olivier Bierin, il ne s’agit pas d’un manque de moyen mais d’un manque d’imagination. La Belgique n’a jamais produit autant de richesse, «  c’est une question de volonté politique d’aller chercher, ou pas, l’argent là où il est !  »
    Du côté du PTB on enchéri : la pension à 1500 euros est un combat à mener ! Raoul Hedebouw rappel également la volonté du PTB de ne plus prévoir aucune réduction de cotisations sociales. Et pour cause, elles sont la base du financement de la Sécu : « Pour une gauche authentique, c’est un point important qui permettre de financer des pensions décentes. »

    Les JOC et cette prison appellée « Vottem »

    Les JOC, quant à eux, souhaitaient s’exprimer au sujet du centre ferme de Vottem, «  une prison  » qui devrait selon eux avoir été démantelée depuis longtemps.
    Pour Olivier Bierin, les politiques migratoires en Belgique sont aberrantes.
    La priorité d’ECOLO serait de faire sortir les familles des centres fermés pour ensuite passer à des centres ouverts. Il soutient également la mise en place de critères de régularisation clairs : « 17.000 morts en méditerranée depuis 2014, ça suffit  ».
    Même son de cloche chez Raoul Hedebouw et Jean-Claude Marcourt : il faudrait fermer Vottem. La situation des migrants au Parc Maximilien est, elle aussi, un scandale.
    Alda Greoli qualifie quant à elle la manière dont le gouvernement a traité les familles accueillant des réfugiés de «  honte » et ajoute : « le pays est en capacité de les accueillir alors faisons-le !  ».

    Le comité d’Ici et d’Ailleurs et la logique difficile des permis de travail B

    C’est ensuite sur une situation problématique que le comité d’Ici & d’Ailleurs a voulu attirer l’attention des candidats : la logique des permis de travail (pour les pays avec lesquels la Belgique a un accord) place le travailleur dans une situation de totale dépendance par rapport à son employeur : s’il met fin au contrat de travail, le travailleur perd son titre de séjour. Sur le terrain, cela engendre des situations d’exploitation et de misère, voire de traite des êtres humains. Sur le marché du travail, cela engendre un effet de dumping social invisible. Nombre sont en effet les travailleurs en permis B à relater être payés officiellement dans les barèmes du secteur mais devant reverser une part importante de leur salaire de la main à la main sous la menace de leur employeur.
    Face à ce constat, tous les partis présents se disent prêt à se mettre autour d’une table pour essayer de dégager des solutions et affirment que de telles situations doivent être dénoncée et punies sévèrement.

    Les ainés du MOC à propos des richesses de la vieillesse…

    Du côté des ainés du MOC on souhaitait attirer l’attention sur le fait que la vieillesse est toujours abordée en terme de coût. Mais que pensent les partis des richesses de la vieillesse ?
    D’emblée, Alda Greoli, fait valoir le projet d’Assurance Autonomie qui montre tout l’intérêt que le CDH porte à la vieillesse. Elle ajoute : la richesse de la vieillesse c’est « sa capacité d’animation et de transmission », le secteur associatif ne serait pas le même sans elle. Raphaël Dubois, pour le MR, rejoint totalement son homologue.
    « Mon parti ne pense pas que les ainés coûtent ! » enchaîne Jean-Claude Marcourt, « la pension est un salaire différé !  ». Il souligne que le PS soutient l’idée d’une assurance autonomie, mais « pas celle de madame Greoli. »
    Du côté d’ECOLO, on affirme que la richesse des travailleurs âgés est leur expérience. C’est d’ailleurs pour cela que le parti propose de développer le plan « Tandem » qui permettra aux plus âgés de prendre leur pension en douceur et de faire partager leur expérience aux plus jeunes.
    Au PTB, on n’est pas non plus pour une assurance autonomie que « remettrait une austérité entre générations en région wallonne ». Il s’oppose également aux attaques contre les prépensions qui priveraient les ainés de belles années riches au niveau culturel, social et familial.

