Tag Archive: Ciep

  1. Huy | 31/01/2023 – 02/02/2023 – 05/02-2023 | Ciné club sur le droit au logement

    Leave a Comment

    Le MOC de Huy et le Centre Culturel de Huy proposent deux films et vous invitent au débat :

    En partenariat avec le Centre Culturel de Huy, nous vous donnons trois rendez-vous pour deux comédies sociales évoquant la question du droit au logement et l’importance des manifestations de solidarité :

    • Les invisibles : Séances le mardi 31 janvier à 20h00 et le dimanche 5 février à 18h00.  Ce film permet d’ouvrir les yeux sur la réalité du sans-abrisme féminin et nous montre une vigoureuse façon de lutter face à l’adversité : Louis-Julien Petit, réalisateur et scénariste du film  « Avec l’humour comme bouclier, Les Invisibles est un film de combattantes, une épopée tragi-comique dans lequel la lutte est plus importante que l’objectif quasi utopique à atteindre. Que leurs armes soient légales ou pas, leur réussite se situe dans l’action commune et dans l’aventure que ces femmes vont vivre, ensemble. » . Bande annonce ici.  Évènement Facebook ici

     

    • The Lady in the Van :  Séance unique le jeudi 2 février à 13h15 en VOSTFR – 4€ l’entrée.  Inspiré d’une histoire vraie, ce film nous raconte la rencontre étonnante à Londres, dans les années 70, entre une dame vivant dans son van et un écrivain qui accepte qu’elle le gare dans son allée. Deux réalités sociale bien différentes, mais qui évoquent chacune le droit à la dignité et à une place dans ce monde.  Bande annonce ici.  Évènement Facebook ici.

    Les séances du 31 janvier et du 2 février seront suivies d’un temps d’échanges avec la salle.

    Attention, les projections ne se font pas au Centre culturel mais dans la salle 4 d’Imagix Huy !

    Rencontre ouverte à tous le vendredi 10 février à 14h00 pour débattre de l’accueil des sans-abris sur la commune. Avenue Albert Ier , 6 à Huy.

    Infos et contact: Nathalie Dupont 0484/307.381. dupont@mocliege.org

  2. Travailleurs et travailleuses de première ligne face à la fracture numérique

    Leave a Comment

    Les travailleurs et travailleuses de première ligne sont fréquemment sollicités pour répondre à ces démarches (l’apparition de la Covid ayant fortement accéléré le processus).  Celles-ci sont de plus en plus variées et prennent des formes multiples. L’accès aux services publics mais également privés devient de plus en plus dur à se faire. Le public se tourne vers les travailleurs et travailleuses de première ligne. Ceux-ci se retrouvent avec des demandes qui font basculer de plus en plus leurs cadres déontologiques de travail.

    Face à ces constats,

    Nous proposons aux travailleuses et travailleurs de première ligne, un moment d’échange participatif autour d’un outil de diagnostic proposé par notre invitée Anne Phillipart chercheuse à l’HELMo ESAS de Liège, section travail social. Cet outil est destiné à des travailleurs de première ligne : assistants sociaux ; agents d’accueil ; éducateurs ; formateurs ; … qui sont amenés à manipuler des données numériques de leur public.

     

    Programme de la journée 

     

    09h00 : accueil

    09h30 : introduction de nos deux intervenantes sur le numérique et le travail de première ligne suivit d’un moment d’échange en sous-groupe.

    10h30 : pause

    11h00 : présentation des échanges et mise en commun

    12h30 : pause midi

    13h30 : exploration des outils et pistes d’alternatives.

    15h30 : conclusion

    16h30 : fin des travaux

     

    Pour en savoir plus nous vous proposons une entrevue avec notre intervenante

    téléchargeable ici : entrevue Anne Phillipart

    La matinée d’étude se déroulera le 17 janvier 2023 de 09h00 à 16h00 dans la grande salle de la CSC (10 Bld Saucy , 4020 Liège).

