Marche contre le centre fermé de Vottem samedi 7 MAI

Vottem,  23 ans  de détentions illégitimes !

14h Rassemblement Place Saint-Lambert, départ de la marche  vers le centre fermé pour étrangers de Vottem

15h à l’Enclos des Fusillés (Citadelle)

15h45 à Vottem

 

Depuis 1999, plus de 20.000 personnes ont été détenues au centre fermé de Vottem : sur simple décision administrative de l’Office des Etrangers, sans l’intervention d’une juridiction ; simplement parce qu’elles ne disposent pas, ou plus, d’un titre de séjour.

Plus de 20.000 personnes détenues, pour être renvoyées vers  l’insécurité, c’est à dire vers la guerre , la dictature,  les persécutions de toutes sortes, politiques, sexistes, homophobes…, vers la misère liée à la dette des pays du Sud, à l’inégalité des échanges, au pillage des ressources par les anciens colonisateurs, vers les conséquences du réchauffement climatique…

Tant de réfugié.e.s, dont seulement un très petit nombre arrivent en Belgique, et se voient refuser l’asile, en grande majorité (60% de refus en 2019). Tant de personnes qui n’ont pas d’autre choix que de rester ici, dans la clandestinité, la précarité, et l’exploitation dans les réseaux de travail clandestin,  qui n’arrivent pas à obtenir la régularisation de leur séjour, et dont certaines se retrouvent dans les centres fermés !

Aujourd’hui nous constatons de nombreux dispositifs  mis en œuvre pour l’accueil des réfugié.e.s qui fuient la terrible guerre en Ukraine, et nous nous réjouissons vivement de ces dispositions prises .  Soulignons tout de même que l’hébergement se fait surtout au sein de familles de citoyens solidaires. Cependant nous constatons en même temps  que les autres candidats à un statut de protection internationale doivent continuer à faire de longue files pour être entendus par l’Office des Etrangers, souvent ne sont pas  hébergés rapidement dans des centres d’accueil, et finalement se heurtent à des refus ! Accueil à géométrie variable…

On aurait pu espérer que cette tragédie nouvelle, et la mobilisation actuelle mise en œuvre, ouvrent les yeux de notre gouvernement sur la nécessité de repenser la question de l’accueil, et des moyens nécessaires à y allouer,  pour  toutes et  tous les réfugié.e.s,  quelles que  soient leurs origines. Pas du tout ! Au même moment,  le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la migration, Sammy Mahdi annonce la construction, l’ouverture de 4 nouveaux centres fermés. Coût : 100 millions, l’urgence ne serait-elle pas de les investir dans l’accueil ?

Objectif : passer à une capacité d’enfermement de 1145 personnes (751 actuellement), pour arriver à au moins 10.000 expulsions par an. Construction d’un centre fermé pour étrangers à Jumet, 200 places ; à Zandvliet (près d’Anvers), 144 places ; d’un centre supplémentaire « de départ »  à Steenokkerzeel – à côté de Zaventem, où existent déjà les centres 127 bis et Caricole-  50 places ; et d’un centre de 112 places à Jabbeke, destiné à remplacer celui de Bruges, trop vétuste, 112 places.

De fait cet accroissement du nombre de centres fermés était prévu dans l’accord gouvernemental « Vivaldi », mais nous espérions que les actions menées par les sans-papiers et leurs soutiens vis-à-vis de la société en général, et des partis politiques qui nous assuraient d’un soutien, auraient  pu porter leurs fruits. Parce qu’il existe une alternative qui va dans une toute autre direction : la régularisation des sans-papiers qui ont acquis ici un nouveau parcours de vie, une insertion dans notre société, des formations, du travail… Parce que la guerre en Ukraine nous montre, avec plus de proximité, ce qui se passe à bien d’autres endroits dans le monde.

Nous voulons rappeler que les centre fermés sont des prisons qui cachent leur nom, que la détention en leur sein est une violence quotidienne du simple fait de la privation de liberté, aggravée par  les contraintes exercées quand la personne détenue se révolte contre sa détention, exacerbée lors des expulsions, qui ne peuvent « réussir » que sous la pression de la force.

Tous à Vottem ce 7 mai !

  • Pour la suppression des centres fermés

  • L’arrêt des expulsions

  • Une politique d’asile et d’immigration qui respecte les Droits Humains

  • La régularisation des sans-papiers.

page FaceBook: https://www.facebook.com/events/678791056704796/?ref=newsfeed

Manifestation organisée à l’initiative du  CRACPE, avec :

APED (Appel Pour une Ecole Démocratique), ATTAC Liège, Barricade, CAL (Centre d’Action Laïque de la Province de Liège), CEPAG, CIEP, Collectif Liège Ville Hospitalière, CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres pour Etrangers) asbl, CSC Liège Verviers Ostbelgien, ECOLO, Régionale de Liège, Femmes Prévoyantes Socialistes, réseau Solidaris, FGTB Liège-Huy-Waremme, Formation Léon Lesoil, Front Antifasciste Liège, Gauche Anticapitaliste, La Zone, Le Monde des Possibles asbl, Les Grignoux, Liège Décroissance, Migrations Libres, MOC Liège Huy Waremme, Point d’Appui asbl, PTB, Territoires de la Mémoire asbl