    Le CISP « Alter Form » face au changement de statut des aide-soignant.e.s

    La principale préoccupation du centre d’insertion socio-professionnelle Alter Form, qui forme chaque année des aide-soignantes, est la réforme de leur profession : les aide-soignant(e)s devront bientôt poser plus d’actes de soins, sans augmentation de salaire et avec une augmentation du temps de formation jugée insuffisante…
    Pour le CDH et le PS pas de doute : « Maggie De Block a débloqué ». Si on manque d’infirmières.ers pour poser certains actes médicaux, c’est parce que les conditions de travail sont si difficiles que beaucoup d’entre elles.eux quittent la profession. C’est à ce niveau qu’il aurait fallu agir en revalorisant la profession et en relevant les salaires. Il faut refinancer le secteur.
    Du côté d’Olivier Bierin même son de cloche : s’il n’a pas souhaité s’étendre sur une question qu’il a reconnu ne pas maîtriser totalement, il a cependant affirmé qu’il fallait revaloriser le secteur et équilibrer les revenus des professionnels de la santé

    Pour Raphaël Dubois, «  le but était surtout la possibilité de poser plus d’acte et acquérir une possibilité de développer leur travail dans les hôpitaux. On casse toujours Maggie De Block mais les régions ont aussi leurs responsabilités ! »
    Après un échange avec la salle, la soirée s’est terminée autour d’un verre… L’occasion de poursuivre les discussions entamées et de penser des projets d’avenir…
    Pas de doute en tous cas, le MOC de Liège sera attentif à tous ces éléments durant la prochaine législature

  5. Liège | Invitation à la réunion de préparation de l’Assemblée Générale des CCCA

    Leave a Comment

    Une réunion de travail est organisée le mardi 20 août de 9h30 à 12h00, à Liège.

    Vous faites partie du CCCA de votre commune et vous souhaitez partager vos expériences de représentant avec d’autres ainés impliqués, eux aussi, dans un CCCA ? Rejoignez-nous !

    • Notre objectif : Réunir les membres des CCCA de la Province de Liège dans un même lieu pour se rencontrer et échanger expériences, bon plans et conseils…
    • Notre méthode pour y arriver : « VOUS » ! Ce sont les ainés des CCCA qui connaissent le mieux les réalités des mandataires et des représentants. Nous avons donc besoins de vous et de votre expérience de terrain pour penser et réaliser cette journée de rencontre en ainés des CCCA.

    Renseignement : Edwine Goldoni – goldoni@mocliege.org – 0483/22 93 61.

     

  6. Liège | « Je bouge pour les droits des femmes » le 30/06 au Parc de la Citadelle

    Leave a Comment

    Pour la deuxième année consécutive, Vie Féminine Liège et le Collectif « Et Ta Soeur ? » fouleront le Parc de la Citadelle à l’occasion d’un jogging engagé…

    Venez faire mouvement avec Vie Féminine

    Je Bouge pour les Droits des Femmes, deuxième édition, est un événement festif et militant, organisé par Vie Féminine Liège Régionale et le Collectif « Et ta soeur ? ».
    En marchant, en courant, seul-e, en groupe ou en famille, venez affirmer votre volonté d’égalité avec votre dossard personnalisé !

    Parcours de 3, 6 ou 9 km (accessible à toutes et tous, aux personnes à mobilité réduite et aux poussettes)

    Infos pratiques

    Départ de la Salle de Foot JS Pierreuse (rue des Glacis, 417 – 4000 Liege)
    BUS : le 23 au départ du Pont d’Avroy, le 71 et le 72 au départ de la Place

  7. Le MOC de Liège organise un grand débat le 14 mai en vue des élections

    Leave a Comment

    Rejoignez le MOC et ses organisations constitutives à la Cité Miroir le mardi 14 mai à 18h pour un débat en présence de vos représentants politiques !