    Infos et inscriptions :

    remplissez notre formulaire d’inscription ou contactez nous 

    deselliers@mocliege.org

    0483/22.93.65

    04/232.61.61

    Au plaisir de se rencontrer

    La commission migrant « d’ici et d’ailleurs » du MOC de Liège

     

  3. Tables de discussion sur les « boites qui sauvent la vie »

    Leave a Comment

    Aussi connu sous le nom de « boites SENIOR FOCUS» ou « boites jaunes – rouges, bleues, oranges selon les communes », on en retrouve dans le frigo de certains ainés. Il s’agit d’un dispositif de protection des Seniors et d’aide aux services d’intervention. Elles contiennent un formulaire avec des renseignements de santé et une photo utiles aux secours en cas de malaise ou de disparition de l’ainé.

    De plus en plus de communes et CCCA de la Province de Liège mettent en place le projet des boites SENIOR FOCUS auprès de leurs habitants ainés. Plusieurs questions et difficultés similaires ressortent lors la mise en place de ce projet :

    • L’information des ainés susceptibles d’être intéressés par la boite
    • La distribution des boites et la gestion du stock
    • L’actualisation des données de santé
    • Le devenir de la boite lors du décès de la personne
    • ….

    Vous avez mis en place ou pensez mettre en place le projet des boites SENIOR FOCUS dans votre commune, vous aimeriez avoir de l’info… et vous souhaitez échanger des bons plans sur la pérennisation du projet avec d’autres communes et membres des CCCA ?

    Rejoignez-nous à l’une de nos tables de discussion sur le sujet.

    • Région de l’Ourthe-Amblève: mardi 6/12 – 10h à 12h – accueil café à 9h30
      • Salle du MOC, Av. de la République Française 10/14, 4920 Aywaille
    • Région de Malmédy: mardi 6/12 – 14h30 à 16h30 – accueil café à 14h
      • Agence MC, Rue Malgrave 3, 4960 Malmedy
    • Région de Seraing: mercredi 7/12 – 14h à 16h – accueil café à 13h30
      • Maison des Travailleurs, Rue Colard Trouillet 23, 4100 Seraing
    • Région de la Basse-Meuse: jeudi 8/12 – 10h à 12h – accueil café à 9h30
      • Salle à la Charlemagn’rie asbl, Rue Henri Nottet, 11, 4040 Herstal
    • Région de Liège: lundi 12/12 – 10h à 12h – accueil café à 9h30
      • Salle du MOC, Rue St. Gilles, 29, 4000 Liège
    • Région de Huy: mardi 13/12 – 14h à 16h – accueil café à 13h30
      • Salle du MOC, Av. Albert 1er, 6, 4500 Huy
    • Région de Fléron: jeudi 15/12 – 14h30 à 16h30 – accueil café à 14h
      • Agence MC, Av. des Martyrs 190, 4620 Fléron – porte de gauche
    • Région de Welkenraedt : mardi 17/01/23 – 14h à 16h – accueil café à 13h30
      • Administration communale de Plombières – Place du 3ème Millénaire, 1, 4850 Plombières
    • Région de Herve: jeudi 19/01/23 – 10h à 12h – accueil café à 9h30
      • Salle d’animation, Verte Voie 13, 4890 Thimister-Clermont
    • Région de Verviers: lundi 30/01/23 – 14h à 16h – accueil café à 13h30
      • MOC Verviers, Rue du Palais, 25 4800 Verviers
    • Région de Waremme: jeudi 09/02/23 – 10h à 12h – accueil café à 9h30
      • Agence MC, Rue Joseph Wauters 21, 4300 Waremme – salle au 1er étage
    • Région de Spa : date et lieu à venir – début mars 2023

     

    Ces tables de discussion ont pour objectif l’échange d’informations et d’expérience sur la mise en place et la pérennisation à long terme du projet des boites SENIOR FOCUS.

    Elles s’adressent aux personnels administratifs et échevins, aux membres des CCCA, aux services d’intervention, aux ASBL Seniors ainsi qu’à toute personne intéressée.

    Renseignement et inscription (souhaitée) : 0483/22 93 61 – goldoni@mocliege.org

    Avec la collaboration de :

  4. Retour – Action POPA | La fin du cash en Outremeuse

    Leave a Comment

    Lundi 17 octobre dernier, le CIEP de Liège a participé à la soirée d’échange sur la finance suite à la disparition du dernier bancontact en Outremeuse (et avec lui de la dernière agence bancaire), en présence du réseau Financité. 💸

    L’occasion de mettre en valeur les paroles des citoyens et habitants d’Outremeuse récoltées le jeudi 13 octobre lors d’une animation Porteur de Paroles portée par le groupe POPA citoyens liégeois.👍

    Bravo pour cette belle mobilisation !! 🤩

  5. Action POPA citoyen | La fin du Cash en Outremeuse

    Leave a Comment

    Le mois de juin 2022 a vu fermer l’agence bancaire Belfius, rue Puits-en-Sock… et avec elle, disparaitre le dernier distributeur d’argents liquides en Outremeuse.

    C’est désormais tout un quartier qui ne dispose plus d’aucune agence bancaire ni de bancontact.

    Le groupe « POPA citoyen » (POPA pour POrteur de PAroles) souhaite donner la parole aux habitants d’Outremeuse sur ce holdup financier et débattre ensemble de la disparition des services bancaires et de l’accès à son argent sur forme liquide.

    –> Ils seront présents ce jeudi 13 octobre entre 10h et 16h dans les rues d’Outremeuse avec l’action « Porteur de paroles » haute en couleurs !

    –> Le centre Infor Famille et l’asbl CIEP Liège soutiennent cette action et seront présentes à leurs côtés.

          

    Cette action « Porteur de paroles » sera suivie d’une conférence organisée par Infor Famille en présence de réseau Financité, le lundi 17 octobre à 19h à la Boulangerie Sans Patron, rue de la Loi, 20, 42020 Liège.

    Plus d’infos et réservation sur leur site : Fin du cash et des Bancontact : comment agir ? • Centre Infor Famille

    Plus d’infos sur ce qu’est une action « Porteur de parole » en suivant le lien : Liège Huy Waremme | Porteur de Paroles : un dispositif haut en couleurs – Ciep (mocliege.be)

    Vous habitez la province de Liège ? Vous êtes intéressé.e par nos actions ? Simplement curieux.se de connaitre le dispositif « Porteur de paroles » ? Contactez  les animateurs.trices des CIEP liège et Verviers : Edwine Goldoni : 0483/22.93.61 ou goldoni@mocliege.org

     

    La disparition de cette agence bancaire et avec elle,

    du dernier distributeur d’argents liquides vous impacte ? Vous souhaitez réagir ?

    –> Venez nous rejoindre ce jeudi 13 octobre entre 10h et 16h

    dans les rues d’Outremeuse (aux abords du rond-point Saint Nicolas).

     

     

  6. Débat participatif : « Logement contre nature ? »

    Leave a Comment

    Le logement, objet de spéculation pour les uns et d’appauvrissement pour les autres, reste encore inaccessible pour une trop grande partie de citoyen.nes.

    Dans ce contexte, comment garantir un accès à un logement décent, tout en s’inscrivant dans la lutte contre certains projets immobiliers face à l’urgence de préserver des espaces verts, de lutter contre la bétonisation, mais en tenant compte aussi de la nécessité du développement des communes ?

    Au-delà des positions de principes, débattons en ensemble le samedi 5 novembre à 14h00.

    Intervenants invités:

            • Jean Peltier – Occupons le terrain
            • Grégor Stangherlin – Chef de projet du Plan de Cohésion Sociale de Liège
            • Mathilde Flas – ULiège Assistante chercheuse Urbanisme et aménagement du territoire

    Déroulement :

    • Débat en sous-groupe avec les participants et les intervenants :

    3 sous-groupes, 3 portes d’entrée :