    Un débat public en vue des élections de mai 2019

    Dans le cadre de la campagne « Pour des Alternatives Solidaire », le MOC de Liège vous invite à découvrir la position des partis sur différentes thématiques : migration, emploi, santé, pensions, climat, énergie… quels enjeux pour les élections du 26 mai ?

    Un débat en présence de vos représentants politiques

    - Alda Greoli- CDH
    - Fabian Culot – MR
    - Jean-Claude Marcourt – PS
    - Olivier Bierin – ECOLO
    - Raoul Hedebouw – PTB

     

    Un moment convivial

    Ce débat est co-organisé par le MOC Liège, ses organisations constitutives & ses asbl : Mutualité Chrétienne, Csc Liège, Equipes Populaires Liège, JOC Liège, Vie Féminine Région de Liège | Alter-Form, CIEP Liège ainsi que la Commission d’Ici et d’Ailleurs.
    Un moment d’échange est prévu avec la salle
    Un espace bar sera ouvert à la fin du débat

    Infos pratiques

    • Le mardi 14 mai à 18h (>20h)
    • Cité Miroir, Espace Francisco Ferrer (Place Xavier Neujean, Liège)
    • Gratuit, ouvert à tous – Pas d’inscriptions nécessaires

     

  8. Ans | Foire aux outils pédagogiques de Vie Féminine le 18/06

    Leave a Comment

    Vie Féminine vous invite à sa foire aux outils pédagogiques à Ans le mardi 18 juin 2019 à partir de 9h30 à Ans.

    Au programme

    • 9h30 : Accueil
    • 10h : Conférence autour de l’outil méthodologique « Racisme, Comprendre pour Agir » de Vie Féminine
    • 5€ l’entrée pour la matinée avec un outil offert par organisation après les échanges
    • 13h30 : stand de présentation d’une série d’outils réalisé par Vie Féminine : droits des femmes, alphabétisation, dynamique de groupe, bricolage, …
      Outils disponibles à la vente ou à la commande sur place.
      Informations et inscriptions obligatoires : Vie Féminine Liège, 04/222.00.33 ou liege@viefeminine.be
  9. Alternatives Solidaires : (re)Découvrez les revendications du MOC en vue des élections

    Leave a Comment

    Le 26 mai, les citoyens belges seront amenés à choisir leurs représentants fédéraux, régionaux et européens. Un enjeu de taille en prévision duquel le Mouvement Ouvrier Chrétien se mobilise autour de 11 revendications précises. Onze messages forts envoyés à nos dirigeants. A 23 jours du scrutin, nous vous proposons de les (re)découvrir.

    Pour des alternatives solidaires

    1. Réduire les inégalités par une fiscalité juste et solidaire ? C’est possible !
    Par une contribution équitable de l’ensemble des revenus, notamment du capital, en faveur du bien-être collectif, aujourd’hui et pour les générations futures.

    2. Assurer à chaque enfant une place d’accueil de qualité ? C’est possible !
    En instaurant un taux de couverture de 100% en Wallonie et à Bruxelles, avec des professionnel.le.s dotés d’un vrai statut.

    3. Offrir à toutes et tous un enseignement réellement égalitaire et émancipateur ? C’est possible !
    En assurant sa gratuité totale et effective et en luttant contre toute forme de discrimination scolaire.

    4. Garantir l’accès à un logement de qualité pour toutes et tous ? C’est possible !
    En commençant par instaurer un contrôle et un encadrement des loyers et en investissant durablement dans le logement public.

    5. Rendre sa vigueur et sa force d’émancipation à la démocratie ? C’est possible !
    En accordant le droit de vote à tou.te.s les citoyen.ne.s sans exception d’origine, en luttant contre toutes les formes de domination et de discrimination et en élargissant les « droits culturels » de toutes et de tous pour redynamiser la participation citoyenne.

    6. Assurer une politique d’accueil digne, humaine et solidaire ? C’est possible !
    En commençant par la suppression immédiate des centres fermés et la mise en place d’une procédure de régularisation permanente sous la responsabilité d’une commission indépendante.