    1. La préservation des espaces verts peut-elle être un maillon de la lutte pour l’accès au logement ?
    2. Entre nécessités, priorités communales et accès au logement, quel équilibre ?
    3. La réquisition des logements vides, mesure symbolique ou réelle réponse aux besoins de logements ?
    • Témoignage d’un militant d’ATD Quart Monde
    • Débat en plénière sur base des échanges dans les sous-groupes.
    Après la victoire de la mobilisation contre le projet de la Chartreuse, le débat reste entier, venez, on va en parler!
    Réservation souhaitée pour une organisation agréable.
    Infos et réservation : 0484/307.381. ou liege@housing-action-day.be

    Contact – infos –réservations (souhaitée mais non obligatoire) : Nathalie Dupont 0484/307.381. ou liege@housing-action-day.be

  7. Marche contre le centre fermé de Vottem samedi 7 MAI

    Leave a Comment

    Vottem,  23 ans  de détentions illégitimes !

    14h Rassemblement Place Saint-Lambert, départ de la marche  vers le centre fermé pour étrangers de Vottem

    15h à l’Enclos des Fusillés (Citadelle)

    15h45 à Vottem

     

    Depuis 1999, plus de 20.000 personnes ont été détenues au centre fermé de Vottem : sur simple décision administrative de l’Office des Etrangers, sans l’intervention d’une juridiction ; simplement parce qu’elles ne disposent pas, ou plus, d’un titre de séjour.

    Plus de 20.000 personnes détenues, pour être renvoyées vers  l’insécurité, c’est à dire vers la guerre , la dictature,  les persécutions de toutes sortes, politiques, sexistes, homophobes…, vers la misère liée à la dette des pays du Sud, à l’inégalité des échanges, au pillage des ressources par les anciens colonisateurs, vers les conséquences du réchauffement climatique…

    Tant de réfugié.e.s, dont seulement un très petit nombre arrivent en Belgique, et se voient refuser l’asile, en grande majorité (60% de refus en 2019). Tant de personnes qui n’ont pas d’autre choix que de rester ici, dans la clandestinité, la précarité, et l’exploitation dans les réseaux de travail clandestin,  qui n’arrivent pas à obtenir la régularisation de leur séjour, et dont certaines se retrouvent dans les centres fermés !

    Aujourd’hui nous constatons de nombreux dispositifs  mis en œuvre pour l’accueil des réfugié.e.s qui fuient la terrible guerre en Ukraine, et nous nous réjouissons vivement de ces dispositions prises .  Soulignons tout de même que l’hébergement se fait surtout au sein de familles de citoyens solidaires. Cependant nous constatons en même temps  que les autres candidats à un statut de protection internationale doivent continuer à faire de longue files pour être entendus par l’Office des Etrangers, souvent ne sont pas  hébergés rapidement dans des centres d’accueil, et finalement se heurtent à des refus ! Accueil à géométrie variable…

    On aurait pu espérer que cette tragédie nouvelle, et la mobilisation actuelle mise en œuvre, ouvrent les yeux de notre gouvernement sur la nécessité de repenser la question de l’accueil, et des moyens nécessaires à y allouer,  pour  toutes et  tous les réfugié.e.s,  quelles que  soient leurs origines. Pas du tout ! Au même moment,  le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la migration, Sammy Mahdi annonce la construction, l’ouverture de 4 nouveaux centres fermés. Coût : 100 millions, l’urgence ne serait-elle pas de les investir dans l’accueil ?

    Objectif : passer à une capacité d’enfermement de 1145 personnes (751 actuellement), pour arriver à au moins 10.000 expulsions par an. Construction d’un centre fermé pour étrangers à Jumet, 200 places ; à Zandvliet (près d’Anvers), 144 places ; d’un centre supplémentaire « de départ »  à Steenokkerzeel – à côté de Zaventem, où existent déjà les centres 127 bis et Caricole-  50 places ; et d’un centre de 112 places à Jabbeke, destiné à remplacer celui de Bruges, trop vétuste, 112 places.

    De fait cet accroissement du nombre de centres fermés était prévu dans l’accord gouvernemental « Vivaldi », mais nous espérions que les actions menées par les sans-papiers et leurs soutiens vis-à-vis de la société en général, et des partis politiques qui nous assuraient d’un soutien, auraient  pu porter leurs fruits. Parce qu’il existe une alternative qui va dans une toute autre direction : la régularisation des sans-papiers qui ont acquis ici un nouveau parcours de vie, une insertion dans notre société, des formations, du travail… Parce que la guerre en Ukraine nous montre, avec plus de proximité, ce qui se passe à bien d’autres endroits dans le monde.

    Nous voulons rappeler que les centre fermés sont des prisons qui cachent leur nom, que la détention en leur sein est une violence quotidienne du simple fait de la privation de liberté, aggravée par  les contraintes exercées quand la personne détenue se révolte contre sa détention, exacerbée lors des expulsions, qui ne peuvent « réussir » que sous la pression de la force.

    Tous à Vottem ce 7 mai !

    • Pour la suppression des centres fermés

    • L’arrêt des expulsions

    • Une politique d’asile et d’immigration qui respecte les Droits Humains

    • La régularisation des sans-papiers.

    page FaceBook: https://www.facebook.com/events/678791056704796/?ref=newsfeed

    Manifestation organisée à l’initiative du  CRACPE, avec :

    APED (Appel Pour une Ecole Démocratique), ATTAC Liège, Barricade, CAL (Centre d’Action Laïque de la Province de Liège), CEPAG, CIEP, Collectif Liège Ville Hospitalière, CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres pour Etrangers) asbl, CSC Liège Verviers Ostbelgien, ECOLO, Régionale de Liège, Femmes Prévoyantes Socialistes, réseau Solidaris, FGTB Liège-Huy-Waremme, Formation Léon Lesoil, Front Antifasciste Liège, Gauche Anticapitaliste, La Zone, Le Monde des Possibles asbl, Les Grignoux, Liège Décroissance, Migrations Libres, MOC Liège Huy Waremme, Point d’Appui asbl, PTB, Territoires de la Mémoire asbl

  8. Droit au logement, un sinistre permanent – Retour sur la mobilisation liégeoise du 27 mars 2022

    Leave a Comment

    Fin du mois de mars, les centres d’accueil pour personnes sinistrées de la Croix-Rouge ont fermé leurs portes, laissant ceux-ci continuer seuls leur parcours de transit. Par ailleurs, les acteurs des maisons d’accueil et du droit au logement constatent que ce contingent de personnes sinistrées en quête de relogement accentuent bien malgré elles les difficultés à trouver des solutions pour les autres personnes concernées. A titre d’exemple, une maison d’accueil nous confie refuser en moyenne 300 demandes par an, et que lorsque les personnes accueillies sont prêtes à reprendre le fil de leur vie, trouver un logement est un vrai casse-tête.

     

    Ce dimanche 27 mars 2022, le Housing Action Day a été l’opportunité pour nous[1] de remettre en lumière la situation toujours difficile des victimes de la catastrophe de juillet qui s’ajoutent aux autres problématiques de l’accès à un logement digne pour tous, encore et toujours à dénoncer.   L’objectif était de rassembler victimes des inondations et victimes du sans-abrisme et du mal logement, de lutter contre leur mise en concurrence.  Objectif atteint, comme en témoigne la diversité des prises de paroles :

     

    Anne de l’association Les Petits Robins des Toits : Bénévole proche des personnes sinistrées, il lui a fallu entrer avec elles dans « ce tunnel appelé relogement ». A Verviers, tandis que des personnes sinistrées restaient en grande détresse, des logements sociaux restaient vides.  Après plusieurs prises de contact avec les acteurs politiques et communaux qui n’ont pas donné de résultat, les Petits Robin des Toits ont eu le courage de lancer une occupation d’un logement appartenant à Logivesdre afin de provoquer un électrochoc et d’y loger des personnes laissées à la rue, en grande détresse psychologique et médicale. Nous avons donc ouvert un logement social inhabité dans le seul but de montrer qu’il y avait des logements sociaux vides et que la situation du logement est loin d’être résolue. Nous avions des solutions pour aider les sociétés de logement à rénover les habitations, pourquoi n’avons-nous pas été écoutés ?  Aujourd’hui Les Petits Robins des Toits sont prêts à soutenir tout projet qui serait un compte rendu des actions à faire ou éviter, si une telle situation devrait se reproduire.