    7. Travailler moins pour travailler toutes et tous et vivre mieux ? C’est possible !
    En développant des mesures concertées de réduction collective du temps de travail, avec maintien des salaires et embauches compensatoires.

    8. Répondre aux défis climatiques et environnementaux tout en créant de l’emploi de qualité ? C’est possible !
    En menant une politique ambitieuse d’investissement public, créatrice d’emplois durables et de qualité et répondant aux défis d’une transition écologique juste.
    Pour des alternatives solidaires !

    9. Assurer à toutes et tous une sécurité sociale solidaire, efficace et durable ? C’est possible !
    En assurant et en renforçant la pérennité du financement de la sécurité sociale par la mise en place d’une Cotisation sociale généralisée et en assurant l’égalité hommes-femmes dans les prestations par une harmonisation par le haut.

    10. Assurer à toutes et tous le droit à la santé ? C’est possible !
    En garantissant des soins de santé accessibles et de qualité et en faisant de la « santé » un indicateur central dans la mise en oeuvre et l’évaluation des politiques publiques, à tous les niveaux de pouvoirs.

    11. Assurer un travail décent et une protection sociale pour toutes et tous et partout dans le monde ? C’est possible !
    En intégrant ces deux exigences dans les politiques extérieures et de coopération au développement de la Belgique et de l’UE, en élaborant un traité international contraignant sur « entreprises et droits de l’homme », tout en travaillant sans relâche à l’élargissement des socles de protection sociale dans le monde.

    Découvrez le détail de ces revendications :

    Alternatives Solidaires

  10. Charleroi | 97ème Semaine Sociale du MOC : l’urgence climatique

    Leave a Comment

    Le Mouvement Ouvrier Chrétien vous invite à sa 97ème Semaine Sociale les 17 et 18 avril prochain à Charleroi. Cette année nous nous pencherons sur la question du mouvement social face à l’urgence climatique.

    Semaine Sociale 2019 du Mouvement Ouvrier Chrétien

    La transition écologique est un enjeu majeur et vital, que l’actualité et la gravité des destructions écologiques ne permettent plus d’ignorer. Mais de quoi parle-t-on au juste ? Entre le développement durable et l’écologie sociale, en passant par la décroissance et l’écosocialisme, l’horizon et les chemins proposés ne seront pas les mêmes. Quelles clés utiles ces voies nous livrent-elles pour penser et engager la société dans une transition à la hauteur des enjeux écologiques, articulant justice sociale et environnementale  ? Et comment faire du MOC et de ses organisations une force de transformation s’inscrivant au cœur de celle-ci ?

    Voir le programme complet :

    programme_semaine_sociale

     

  11. Verviers | Le MOC organise un grand débat le 16 avril en vue des élections

    Leave a Comment

    Rejoignez le MOC et ses organisations constitutives à la CSC le mardi 16 avril à 18h15 pour un débat en présence de vos représentants politiques !

    Dans le cadre de la campagne « Pour des alternatives solidaires », le MOC LHWV vous invite à découvrir la position des partis sur différentes thématiques : condition féminine, emploi, migration… quels enjeux pour les élections du 26 mai ?

    En pratique

    • Le mardi 16 avril à 18h15
    • A la CSC de Verviers, Pont Léopold 4, 4800 Verviers
    • Gratuit, entrée libre, ouvert à tous
  12. Trop vieux pour donner votre avis ? C’est FAUX !

    Leave a Comment

    Vous avez 55 ans et + ? Vous êtes interpellé par les besoins des ainés et la manière dont votre commune y répond ? Vous avez une expertise du quotidien, des avis à partager en matière de bien-être des seniors ? Vous souhaitez échanger vos points de vue… et faire vous faire entendre des nouvelles autorités communales ? Rejoignez le CCCA de votre commune !