    Jean pour Occupons le terrain : Regroupant une cinquantaine de collectifs qui luttent contre des projets immobiliers, Occupons le terrain a trouvé important de rejoindre la mobilisation car « oui il faut du logement, mais pas n’importe où, pas n’importe comment », et il est moins couteux pour les promoteurs immobiliers de faire construire en rachetant des terres agricoles, des espaces verts que d’assainir des friches industrielles ou de rénover des bâtiments existants. Jean a rappelé que si « on laisse faire la loi du marché, on va se retrouver avec du logement uniquement pour ceux qui ont de bons moyens, or il nous faut plus de logements adaptés aux ressources de la population à moyens et bas revenus ».

     

    Benoît et Michel asbl : asbl présente au côté des personnes sans-abris à Liège, Benoît nous a témoigné de leur grande détresse notamment ceux aux abords de la gare des Guillemins : « même si on est à la rue, on est de êtres humains comme tout le monde» ! Il y a aussi les accidents de la vie qui peuvent nous mener à perdre son « chez soi » : Benoît nous parle d’une famille à Seraing qui se retrouve avec à la rue avec un bébé de 8 mois après une opération très couteuse.  Et il y a aussi les conséquences du mal logement : « une maman est menacée par le SAJ si elle en trouve pas un autre logement très vite « . Mais voilà, du logement accessible, il n’y en a que trop peu !  Et « sans juger les propriétaires, c’est difficile pour eux d’accepter des gens qui sont au CPAS », il est indispensable aujourd’hui d’agir. « On nous dit que c’est très bien ce qu’on fait, mais on n’a pas de soutien ».

     

    Vincent pour ATD ¼ monde : Vincent insiste sur la solidarité entre les personnes concernées qui sont pourtant mises en concurrence par la pression immobilière. Il témoigne : « il y a trop de demandes et pas assez d’offres. Je suis allé visiter des appartements où on était 20, 30 personnes intéressées par la location. On rend les familles coupables de ne pas trouver du logement. Nous connaissons des personnes qui ont vu leurs enfants placés parce qu’elles ne trouvent pas de logement, ou qui sont menacées d’avoir leurs enfants placés si elles ne trouvent pas des logements « décents ». Personne n’est très intéressé par le sort des familles très pauvres sans logement. Il ne faut pas mettre les uns contre les autres, mais avec chaque crise qui passe — les inondations, la guerre en Ukraine, nous on a l’impression qu’on recule — qu’on est des oubliés. On n’est pas très à la mode. Avec la chasse aux chômeurs et tout ça, on nous voit comme des profiteurs, des gens qui ne paient pas leurs loyers. Quand on voit le nombre de bâtiments vides, de logements en attente d’être réparés, c’est difficile de ne pas se dire que si on voulait, on pourrait faire quelque chose ».

     

    Noélie, Françoise et Olivier du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté : Les personnes sinistrées étant épuisées administrativement, physiquement et moralement, ce sont les militants du Réseau qui s’en sont fait le relais : « je suis propriétaire, mais seulement de 4 murs en béton, sans chauffage » ; « mon fils est parti, il ne veut plus vivre ici » ; « s’il commence à pleuvoir, je panique » ; « la moisissure apparait sur les murs de la chambre, je dors sur un matelas gonflable, j’attends, … » ; « j’ai froid, j’ai peur de rallumer la chaufferette électrique, j’ai peur de la facture, c’était déjà difficile de les payer avant, il parait que mon loyer aussi va augmenter à cause des travaux que le propriétaire doit faire à cause de inondations » ; « le stress est présent tous les jours ».

     

    Guisé de La Voix des sans-papiers : inlassablement, La Voix des sans-papiers doit toujours rappeler leur situation, et bien évidemment leur quasi impossibilité de trouver un toit, un chez-soi. Les sans-papiers continueront donc les occupations jusqu’à l’obtention de la régularisation et appellent à les rejoindre sur le site https://inmyname.be/ 

     

    Anouk du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté : Anouk nous a lu les témoignages qui leur parviennent via le numéro gratuit de la Région Wallonne, le 1718.  Chaque jour, des personnes en difficultés de logement contactent le 1718. Parmi elles, des personnes sinistrées, des personnes ne pouvant payer un loyer dans le logement privé, des personnes en liste d’attente pour un logement public depuis des années, des personnes dans un logement insalubre, … Or, précise Anouk, « notre équipe n’est pas une équipe de magiciens, et ne peut trouver des solutions» ; elle pointe les difficultés rencontrées par les travailleurs sociaux : manque de place dans les maisons d’accueil, manque de logement de transit et d’urgence dans les communes, une difficulté à joindre les services, … « cela pousse les personnes à faire des choix par dépit » comme de dormir dans sa voiture.  Anouk évoque également les familles de travailleurs ne pouvant plus faire face à l’augmentation du cout de la vie et qui ne peuvent prétendre aux aides proposées : « L’accès à un logement décent est un combat permanent ! ».

     

    Pour conclure, Aline, venue en délégation de Bruxelles, nous a rappelé le cadre européen du Housing Action Day : le même week-end des mobilisations se sont déroulées entre autres à Amsterdam, Athènes, Bordeaux, Bucarest, Budapest, Cologne, Madrid, …

    Ne pas avoir droit à un logement décent, cela a des causes et des conséquences multiples, et c’est ce qu’ont pu illustrer la richesse des différentes prises de paroles de ce dimanche. Nous nous sommes quittés en nous donnant rendez-vous l’année prochaine …malheureusement !

     

    Mars 2022

     

    [1] Le C.I.E.P. Liège, les Equipes Populaires de Liège et de Verviers, Occupons le terrain, Les infirmières de rue de Liège, asbl Benoit et Michel, ATD ¼ monde, Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, Solidarités Nouvelles, Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat, Barricade, les Petits Robins des Toits.

  9. MOC | Labyrinthe numérique : conférence-débat > 21 avril à 19h à la CSC Liège

    Leave a Comment

    Dans le cadre de sa campagne 2022, le MOC Liège-Verviers vous invite à sa 1ère conférence-débat (1 sur 3)  sur le numérique et ses usages.

    La présence du numérique s’intensifie dans notre quotidien, et ce, plus que jamais suite à la crise « covid » : travail, école, loisirs, achats, banque, rencontres… Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire.

    Nous vous proposons un temps d’arrêt critique sur cette accélération numérique – et surtout cette promesse d’un monde simplifié. Comment en sommes-nous arrivés là ? Que montrent les indicateurs du numérique ? Avec quelles conséquences ? Pour qui ? Et que met en place le système ?

    Nous tenterons ensemble de poser des repaires autour de la question d’une simplification des modes et usages suite au numérique en présence d’experts :

    • Laura Faure – assistante-chercheuse en sociologie de la faculté ouverte de politique économique et sociale de l’UCLouvain et chargée d’études à Fondation Travail-Université.
    • André Delacharlerie – Directeur, Pôle Éducation et Observatoire du numérique, Agence du Numérique (AdN) chez Digital Wallonia.
    • Jonas Dembour – Animateur régional Luxembourg et chargée de communication  au sein du réseau FinanCité.

    Conférence GRATUITE * Informations pratiques:

    • Jeudi 21 AVRIL 2022 à 19h
    • A la CSC de Liège – Bvd saucy, 8-10 bâtiment à l’arrière
    • Inscription souhaitée : Edwine Goldoni – 0483/22 93 61 – goldoni@mocliege.org.

    Infos complètes sur notre campagne 2022 « Numérique, promesse d’un monde simplifié« 

    Notez déjà les dates de nos 2 conférences-débats suivantes :

    • Jeudi 12 mai > CSC de Verviers – 19h sur « Numérisation du monde du travail »
    • Jeudi 16 juin > Liège Cercle du Laveu – 19h sur « Numérisation et conséquences environnementales »

     

x Logo: Shield Security
Ce Site Est Protégé Par
Shield Security