    Rejoindre le Conseil Consultatif Communal des Ainés de votre commune

    Le CCCA, qu’est que c’est ? C’est le Conseil Consultatif Communal des Ainés. Il se réunit plusieurs fois par an pour fournir au collège communal des conseils et recommandations en matière de bien-être des ainés.

    Dans la brochure téléchargeable ci-dessous, le CIEP-MOC de Liège vous propose de découvrir toutes les informations nécessaires à votre engagement potentiel dans un CCCA. Bonne lecture :

    moc_brochure_trop_vieux_pour_donner_son_avis_presentation_ccca

    Intéressé ? Contactez Edwine Goldoni : goldoni@mocliege.org – 0484/22.93.61

  13. Liège (région) | Journée internationale des droits des femmes : programme de Vie Féminine

    Leave a Comment

    Le jeudi 8 mars se tiendra la Journée Internationale des Droits des Femmes. Découvrez le panel d’actions organisées à cette occasion par les différentes antennes de Vie Féminine en région Liégeoise. Pas disponibles le 8 mars ? Pas de problème, Vie Féminine prolonge ses actions jusqu’au 13 !

    Le 8 mars, une journée fondamentale

    Le 8 mars, ce n’est pas … une fleur pour madame, ni un parfum à –20%. Pas plus qu’un argument marketing pour vendre des sous-vêtements roses.
    C’est une journée essentielle pour la reconnaissance des droits des femmes en Belgique et ailleurs. C’est une journée par an, non pas pour « porter la culotte » mais bien pour rappeler à tous et toutes que les droits des femmes n’ont rien d’acquis et que la société a encore du chemin à parcourir pour atteindre l’égalité.

    Aperçu du programme

    Vie Féminine déroulera son action dans toute la région liégeoise du 5 au 16 mars !

    • Le 5 mars à Glond
    • Les 6 & 7 mars à Herstal
    • Le 8 mars : à Herstal, à Liège, à Ans
    • Le 9 mars à Hodimont (Verviers) & Sprimont
    • Le 12 mars à Ivoz-Ramet
    • Le 13 mars : journée inter-régionale à Liège
    • Le 16 mars à Verviers

    Découvrez le programme complet :

    Flyers 8 mars 19 PDF

  14. Grève nationale le 13 février

    Leave a Comment

    Les discussions au sein du groupe des 10 sur un nouvel accord interprofessionnel (AIP) pour 2019-2020 sont dans l’impasse. Une grève nationale est organisée en front commun syndical le mercredi 13 février.

    SOURCE IMAGE & TEXTE : https://www.lacsc.be/csc-liege-verviers-ostbelgien

    Les travailleurs méritent le respect !

    Un signal clair a été lancé le 14 décembre dernier, lors d’une journée d’action nationale. Ce jour-là, des milliers de travailleurs ont exigé une augmentation sérieuse des salaires, moins de pression au travail, une articulation saine entre vie privée et vie professionnelle et des fins de carrières décentes.

    Il s’agissait de dénoncer également ce qui a été imposé aux travailleurs depuis des années : la modération salariale, un saut d’index et une nouvelle loi truffée de dispositions qui ne permettent pas une négociation sereine. Dans ces circonstances, la coupe est pleine : de nombreux travailleurs ne sont plus en mesure de travailler encore plus longtemps et de manière encore plus flexible. Ils ne tiennent tout simplement plus le coup.

    Les revendications du 14 décembre font clairement écho à l’absolue nécessité que chacune et chacun puisse vivre dignement. Ces dernières années, la presse a abondamment commenté la bonne santé de l’économie, l’ampleur des créations d’emplois, la pénurie de main-d’œuvre. Dans le même temps, les cotisations sociales patronales ont été réduites, les employeurs peuvent garder en poche le saut d’index (chaque année), l’impôt des sociétés a été diminué pour toutes les entreprises, les services publics et la sécurité sociale ont été mis à mal, et ce, sans que cela ne se traduise par une amélioration des salaires, en particulier pour les salaires minimas.

    Dans ces conditions, la nouvelle loi de 2016 sur les salaires, qui conduit, avec ses dispositions douteuses, à des augmentations salariales maximales de seulement 0,8% sur deux ans, rend la conclusion d’un accord interprofessionnel impossible.
    Au vu de l’impossibilité d’aller plus loin sur ce point dans les discussions avec les employeurs, les instances de la CSC, la FGTB et la CGSLB ont décidé, en guise de protestation, de lancer un mot d’ordre de grève nationale le mercredi 13 février dans un maximum d’entreprises.

    Lors des réunions au sein du Groupe des 10, les organisations syndicales ont également mis sur la table d’autres revendications qui doivent déboucher sur des solutions concrètes répondant aux attentes du monde du travail :

    • Augmentation significative des salaires minimas
    • Augmentation des allocations sociales et des pensions pour, à tout le moins, les porter au-delà du seuil de pauvreté
    • Redessiner le cadre des fins de carrière (RCC et crédits-temps)
    • De meilleures possibilités de combinaison entre le travail et la vie privée
    • Des mesures concrètes permettant une amélioration de la mobilité comme la généralisation du tiers-payant pour les transports en commun et le remboursement de l’indemnité vélo.

      Au-delà de ces revendications pour lesquelles des réponses et des solutions doivent être trouvées à court terme, il est indispensable que des discussions et négociations puissent être engagées à propos d’une juste transition vers une économie plus saine et plus durable et qui anticipe également les conséquences de la digitalisation de l’économie.

  15. Liège | Vernissage de l’expo « C’est quoi ton handicap » avec Altéo

    Leave a Comment

    Altéo et l’Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Liège vous invitent au vernissage de l’exposition « C’est quoi pour toi le handicap ? » qui aura lieu en présence des porteurs du projet le jeudi 14 février à 18h, Galerie des Beaux-Arts rue Sœurs-de-Hasque à Liège.

    « C’est quoi pour toi le handicap ? » est le fruit de deux ans de rencontres entre 14 étudiants en option illustration à l’Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Liège et des personnes en situation de handicap membres d’Altéo ou fréquentant le centre de jour CESAHM (Centre Educatif et Social pour Adultes Handicapés Mentaux).

    A la suite de ces rencontres, chaque étudiant a réalisé une illustration racontant son ressenti quant aux échanges vécus ainsi que sa représentation personnelle du handicap et/ou de la différence au sens large. Les étudiants ont ensuite réalisé un ouvrage collectif et pédagogique, à mi-chemin entre l’album illustré et la BD. Ce livre (tiré en 2000 exemplaires) sera utilisé comme outil de sensibilisation dans les écoles primaires et secondaires de la province de Liège. Il sera un des supports de l’exposition qui accueillera également des photos, témoignages et des oeuvres collectives réalisées par les étudiants et les participants (personnes en situation de handicap et aidants proches) lors des ateliers-rencontres.

    Parallèlement au livre, un carnet pédagogique a été édité afin de donner aux utilisateurs du livre des pistes pédagogiques cohérentes pour faciliter l’utilisation du livre et l’animation de groupes de jeunes avec ce nouvel outil.

    L’ensemble du projet a été en partie financé par des soutiens de citoyens via la plateforme de crowdfounding « Ulule ».

    « C’est quoi pour toi le handicap ? » est une initiative d’Altéo, Régionale de Liège-Huy-Waremme en collaboration avec l’Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Liège, Cesahm, le service Culture de la Province de Liège, la Ville de Liège et l’AVIQ.
    Le livre et le carnet pédagogique seront disponibles gratuitement à partir du 15 février (sur simple demande auprès d’Altéo).

    Infos pratiques

    • Vernissage : jeudi 14 février à 18h à la Galerie des Beaux-Arts rue Sœurs-de-Hasque à Liège.
    • L’exposition sera accessible du 15 février au 1er mars de 14h à 18h
      du mercredi au samedi (le mardi, sur rendez-vous).